Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jamal Belahrach : Mettre en place un véritable plan Marshall pour booster notre système éducatif et notamment le préscolaire







Publication des principales conclusions du Colloque international sur l’éducation organisé par la Fondation Zakoura



Jamal Belahrach : Mettre en place un véritable plan Marshall  pour booster notre système éducatif et notamment le préscolaire
«Il est vital que nous  mettions l’éducation préscolaire au centre de tout projet éducatif pour garantir la construction psychologique, mentale et éducative qui permettra à tous nos enfants d’avoir des chances égales de développer un projet de vie à la hauteur de leurs ambitions », a estimé Jamal Belahrach, président de la Fondation Zakoura, dans un rapport édifiant sur la problématique de l’éducation préscolaire.
Publié récemment, ce rapport reprend les principales conclusions et recommandations préconisées à l’issue du colloque international sur l’éducation organisé par la Fondation Zakoura, les 28 et 29 octobre dernier, à Casablanca, sur le thème « Le préscolaire : le fondement de la réussite ».
« Le constat sur notre système éducatif est accablant et, par conséquent, nous devons tous faire montre de responsabilité et d’engagement pour initier ce virage politique concernant les questions posées sur notre modèle d’éducation », a souligné dans sa note introductive Jamal Belahrach, déplorant qu’«à peine 58% de nos enfants sont préscolarisés et majoritairement dans un préscolaire non qualitatif. (Alors que) dans le rural, à peine 25% des filles sont préscolarisées ». Ce qui n’est évidemment pas acceptable pour un pays qui souhaite rejoindre les pays développés.
Partant du constat que l’éducation préscolaire au Maroc connaît quelques carences, les participants au colloque ont émis un certain nombre de recommandations « pour un préscolaire pour tous ». Précisément 26, avec en toile de fond une question essentielle: quelle stratégie adopter afin d’assurer une structure organisationnelle pérenne pour généraliser un préscolaire de qualité ?  
Ces recommandations s’articulent autour de cinq axes : «La gouvernance, pilier de réussite », «La professionnalisation de l’éducatrice », «Besoin d’un référentiel national de préscolaire », «Pérenniser le système » et le «Financement pour le développement du préscolaire ».
A propos de la première recommandation, il est à rappeler que la gouvernance est cette capacité de coordonner des activités interdépendantes ou de réaliser le changement. Ainsi, ont estimé les principaux intervenants au colloque, « une bonne gouvernance indique une voie de sortie de crise pour le système éducatif marocain afin de permettre la généralisation de la préscolarisation, la réduction des inégalités ainsi que la dispense d’un programme de qualité ». 
Concrètement,  il est question de renforcer la cohérence entre les multiples acteurs à travers la mise en place d’un cadre réglementaire commun qui assurera la régulation de l’offre par l’Etat ; développer une stratégie publique pour le préscolaire en garantissant la promotion et la régulation d’un préscolaire inclusif, équitable et de qualité ; définir un modèle adapté et optimal pour le Maroc qui garantit l’inclusion et donc l’accès, l’équité et la qualité des apprentissages à tous ; créer une instance de coordination, de suivi et d’évaluation qui se chargera de mettre en place des mécanismes de suivi et d’évaluation des changements concrets réalisés dans un esprit de régionalisation avancée ; mobiliser tous les acteurs institutionnels en vue de créer une synergie entre ceux-ci, entre autres. 
S’agissant de la seconde proposition, les participants ont appelé à définir le profil de l’éducatrice, en sachant que son rôle a beaucoup évolué ces dernières années et qu’en plus de veiller à la santé et à l’hygiène des enfants, elle exerce  désormais un rôle d’éducation et de socialisation.  Et à reconnaître le caractère professionnel de  l’éducatrice en lui donnant une identité professionnelle par la mise ne place d’un dispositif motivant de développement de compétences, de gestion de carrières et un salaire aligné au  référent national.
A propos du référentiel national de préscolaire, les différents intervenants ont estimé que « le préscolaire au Maroc doit se caractériser par une offre homogène dans le souci de répondre au mieux aux besoins cognitifs de l’enfant et de son développement personnel et social ». Ce qui doit passer par la définition d’un contenu pédagogique préscolaire normatif, l’harmonisation de l’offre préscolaire et la mise en place d’un cahier des charges national et la mise à disposition  d’une mallette pédagogique préscolaire.
Sur la nécessité de pérenniser le système que les intervenants considèrent comme l’un des axes majeurs de la stratégie nationale, il est recommandé de définir une approche écosystémique pour la généralisation du préscolaire,  d’assurer cette pérennité à travers des activités génératrices de revenus, favoriser l’implication de la communauté et des parents et veiller au suivi permanent afin d’éviter des dérives.
Sur le dernier axe,  le colloque a relevé d’emblée que le budget du ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle représente 26% du budget global de l’Etat. Sur ce, il appelle à définir un modèle financier viable qui permettra d’estimer les coûts unitaires induits par différents modèles de préscolaire, les coûts de la formation et d’analyser les besoins financiers pour l’extension au niveau national. « L’Etat pourrait mettre en place des innovations et incitations fiscales en faveur du préscolaire », ont estimé les intervenants.
Autre recommandation, orienter les investissements pour assurer l’égalité d’accès. Sur ce point, les participants ont appelé à « prioriser l’investissement dans les zones rurales et défavorisées dans le programme de développement national du préscolaire afin de réduire les inégalités de préscolarisation ». 
Ce n’est pas tout. Ils ont aussi plaidé pour la diversification des possibilités de financement afin d’optimiser les coûts. « L’Eta doit  définir la part du budget qu’elle est en mesure d’allouer au préscolaire dans l’optique de développer une offre éducative de qualité pour tous », ont-ils expliqué. 
Dans sa conclusion, le président de la Fondation Zakoura souligne qu’« avec ces recommandations, nous souhaitons plus qu’un débat s’installe durablement, mais que nous puissions nous inscrire dans la feuille de route nationale pour mettre en place un véritable plan Marshall pour booster notre système éducatif et en particulier le préscolaire ». Il est à rappeler que ce colloque a été organisé en collaboration avec Unicef-Maroc, la Fondation marocaine pour la promotion de l’enseignement préscolaire (FMPS) et l’Unesco et que cette rencontre a été  structurée autour de trois thématiques. A savoir : « La structure organisationnelle à adopter pour la généralisation d’une éducation préscolaire de qualité au Maroc », « L’importance du contenu pédagogique pour le préscolaire et la formation pédagogique de l’éducatrice » et « La définition d’un modèle financier viable pour le préscolaire au Maroc ».


 

Alain Bouithy
Lundi 22 Juin 2015

Lu 572 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés