LibéSPort




Zoom







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Génération “Toque” : l’âge d’or de la “Roja”

Lundi 12 Juillet 2010

Génération “Toque” : l’âge d’or de la “Roja”
C'est désormais officiel: l'Espagne a gagné ses galons de meilleure équipe de la planète en glanant la Coupe du monde pour la première fois de son histoire, grâce à une génération de gala régalant par son art du "toque", un jeu aussi contondant qu'esthétique.
Le postulat est simple: pour marquer un but, il vaut mieux avoir le ballon.
Ce "toque" (toucher) ou "tiqui-taca" repose sur des passes courtes en un minimum de touches de balle, sur fond de maîtrise technique permettant une possession hégémonique du ballon.
"A défaut de puissance physique, nous avons décidé que les joueurs tiendraient le ballon", avait expliqué l'ex-sélectionneur Luis Aragones.
La Roja s'appuie aussi sur l'ossature du FC Barcelone et son jeu offensif.
Reine d'Europe en 2008, elle a étendu son empire en assumant son statut de favorite et malgré un changement de sélectionneur, Vicente Del Bosque succédant à Aragones. Le résultat est le même.
Il vient néanmoins de loin. En 2006, la colonne vertébrale de l'équipe actuelle est meurtrie par la France de Zidane, en quart de finale du Mondial (3-1). Mais le coup de Zizou est fatal.
Moribonde, la Roja est mise en bière à Belfast par l'Irlande du Nord (3-2), puis enterrée en Suède (2-0) avant l'oraison funèbre prononcée par la Roumanie en amical à Cadix (0-1).
Aragones fait un sacrifice humain: Raul, l'emblématique capitaine.
Et peu importe le débat entre "luisistes" et "raulistes", ou la bonne saison 2007-2008 de l'attaquant: le sélectionneur déleste le groupe d'une personnalité clivante.
La renaissance s'amorce en Angleterre, où le football a vu le jour.
Le terme de "tiqui-taca", inventé par un journaliste espagnol en juin 2006, devient réalité en février 2007 dans un match amical remporté (1-0) par la Roja. "Une nouvelle ère est née à Manchester, connue sous le nom du tiqui-taca et de laquelle nous sommes tous fiers", explique Iniesta, auteur du but.
Tournant au Danemark. La tragédie espagnole post-mondialiste s'achève définitivement au Danemark en octobre 2007 où la Roja est confrontée à son destin: être ou ne pas être qualifiée pour l'Euro-2008. Elle bat les Danois (3-1), et Sergio Ramos marque un but au terme d'une action de 27 passes.
"Les gens étaient un peu désespérés par les derniers matches et là on a commencé à croire qu'on pourrait être champions d'Europe, se souvient le défenseur. On a commencé à construire un bon bloc, propre, jeune et expérimenté à la fois, et les résultats ultérieurs l'ont corroboré".
Cet esprit allait tout emporter sur son passage, agrémenté d'un record de 15 succès consécutifs et de 35 matches sans défaite (record du Brésil 1993-1996 égalé). Le revers en demi-finale de la Coupe des Confédérations 2009 contre les Etats-Unis (2-0) n'est qu'un "accident".
Coup de maître à l'Euro-2008: la Roja engrange trois victoires au premier tour, bat l'Italie... à l'italienne (0-0, 4 t.a.b à 2), grâce à "San Iker" Casillas qui arrête deux tirs au but, puis balaie la Russie du génial Arshavin (3-0) avant de dominer l'Allemagne en finale sur un but de Torres (1-0).
Le Mondial-2010 est moins flamboyant, entre une défaite initiale contre la Suisse (1-0) et un parcours gagne-petit (1-0 dans les tours à élimination directe). Mais Villa empile 5 buts, Xavi et Iniesta s'amusent comme au Barça et la charnière Piqué-Puyol déchiquète les attaques adverses.
Les Pays-Bas à leur tour estoqués (1-0), Casillas devient le premier Espagnol à brandir une Coupe du monde. La belle conclusion d'une histoire de "toque".

