Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'UNAHM monte au créneau

Les associations œuvrant dans le domaine du handicap mental pointent le retard des subventions d’appui à la scolarité




Les 19 et 26 septembre, de 11h à 13h. Ce sont les rendez-vous fixés par l’Union nationale des associations œuvrant dans le domaine du handicap mental (UNAHM) pour la tenue de sit-in face au Parlement à Rabat, comme cela a été annoncé dans un communiqué publié par UNAHM. Objectif ? Dénoncer les “conditions désastreuses” de cette rentrée scolaire pour les enfants et adultes en situation de handicap mental, mais également celles des professionnels qui travaillent à leurs côtés, sans oublier les associations qui œuvrent dans ce domaine. 
En effet, la rentrée scolaire n’a pas été du même acabit pour tout le monde. Contrairement aux autres écoliers, ceux qui souffrent de handicap mental ont eu la mauvaise surprise de voir les portes de leurs établissements closes. « Plusieurs centres spécialisés et classes intégrées gérés par les associations sont  momentanément fermés faute de moyens financiers. Environ 4000 écoliers seraient ainsi concernés », a indiqué à nos confrères du huffpostmaghreb, Sabah Zemmama Tyal, présidente de l’UNAHM. Un constat confirmé par le communiqué émanant de l’UNAHM qui fustige «la mauvaise gestion et le non-paiement, dans les délais, par le ministère de la Famille, de la Solidarité, de l‘Egalité et du Développement, partiellement ou totalement, de la subvention d’appui à la scolarité des années 2016, 2017 et 2018 ».  
Une situation délicate qui a engendré de multiples revendications, lesquelles ont reçu un assourdissant silence comme unique réponse. D’où le sit-in comme dernier recours pour faire entendre les doléances de l’UNAHM à l’instar de celui organisé en 2014, et qui a été couronné d’un franc succès, comme l’a révélé la présidente de l’UNAHM aux mêmes interlocuteurs : « Ce fut une réussite dans la mesure où cela avait mobilisé de nombreuses associations, avec une solidarité palpable. Nous parlions le même langage ». Et de nuancer : « Des choses ont pu être dites d’une seule et même voix. Mais pas du tout entendues. Aucune revendication n’avait eu de suite favorable ». 
L’impression qui prime est celle d’un jour sans fin. Ce sont toujours les mêmes causes et les mêmes problèmes qui reviennent en boucle. Un cercle vicieux, alimenté par l’absence de moyens financiers, de plus en plus difficiles à mobiliser, à chaque fois qu’il s’agit de l’intérêt des handicapés. Cette révoltante réalité contribue à l’installation d’un climat délétère, ou pis, une résignation. «Au jour d’aujourd’hui nous constatons  que les problèmes de ce secteur sensible de notre société ne font que s’amplifier. Tout cela a engendré un climat de détresse et d’épuisement chez tout le monde, acteurs sociaux, professionnels, familles et personnes en situation de handicap mental. Nous invitons les associations œuvrant dans le domaine du handicap ainsi que les acteurs de la société civile à venir soutenir et défendre cette noble cause», conclut le communiqué, dans une manière d’espérer, encore une fois, que le salut des personnes en situation de handicap mental passera par la solidarité.


 

Chady Chaabi
Lundi 17 Septembre 2018

Lu 737 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés