Faillite sur l'avenir de l'Afrique


Libé
Vendredi 23 Juin 2023

Faillite sur l'avenir de l'Afrique
En 2017, le Fonds monétaire international a classé 15 pays d'Afrique sub-saharienne dans la catégorie des pays surendettés ou courant un fort risque de surendettement. Depuis lors, les chocs économiques provoqués par la pandémie de COVID-19, les flambées spectaculaires des prix des denrées alimentaires et des carburants dus à la guerre en Ukraine et la hausse du dollar ont aggravé la crise.

Mais alors que 23 pays de la région sont aujourd'hui confrontés à un fardeau de la dette intenable, très peu ont fait faillite. Seuls deux États – le Ghana et la Zambie – ont cessé de rembourser leur dette extérieure, tandis que trois autres ont cherché à restructurer leurs obligations : le Tchad, l'Éthiopie et le Malawi.

Pourquoi la vague de faillites prévues ne s'est-elle pas matérialisée ? Les premières évaluations ont-elles exagéré les risques ? Ces pays et leurs créanciers ont-ils trouvé un moyen d'atténuer la douleur d'une dette non durable ? En tant que leaders du développement économique en Afrique, devrions-nous nous réjouir de cet état de fait, ou à tout le moins, nous détendre un peu ?

Au contraire, il y a de nombreuses raisons de s'inquiéter. Même après que les pays du G20 ont fourni un allégement temporaire de la dette et que le FMI a émis 650 milliards de dollars de droits de tirage spéciaux (DTS, l'actif de réserve du Fonds) pour débloquer des liquidités supplémentaires, les gouvernements africains ont dû réduire considérablement leurs dépenses déjà maigres en matière de santé, d'éducation et d'investissements publics afin de payer leurs créanciers extérieurs. Pour éviter un défaut de paiement de la dette, les ministres des Finances africains ne respectent pas leurs obligations envers les générations futures.
Au Kenya, les coûts du service de la dette ont triplé au cours des six dernières années et représentent aujourd'hui près de 60 % des recettes publiques.

Au cours de la même période, les dépenses de développement, notamment en matière d'éducation et de santé, ont été réduites de moitié et certains ministères ont des arriérés. Comme l'a tweeté le conseiller économique en chef du président kenyan « Salaires ou faillite ? A vous de choisir. »

En Sierra Leone, l'un des pays les plus pauvres du monde, les dépenses publiques réelles (indexées sur l'inflation) par personne devraient être inférieures de 20 % cette année à celles de 2015. D'autre part, les paiements au titre du service de la dette ont plus que doublé au cours de la même période. Au cours des quatre années précédant son défaut de paiement, la Zambie a réduit ses dépenses publiques de 20 %.

Ce ne sont pas des cas isolés. Aujourd'hui, 20 pays à revenu faible et intermédiaire consacrent plus d'un quart des recettes publiques au service de la dette extérieure et ces coûts augmenteront encore l'an prochain, lorsque les euro-obligations émises par les gouvernements africains se heurteront à un mur d'échéances. La plupart de ces pays versent également des sommes substantielles au service de leurs dettes intérieures qui ont contribué à financer la lutte contre la COVID-19. Et tous sous-dépensent pour la santé et l'éducation – des éléments essentiels pour doter leur jeunesse d'un avenir meilleur.

Face au choix entre le service des prêts extérieurs et le financement de programmes sociaux indispensables, les décideurs politiques choisissent presque toujours de payer leurs créanciers. Après tout, un défaut de paiement a des conséquences financières profondes et durables. Un pays qui ne peut rembourser sa dette aux créanciers internationaux perd la capacité d'emprunter sur les marchés des capitaux pendant cinq ans. En outre, il faut parfois attendre plusieurs mois avant qu'une économie à faible revenu qui n'a pas fait faillite voie un allégement, en raison de problèmes liés au Cadre commun du G20 pour le traitement de la dette, ou du soutien d'institutions internationales comme le FMI.

Une faillite a également un coût humain. Selon une étude de la Banque mondiale, les niveaux de pauvreté augmentent de 30 % immédiatement après une faillite et restent élevés pendant une décennie, les décès de nourrissons augmentent de 13 % et les enfants survivants font face à une espérance de vie plus courte.

Tout gouvernement qui envisage une faillite peut aussi être confronté à de profondes conséquences politiques. Un ministre des Finances court 33% plus de risques d'être remplacé dans l'année qui a suivi une faillite, ce qui est généralement considéré comme un aveu d'échec par d'autres décideurs politiques et par le grand public. En outre, les forums internationaux où se déroule la restructuration de la dette souveraine ont des moyens plus ou moins subtils de rappeler leur irresponsabilité aux hauts fonctionnaires. Il n'est donc pas étonnant que le ministre des Finances assiégé rende compte d'une faillite bien au-delà du point où le pays bénéficierait d'une restructuration préventive de ses obligations de dette extérieure.

Ces coûts peuvent expliquer les raisons pour lesquelles si peu de pays ont fait faillite, même sous des pressions budgétaires extrêmes. Mais ils ne tiennent pas compte du prix à payer à long terme pour l'Afrique et le monde : une génération d'enfants sous-éduqués et une situation sanitaire pire encore - voilà ce que sera la main-d'œuvre africaine de demain. Le problème fondamental, c'est qu'un grand nombre de ces pays ont besoin de financements abordables et prévisibles pour soutenir les programmes de développement économique et social. Mais les institutions financières internationales et les pays de l'OCDE qui offraient traditionnellement un financement bon marché se sont retirés au cours de la dernière décennie et ont été remplacés par des prêteurs commerciaux plus coûteux et par de nouveaux créanciers bilatéraux.

Bien que la communauté internationale doive faire tout son possible pour améliorer et rationaliser le processus de restructuration de la dette souveraine, la véritable solution consiste à s'assurer que les pays africains en difficulté disposent d'un financement adéquat pour investir dans la santé, l'éducation et les infrastructures indispensables. S'ils doivent continuer à payer leurs créanciers, au moins cela ne se fera pas au détriment de l'avenir de l'Afrique.

Par Masood Ahmed
Président du Center for Global Development


Lu 1361 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Mai 2024 - 17:05 Droit des générations futures

Mardi 7 Mai 2024 - 15:30 La dérive des incontinents !

Lundi 6 Mai 2024 - 20:00 Faire de l’art une science de la vie






services