Del Bosque
«Ce titre vient de juin 2008»


"Ce titre de champion du monde vient du titre européen de juin 2008", a analysé Vicente del Bosque, qui juge que les racines du premier titre de champion du monde de l'Espagne, vient de l'Euro-2008 remporté en juin il y a deux ans. L'Espagne a battu les Pays-Bas 1 à 0 après prolongation dimanche à Johannesburg.
Les Hollandais ont été très agressifs...
"Il faut féliciter notre rival qui nous a rendu la partie difficile. La partie a été intense. Nous avons dominé, nous avons eu la possession du ballon. Robben aurait pu marquer avant nous, mais c'est le football."
Les Pays-Bas pouvaient-ils vous empêcher de jouer?
"Ce fut un défi physique. Mais nous avons su le surmonter."
Avez-vous eu l'occasion de saluer la Reine? Que vous a-t-elle dit du pays en liesse?
"L'Espagne, le pays en général, mérite ce trophée. Nous sommes plus qu'heureux d'apporter ça aux gens."
Villa et Alonso aiment les penalties: vous y avez pensé à cette issue?
"Si, on y avait pensé. On avait peur de changer et de faire sortir Villa. Mais il le fallait. Nous gardions confiance d'en finir avant les tirs au but."
Quelle différence entre 2008 et 2010?
"Ce titre de champion du monde vient du titre européen de juin 2008. La ligne de jeu avait été définie. Nous l'avons suivie".
Que pensez-vous d'Iniesta?
"Nous sommes enchantés par tous nos joueurs. C'est la victoire de tous. Nous n'allons pas distinguer Andres Iniesta ou Xavi."
Le jeu brutal des Néerlandais vous a surpris?
"Les Pays-Bas ont fait une bonne partie, leur façon de jouer, ça fait partie du football".
Que retenez-vous tactiquement de ce Mondial?
"Cette finale a récompensé le football d'attaque. Le football va de l'avant. Nous sommes très fiers d'avoir participé à un tel Mondial. "
Vous avez joué au football et gagné finalement...
"Nous essayons simp



Van Marwijk
«Les Espagnols aussi ont commis des fautes»


"Les Espagnols aussi ont commis de grosses fautes", a fait savoir Bert van Marwijk, sélectionneur des Pays-Bas à l’issue de la finale du Mondial.
Un premier mot?
"C'est très triste, la première période était tendue, nous avons essayé de jouer notre jeu. Nous étions impressionnés, un peu partout. Robben a eu deux grosses occasions. Mais l'Espagne en a eu plus. Et puis il y a eu ce carton rouge contre Heitinga (pour un deuxième jaune, ndlr). Je ne veux pas parler de l'arbitre, mais il aurait dû nous donner un corner à la fin du match et donner un deuxième carton jaune à un Espagnol qu'il aurait dû exclure. Mais bon, l'Espagne était la meilleure, elle a gagné."
Vous avez joué de façon peu agréable, agressivement, aujourd'hui...
"Ce n'est pas notre style de commettre toutes ces fautes. Mais c'était une finale. Les Espagnols aussi ont commis de grosses fautes."
Il y a eu 14 cartons jaunes...
"Je ne pense pas que l'arbitre ait bien contrôlé le match."
Vous avez échoué dans ce que vous appeliez cette mission, gagner la finale...
"Personne ne pensait que nous arriverions en finale. Nous étions proches des penalties. Nous étions si proches."
Robben était tout près de marquer...
"C'était clair: l'équipe qui marquerait la première gagnerait. Mais nous n'avons pas été chanceux."
Nous espérions une belle finale, avec un beau football, mais votre jeu était trop dur...
"Nous voulions jouer un beau football mais il y avait une grosse équipe en face. Mais je le répète les deux équipes ont commises des fautes. Même si ce n'était pas ce que les gens espéraient pour une finale, il y avait de l'intensité."

AFP, AP

Lu 555 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe











Inscription à la newsletter