Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

George Michael, l’icône pop des années 1980




George Michael, l’icône pop des années 1980
George Michael, qui vient de mourir à 53 ans, était une idole des adolescents dans les années 80 devenue superstar mondiale, un chanteur et compositeur dont les mélodies sucrées cachaient une vie personnelle tourmentée, entre problèmes de drogue et ruptures sentimentales.
D’abord au sein du boys band Wham! puis en solo, il a composé parmi les plus grands succès musicaux des années 80, dont “Careless Whisper” et “Faith”, vendant plus de 100 millions d’albums en presque quatre décennies.
Ces dernières années, il se montrait peu en public, plus fréquemment cité dans la presse pour des incidents liés à la drogue que pour sa musique.
George Michael, qui a révélé publiquement son homosexualité en 1998 après avoir été arrêté pour attentat à la pudeur dans des toilettes publiques à Los Angeles (Etats-Unis), assumait sa vie privée compliquée. “Les gens veulent me voir comme un personnage tragique, avec ces relations sexuelles dans les toilettes publiques et la prise de drogues”, mais “je ne vois même plus ça comme des faiblesses. C’est simplement ce que je suis”, déclarait-il au quotidien britannique Guardian en 2009.
George Michael est né Georgios Kyriacos Panayiotou, d’un père grec chypriote et d’une mère anglaise, à Londres en 1963.
Avec Andrew Ridgeley, il crée le groupe Wham! en 1981. Apparence soignée, bronzage permanent, chevelures bouffantes à mèches et image hédoniste, Wham! a capturé l’esprit de l’époque, devenant rapidement un des plus grands groupes britanniques, avec des tubes commes “Club Tropicana” et “Wake Me Up Before You Go-Go”.
Le succès devient planétaire et en 1985, Wham! fut le premier groupe occidental à se produire en Chine.
Après quatre singles classés numéro un en Grande-Bretagne, Wham! implose en 1986 et George Michael se lance en solo, ciblant une audience plus adulte.
Son premier album, “Faith” (1987), montre un changement de style, avec sur la pochette le chanteur vêtu de cuir, barbe de trois jours et boucle d’oreille, et un premier single titré “I Want Your Sex”. Acclamé par la critique, “Faith” se vend à des millions d’exemplaires.
Epuisé par la promotion de l’album, George Michael mit trois ans à sortir un second album solo, “Listen Without Prejudice Vol. 1”.
Quelques années plus tard, la mort de son petit ami brésilien, Anselmo Feleppa, laisse la star effondrée. Qui replonge dans le deuil en 1997 à la mort de sa mère.
Le chanteur ne révèlera son homosexualité qu’en 1998 après son arrestation. Il expliquera plus tard ne pas avoir voulu en parler tant que sa mère vivait.
Il continua à sortir des tubes dans les années 1990 et au début des années 2000, provoquant la polémique en 2004 avec “Shoot The Dog”, une chanson contre la guerre en Irak.
En 2009, David Furnish, le mari du chanteur Elton John, qui chanta en duo avec George Michael sur “Don’t Let The Sun Go Down On Me”, confia à quel point des amis du couple s’inquiétaient pour la santé du crooner.
Ce dernier, qui enchaînait les avertissements de la police pour possession de cannabis et de crack, fut condamné en 2010 à huit semaines de prison pour avoir foncé dans un magasin londonien avec son 4X4, sous l’emprise de cannabis et de médicaments.
En 2011, il annonça sa séparation de son partenaire de longue date Kenny Goss. Il passa ensuite plusieurs semaines dans un hôpital de Vienne pour soigner une pneumonie qui l’amena à l’article de la mort.
En 2012, il chanta “White Light”, qui évoque son hospitalisation, à la cérémonie de clôture des jeux Olympiques de Londres.
L’année suivante, nouvelles inquiétudes: il est évacué par hélicoptère vers un hôpital après être tombé du 4X4 que conduisait son chauffeur sur une autoroute.
En 2015, il nia sur Twitter les affirmations de la femme de son cousin, selon lesquelles il prenait du crack et de la marijuana et se trouvait en cure de désintoxication.
“A mes chéris, ne croyez pas ces conneries dans les journaux d’aujourd’hui, venant de quelqu’un que je ne connais plus et que je n’ai pas vu depuis presque 18 ans”, écrivait-il alors.

Mardi 27 Décembre 2016

Lu 394 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés