Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hausse des cours mondiaux des produits alimentaires pour le troisième mois consécutif

Les augmentations des prix du sucre et des huiles végétales ont été les plus marquées au mois d’ août




En août, les cours mondiaux des produits alimentaires ont poursuivi leur ascension pour le troisième mois consécutif. C’est ce qui ressort du dernier rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Selon l’agence onusienne, l'indice FAO des prix des produits alimentaires s'est établi en moyenne à 96,1 points en août 2020, ce qui correspond à une hausse de 2,0% par rapport à juillet et à son niveau le plus haut depuis février 2020.

«L’affaiblissement du dollar des Etats-Unis d’Amérique a soutenu les cours internationaux de la plupart des produits agricoles, mais ce sont les augmentations des prix du sucre et des huiles végétales qui ont été les plus marquées au mois d’août», a indiqué la FAO.

Dans son rapport, l’organisation a également fait état d’un affermissement on ne peut plus modéré des prix des céréales, alors que «les cours de la viande et des produits laitiers sont restés stables et proches de leurs niveaux de juillet», a-t-elle relevé.

En détail, la hausse de l'indice FAO des prix du sucre de 6,7% par rapport au mois précédent s'explique par «la perspective d'une production réduite du fait des conditions météorologiques défavorables dans l'Union européenne et en Thaïlande, deuxième exportateur mondial de ce produit, ainsi que par la forte demande à l'importation émanant de la Chine», a souligné la FAO. Et de préciser qu’il s’est établi en moyenne à 81,1 points en août, soit 5,1 points de plus qu’en juillet et 4,9 points (6,4%) de plus qu’en août 2019.

Compte tenu de l'affermissement des cours de l'huile de palme en particulier, mais aussi de ceux des huiles de soja, de tournesol et de colza, l’agence onusienne a indiqué que l'indice FAO des prix des huiles végétales a, pour sa part, progressé de 5,9% (5,5 points) au huitième mois de cette année.

En s’établissant en moyenne à 98,7 points en août par rapport au mois précédent, l’Indice FAO des prix des huiles végétales a ainsi atteint son niveau le plus haut depuis janvier 2020.

A en croire l’organisation, «ces évolutions sont essentiellement le reflet des ralentissements de la production qui sont attendus dans les principaux pays producteurs d'huile de palme, dans un contexte où la demande mondiale à l'importation est forte».

Dans son rapport, l’agence a également relevé une progression de l'indice FAO des prix des céréales de 1,9% (1,8 point) par rapport à juillet, pour s'établir en moyenne à 7,0% (6,5 points) audessus de sa valeur d'août 2019.

Précisons que la hausse est due majoritairement aux céréales secondaires. Soulignons, en outre, l’accroissement des cours du sorgho de «8,6% par rapport à juillet et de 33,4% par rapport à leur niveau de l'année dernière à la même période, principalement sous l'influence de la forte demande à l'importation émanant de la Chine».

A propos des prix du maïs, il apparaît qu’ils ont augmenté de 2,2% en raison de la crainte que les dégâts subis par les cultures dans l'Iowa aient une incidence sur l'offre, a expliqué la FAO. Tandis que les cours internationaux du riz progressaient également, «du fait du resserrement saisonnier des disponibilités et de la croissance de la demande africaine», apprend-on.

Concernant l'indice FAO des prix des produits laitiers, les données analysées montrent qu’il est demeuré pratiquement inchangé par rapport au mois précédent. S’il s’est établi en moyenne à 102,0 points en août, demeurant ainsi presque inchangé par rapport à juillet, force est de constater que cet indice a enregistré une hausse de 1,7 point (1,7%) par rapport à son niveau d’août 2019.

L’organisation a toutefois noté une baisse des cours du fromage et du lait entier en poudre «face à la perspective d'importantes disponibilités saisonnières à l'exportation en Océanie», alors qu’elle releva une hausse de ceux du beurre «sous l'effet du resserrement des disponibilités à l'exportation en Europe qui a fait suite à la réduction de la production de lait, elle-même imputable à la vague de chaleur du mois d'août», a expliqué la FAO.

S’agissant, enfin, de l'indice FAO des prix de la viande, l’agence a estimé qu’il « n'a pratiquement pas changé depuis juillet, bien qu'il soit en baisse de 8,9% par rapport à août 2019, étant donné que le fléchissement de la demande à l'importation de viande de bovins, de volaille et d'ovins a été compensé par la hausse de la demande à l'importation de viande de porcins en Chine».

L’examen des données relatives à ce volet fait état de la baisse, en août, «des cours de la viande de bovins et de la chair de volaille en raison du ralentissement des achats à l’importation, en dépit de la diminution du nombre d’animaux abattus et du volume des activités de transformation dans les principales zones de production», selon la FAO.

De leur côté, «les cours de la viande d’ovins ont reculé du fait de la faible demande à l’importation, au moment où les agneaux de la nouvelle saison arrivent sur le marché en Océanie», a-t-elle noté.

Alain Bouithy

Soutien de la BERD à l’ agro-industrie marocaine

La Banque européenne pourla reconstruction et le développement (BERD) a octroyé un prêt de 7,8 millions d'euros à "Land'Or Maroc Industries", spécialisée dans la fabrication du fromage, indique mercredi un communiqué de la Banque. Ce prêt servira à financer l'acquisition et l'installation des équipements de la nouvelle usine de fabrication de fromage du groupe, installée à Kénitra et qui sera opérationnelle d'ici à fin 2021, avec une capacité de production de 2.700 tonnes de fromage fondu par an. Le groupe bénéficiera également d'une subvention de l'Union européenne dans le cadre du programme "Chaîne de valeur et compétitivité de la BERD", qui vise à améliorer les chaînes de valeur et à rendre les entreprises plus compétitives dans la région Sud et Est de la Méditerranée. A ce jour, la BERD a investi près de 2,5 milliards d'euros au Maroc à travers 66 projets, rappelle-t-on.


Alain Bouithy
Vendredi 4 Septembre 2020

Lu 481 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.