Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Immunité avérée : Pêche, télécommunications et phosphates et dérivés, seuls secteurs à même de se prévaloir d'une évolution positive par ces temps de crise


Hassan Bentaleb
Vendredi 28 Août 2020

Pêche, phosphates et dérivés et télécommunications sont les secteurs économiques qui sont sortis indemnes de la crise liée au Covid-19. 
Selon la dernière note de conjoncture publiée par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère des Finances, ces trois secteurs ont été les seuls à afficher une évolution positive et une amélioration de leurs performances en 2019  jusqu’en juillet 2020 malgré une forte contraction enregistrée au deuxième trimestre qui a coïncidé avec l’arrêt total ou partiel de l’activité dans plusieurs secteurs économiques.  
Selon le document de la DEPF, le secteur de la pêche a entamé l’année 2020 avec une évolution positive malgré les conditions particulières qui ont caractérisé le dernier mois du premier trimestre de cette année, en rapport avec les implications négatives de la pandémie de Covid-19. 
La valeur ajoutée du secteur de la pêche, tous segments confondus, s’est appréciée de 5,2% au terme du premier trimestre 2020, après une hausse de 20,9% au titre de la même période de l’année passée. Toutefois, le volume des débarquements de la pêche côtière et artisanale s’est replié de 11,3%, sous l’effet de la basse saison habituelle des captures de poissons pélagiques (-17,8%). 
En valeur, ces débarquements ont reculé de 10,9%, en rapport avec le reflux de celle des captures de céphalopodes de 12,4% et de poissons pélagiques de 11,7%. Au deuxième trimestre 2020, le repli du volume des captures de la pêche côtière et artisanale s’est situé à -4,1%, après une hausse de 4,9% un an auparavant, alimenté par un retrait des captures des poissons pélagiques de 5,1%, des céphalopodes de 30,6% et de poisson blanc de 10,1%. 
Par ailleurs, la valeur de ces débarquements a baissé de 23,1%, après +19,3% un an auparavant, pâtissant d’une baisse de prix quasi-généralisée à l’ensemble des segments du secteur.
Concernant le secteur extractif, la DEPF a constaté qu’après une légère baisse de sa valeur ajoutée au premier trimestre 2020 (-0,4%), ce secteur a affiché un rebond de son activité au deuxième trimestre 2020, en ligne avec la hausse de la production de phosphate roche, principale composante du secteur, de 9,1% après un accroissement de 7,4% un an plus tôt. 
Pour ce qui est de la production des dérivés de phosphates, elle a progressé au terme du deuxième trimestre 2020 de 13,5%, en lien avec le renforcement de celle des engrais de 16,9% et de celle de l’acide phosphorique de 8,9%. A fin juin 2020, la production de phosphate roche s’est inscrite en hausse de 4,7%, après +2,7% il y a une année, et celle de ses dérivés de 10,5%, après -14,8%. Sur un autre plan, cette bonne dynamique est impulsée par le renforcement du volume des exportations de phosphate roche de 11,7% à fin juin 2020. Pour ce qui est des ventes à l’étranger des dérivés de phosphates, elles se sont affermies de 17,2% en volume contre une légère baisse en valeur de 3%, portant le chiffre d’affaires global à l’export du groupe OCP à près de 25 milliards de dirhams, en repli de 2% en glissement annuel.
De son côté, le secteur des télécommunications a enregistré une performance de sa valeur ajoutée de +1,1% au premier trimestre 2020, après une amélioration de 1,5% à la même période de l’année précédente. Dans un contexte de crise internationale inédite, le groupe Maroc Télécom, premier opérateur des télécommunications au Maroc, a affiché une hausse de son chiffre d’affaires consolidé de 2,7%, au terme du premier semestre 2020 à 18,3 milliards de dirhams.
Cette dynamique provient, particulièrement, précise le rapport de la DEPF, du développement de la Data mobile et des services Mobile Money à l’international et de la bonne tenue de la Data fixe au Maroc. 
Ainsi, le chiffre d’affaires réalisé au Maroc s’est réduit de 1,8%, à 10,7 milliards de dirhams en rapport avec une baisse des revenus générés de l’activité du mobile de 2,6%. Ce recul a été atténué par l’accroissement de ceux de l’activité de fixe et internet de 1,5%, à 4,7 milliards de dirhams, incorporant une hausse des recettes de la Data fixe de 13,2%. A l’international, les revenus du groupe se sont améliorés de 6,3% à 8,3 milliards de dirhams. Pour le parc du groupe, il a atteint durant la même période 68,4 millions d’abonnés, en hausse de 9,1%, tirant profit de l’intégration de Tigo Tchad dans le périmètre du Groupe à partir du 1er juillet 2019 et du comportement favorable dans la majorité des marchés intégrés y compris le marché national dont le parc du mobile s’est accru de 0,1%, celui du fixe de 6,9% et celui de l’accès haut débit de 10,5%. 


Lu 668 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS