Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Amérique latine passe progressivement au confinement




L'Amérique latine passe progressivement au confinement
Les mesures de confinement se multiplient en Amérique latine où la quasi-totalité des frontières terrestres sont déjà fermées et où plusieurs rendezvous électoraux ont été suspendus, avec l'espoir de contenir la propagation de l'épidémie de coronavirus. Selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels, l'Amérique latine compte désormais 3.760 cas de contamination, dont 45 morts. Le Brésil, avec ses 210 millions d'habitants, est le pays le plus touché, enregistrant 1.128 cas, dont 18 décès. Après le Venezuela -- premier pays latino-américain à décréter un confinement général dès le 17 mars -- et l'Argentine confinée depuis vendredi, le Salvador samedi, la Bolivie est entrée en quarantaine obligatoire dimanche, suivie à partir de mardi par la Colombie. "Nous devons rester à la maison 24 heures sur 24" parce que "c'est la façon de vaincre le coronavirus", a déclaré samedi la présidente bolivienne par intérim Jeanine Añez, alors que le pays comptabilise 19 cas de coronavirus sur 11 millions d'habitants, sans aucun décès. Autre conséquence pour le pays andin, secoué depuis fin octobre par une grave crise post-électorale, le report sine die des élections générales du 3 mai qui devaient permettre aux Boliviens de désigner un successeur au président démissionnaire Evo Morales. . La Colombie, qui a annoncé son premier mort samedi, avait déjà placé en confinement plus de 25 millions des 48 millions d'habitants depuis vendredi pour tester le dispositif. La mesure va s'appliquer dès mardi et au moins jusqu'à mi-avril à l'ensemble de la population. Mais dans la nuit de samedi à dimanche, des mutineries ont éclaté dans plusieurs prisons du pays. Dans un tweet, le président Iván Duque a assuré de sa "détermination pour garantir la tranquillité du pays, et celle de la population privée de sa liberté. Nous protégeons vos vies, mais nous ne pouvons accepter des mutineries".La pandémie en Amérique latine, où le premier cas a été déclaré le 26 février au Brésil, poursuit inexorablement son avancée, nourrissant les craintes sur la capacité des systèmes de santé à tenir le choc face à la propagation du virus. Au Brésil, où le président d'extrême-droite Jair Bolsonaro n'a eu de cesse de minimiser l'épidémie et de dénoncer l'"hystérie" autour du Covid-19, les gouverneurs des deux Etats les plus touchés, Sao Paulo et Rio de Janeiro, ont pris eux-mêmes l'initiative de mesures de restrictions. L'Etat de Sao Paulo, 45 millions d'habitants, qui comptabilise déjà 15 morts, sera en "quarantaine pour quinze jours à partir du (mardi) 24 mars et jusqu'au 7 avril", a annoncé samedi le gouverneur Joao Doria. Il a précisé que la mesure "implique la fermeture de tous les commerces et services non essentiels", dont les bars et restaurants, notamment à Sao Paulo, mégalopole de 13 millions d'habitants et poumon économique du Brésil et de la région. Dans l'Etat de Rio de Janeiro, plages, bars et restaurants ont déjà été fermés sur décision du gouverneur Wilson Witzel, qui a annoncé vendredi vouloir rapidement suspendre les liaisons terrestres, maritimes et aériennes avec les autres Etats. Au Chili, deuxième pays le plus touché avec 537 cas déclarés, dont une octogénaire décédée samedi, premier décès enregistré dans le pays, aucune mesure officielle de quarantaine n'a été pour l'heure annoncée. Les espaces publics sont toutefois désertés par les habitants à Santiago, région la plus touchée par l'épidémie, et les manifestations sur la Plaza Italia, ont marqué le pas. Mais la forte fréquentation des plages, à une centaine de km de Santiago, ces derniers jours suscite l'inquiétude des autorités qui pourraient rapidement durcir les restrictions. Alors que la quasi totalité des frontières terrestres sont déjà fermées, et les vols en provenance des pays les plus touchés suspendus dans un très grand nombre de pays, plusieurs gouvernements ont aussi renforcé les mesures de confinement partiel. Au Guatemala, des couvrefeu ont été décrétés ou étendus, et le Paraguay a prolongé jusqu'à mi-avril la suspension des classes et de tous les événements culturels et sportifs. La crise bouleverse également le paysage politique : en Equateur, deuxième pays à recenser le plus de décès (7) dans la région derrière le Brésil, les ministres de la Santé et du Travail ont démissionné ce weekend. La première, Catalina Andramuño, a quitté ses fonctions en raison de désaccords autour du budget alloué à la lutte contre l'épidémie de Covid-19, même si l'ex-responsable n'a pas fait de déclaration publique. Son homologue du Travail, Andrés Madero, testé positif au virus, a de son côté indiqué dans sa lettre de départ qu'il souhaitait protéger sa santé.

Lundi 23 Mars 2020

Lu 559 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif