Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Gouvernement et CGEM main dans la main pour une meilleure croissance économique

Les deux parties promettent de dynamiser les mécanismes d’action commune




Au terme d’une séance de travail tenue récemment à Rabat, le gouvernement et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) ont annoncé leur volonté de dynamiser les mécanismes d’action commune en vue d’une meilleure croissance économique.
La réunion, qui s’est tenue au Département du chef du gouvernement, Saad Eddine El Otmani, en présence d’une délégation composée de membres du bureau de la Confédération et de plusieurs ministres, visait à renforcer la dynamique de l’action commune, dans le cadre d’une démarche volontariste,  et à dégager les mesures à même de consolider la confiance des acteurs économiques, relancer la croissance et accélérer le rythme de création d’emplois.
Signalons que plusieurs membres du gouvernement ont pris part à cette rencontre, notamment le ministre de l’Economie et des Finances, le ministre de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle, le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Affaires générales et de la Gouvernance  et le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, chargé de l’Investissement. 
Autant dire l’importance que revêtait cette réunion au cours de laquelle les  membres du gouvernement et ceux du bureau de la CGEM ont examiné plusieurs questions rappelant pour l’essentiel les orientations contenues dans les discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion de la Fête du Trône et de l’anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple.
Rappelons à ce propos que Sa Majesté le Roi avait insisté dans ses deux derniers discours non seulement sur l’emploi, d’où la réunion avec la CGEM, mais aussi sur la reprise du dialogue social.
Ainsi, lors de ladite réunion, les deux parties ont notamment examiné «les moyens de multiplier les efforts en faveur de  l’emploi des jeunes,  l’encouragement des PME et des entreprises innovantes, la simplification des procédures, la réduction des délais de paiements, la facilitation de l’accès à la commande publique et du renforcement des programmes de formation répondant aux besoins du marché de l’emploi», peut-on lire dans un communiqué conjoint.
Signalons toutefois que si le gouvernement a décidé de travailler la main dans la main avec le secteur privé dans le cadre de l’élaboration du PLF, il n’a, semble-t-il, pas prévu de rencontre pareille avec les syndicats qui sont les premiers concernés par le dialogue social et la protection sociale.
Quoi qu’il en soit, Saad Eddine El Otmani a saisi cette occasion pour évoquer les grandes lignes de la politique gouvernementale sur un ensemble de réformes relatives à l’amélioration du climat des affaires et à l’encouragement de l’investissement privé.
Au cours de son exposé, le chef du gouvernement «a notamment cité le chantier de réforme des Centres régionaux d’investissement,  la mise en œuvre du processus  de décentralisation administrative et la promotion du partenariat public-privé», souligne le communiqué. 
Saluant le climat ayant prévalu lors de la rencontre CGEM – gouvernement, le président de la Confédération patronale Salaheddine Mezouar a, pour sa part, évoqué plusieurs axes et réformes prioritaires pour le secteur privé. «Il a également affirmé l’adhésion forte et responsable de l’entreprise à toutes les initiatives qui permettent de dynamiser l’investissement et d’accélérer la croissance économique et le développement social», indique-t-on de même source.
A noter que les deux parties, qui ont convenu de tenir une nouvelle rencontre dans deux semaines, ont prévu de fixer les mécanismes de travail commun notamment les groupes de travail, présidés par des responsables de la CGEM et du gouvernement, qui sont chargés d’assurer le suivi et l’aboutissement des dossiers prioritaires.  
Comme le rappelle le communiqué, dans le cadre de l’élaboration du projet de loi de Finances 2019, il a été également procédé à la mise en place d’un premier groupe de travail conjoint, devant s’atteler à l’examen des mesures en faveur de l’entreprise et du climat des affaires.
Ce groupe de travail est présidé du côté gouvernemental par Mohammed Benchaaboun, ministre de l’Economie et des Finances et par Ahmed Rahhou, vice-président de la CGEM, précise-t-on.
 

Alain Bouithy
Lundi 10 Septembre 2018

Lu 285 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés