Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Femmes et avenir du socialisme


Hanane Rihhab
Vendredi 23 Février 2024

Femmes et avenir du socialisme
Il est catégoriquement impossible de dissocier la question féminine et le combat des femmes pour leur émancipation et l'égalité totale du devenir du socialisme.

Il existe en fait une relation dialectique entre socialisme et émancipation, car d'une part, les femmes sont les premières victimes des politiques néolibérales dans le monde comme elle sont victimes de l'inégalités sociale et de la tendance croissante des inégalités entre les pays du Nord et ceux du sud,  victimes aussi des guerre, des conflits armés, et de la pauvreté durable.

D’autre part, la recrudescence que vit notre monde au niveau du développement et de l’environnement ainsi l'élargissement de la pauvreté sois au sens social ou territoriale en plus des conséquences néfastes des guerres, de la corruption, de la montée de l’autoritarisme et du déclin de la démocratie, même dans les pays développés, Les partis socialistes démocrates doivent se renouveler dans l’horizon de développer un environnement prospère pour l'élaboration de l'alternative sociale démocrate, plus urgente que jamais.

Laquelle alternative permet, à elle seule de présenter une réponse valable aux crises d'aujourd'hui et de l’avenir, dans la mesure ou cette alternative soit rationnels et réalistes à l'encontre du populisme et du dogmatisme.

Une telle alternative, est seule censée de réconcilier les droits et libertés d’un côté et la croissance de la richesse et sa réputation équitable d'un autre côté comme elle est censée d'encourager les initiatives relatives au progrès scientifique, technologique et économique, avec une éthique qui favorise la solidarité, l'égalité et le bénéfice de la majorité des catégories sociales d'un tel progrès.

Ainsi donc, le socialisme démocrate est l'expression politique et idéologique de la lutte croissante des femmes à l'echelle mondiale, surtout à la lumière du développement continu de la conscience des femmes de la nécessité de lever toutes les formes de persécution et de discrimination à leur égard.

Ces formes sont composés et perplexes, combinant des formes qui émanent de pratiques historiques dans des sociétés culturellement, religieusement et ethniquement différentes, Mais combiné par la nature patriarcale d’une société qui considère que les femmes ne jouent que des rôles fonctionnels qui reproduisent la supériorité masculine les systèmes de domination et d’autoritarisme basés sur la différenciation et la discrimination. Ce caractère patriarcale dont l'origine peut être culturelles ou religieuses affecte sans doute le politique et l'économique.
 
Il combine également de nouvelles formes de persécution et de discrimination, qui sont le produit de l’évolution de l’évolution des systèmes capitalistes qui tende vers l'hégémonie du néolibéralisme sauvage qui a dévié  valeurs originales du libéralisme lié au temps du lumières. Au lieu de favoriser l’émancipation et la libération des femmes, le neoliberalisme n'a cessé de chosifier la femme et de reproduire les chaines stéréotypes à leur égard. A titre d'exemple on peut mentionner les formes contemporaines de répartition du travail, qui définissent encore une distinction nette entre les femmes et les hommes. non seulement en termes de salaires et de possibilités d’emploi, mais aussi en termes d’accès à des fonctions supérieures qui continuent d’être presque monopolisés par les hommes, à la fois dans l’action politique, gouvernementale et parlementaire, ou dans les contrats économiques et industriels, même au niveau des économies de la connaissance, du sport et de le divertissement, non seulement dans les pays du Sud, mais aussi dans les pays du Nord. qui devait conduire la transition mondiale vers la démocratie et l’émancipation des femmes.

On peut noter que l'international socialistes reste le premier rassemblement mondial en termes de présence des femmes, que ce soit dans leurs structures ou dans leurs préoccupations, les efforts doivent néanmoins être redoublés davantage, surtout si on prend en considération la montée considérable de la droite que les forces de droite sur le plan social et électorale.

Les forces de droite sous ses diverses formes, la droite religieuse fondamentaliste ou la droite ultra-nationale, représente une menace sérieuse pour l’avenir des démocraties, anciennes ou émergentes. C’est une droite qui porte à nouveau les germes du fascisme, nous laissant craindre le retour des temps de l’apartheid, du génocide et des guerres religieuses et ethniques, poussés par la machinerie des compagnies d’armes, et alimenté par des technologies modernes avec des armes de destruction et d’anéantissement plus meurtrières.

Dans de tels climats, l'environnement est propice au retour de la persécution contre les femmes, à la réduction de l’accès des femmes à de plus grandes marges de libertés et de droits, et à la réduction de leur potentiel de développement politique, économique, social et culturel.
 
Cette droite quoi qu'elle soit, ses fondements et ses orientations est l'ennemi des femmes, des minorités et du dialogue entre les cultures, les civilisations et les peuples, et porteuse des valeurs de rétrogrades des nouveaux ghettos, de la haine et de la discrimination, y compris la discrimination à l’égard des femmes.

Nous, les femmes du Sud, ressentons encore plus ces risques, surtout du fait que, malheureusement, nos États sont encore des champs de guerre et n’ont toujours pas le droit d’obtenir l’indépendance des décisions politiques et économiques en complicité avec les gouvernements des États nordiques et leurs grandes entreprises multinationales.

Ce Sud est destiné à rester à la traîne, incapable de créer un modèle de développement qui lui permettra d’être libre et non seulement un marché de consommation, et une source d'une main d’œuvre à bon marché, et dans un tel contexte, se perpétue la soumission des les femmes et l'inégalités économique et sociale.

Cela nous amène à la même conclusion : les femmes ne seront libérées que dans le cadre d'une société où règne le socialisme démocrate.
La base de référence pour la persécution des femmes n’est point  biologique, mais due à l'enchevêtrement entre deux dimensions sociale et culturelle, dans leurs interactions et leurs complémentarité.

Les idéologies conservatrices, fascistes, fondamentalistes, néolibérales quelque soit leur référentiel justifient pour les classes dirigeantes et dominantes la pérennité de la persécution des femmes et la limitation de leurs libertés. De telles justifications essaient parfois de trouver leur légitimité en se référant à des données scientifiques non validées(fournir des données statistiques trompeuses, ou des faits biologiques dont les fonctions sont manipulées pour produire des résultats qui justifient la dégradation de la dignité des femmes) En plus, la dimension sociale et spatiale consolide les discours fondés sur la discrimination basée sur le sexe, la couleur, la classe, l’ethnicité ou la religion, et dans toutes ces formes de discrimination, les femmes en sont les plus grandes victimes.

Les femmes sont les premières victimes des crimes de daeche et de la persécution de la minorité rohingya du Myanmar, Diverses guerres au Moyen-Orient, le dernier en date étant la bande de Gaza d’aujourd’hui et sont à l’avant-garde de la liste des victimes, des conflits armés en Afrique et des victimes du changement climatique de migration irrégulière et de diverses catastrophes naturelles ". et même pour les catastrophes épidémiologiques, comme pendant la pandémie du Covid-19, les femmes du Nord développé, à leur tour, étaient à l’avant-garde du nombre démobilisé de femmes sur le marché du travail, elles ont des difficultés à trouver un emploi, Mais leur situation est bien meilleure que celle des femmes du Sud. Mais beaucoup de leurs acquis sont menacés par cette synergie, qui doit être démantelée et étudiée. L’escalade de la vague populiste, d’extrême droite, nihiliste, avec les développements de la révolution numérique.

Lorsque nous établissons cette comparaison entre les femmes du Nord et du Sud, et que nous discutons de l’avenir du socialisme dans le cadre de l'internationale socialiste nous rappelons, d’une part, que les femmes du Sud ont bénéficié de la lutte des femmes du Nord qui ont été les pionniers dans la lutte contre le capitalisme sauvage, et dans ses principaux bastions Et puis la lutte des femmes d’Europe occidentale pour les droits économiques et sociaux sur la base de l’égalité entre les hommes et les femmes. Cela ne veut pas dire que les femmes du Sud étaient spectateurs et résilientes, mais au contraire, nous étions engagées dans une autre forme de lutte contre le capitalisme sauvage. mais pas au niveau des systèmes de travail, de la production de richesse et de la participation politique, mais une lutte contre l’impérialisme, qui est une forme d’évolution du capitalisme dans une direction anti-libérale de la philosophie des lumières, Il était donc naturel que notre lutte pour démanteler les structures du capitalisme sauvage, de construire un horizon socialiste fondé sur la démocratie, la répartition équitable des richesses et l’émancipation des femmes et des minorités soit ajourné.

D’autre part, ce rappel est de montrer que malgré notre lutte collective dans le cadre de l'international socialistes, la nécessité d’une action positive en faveur des questions du Sud ". En particulier, les problèmes des femmes dans le Sud, parce qu’elles vivent avec des formes complexes de discrimination et de persécution, y compris ceux liés aux différences de développement, scientifiques et sociales entre le Nord et le Sud et sur de nombreuses questions telles que la migration irrégulière, les changements climatiques, l’autoritarisme, les pandémies environnementales, etc. 

Femmes et avenir du socialisme
Les réactions des gouvernements du Nord ont été caractérisées par une sorte d’égoïsme, qui a malheureusement impliqué même certains gouvernements auxquels ont participé des partis socialistes démocratiques.

La recherche d’un nouveau concept de socialisme démocratique exige l’élimination de l'occidentau-centrisme en écoutant les voix venant des marges en Afrique, en Asie et en Amérique latine, si nous cherchons effectivement à construire un monde solidaire, pacifique, où règne l'équité économique et hostile au crimes climatiques et environnementales.
 
 Par Hanane Rihhab
Secrétaire nationale des femmes Ittihadies


Lu 1259 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP







L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          





Flux RSS
p