Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

El Fergui appelle à faciliter l'accès des TPME au financement et à la commande publique




El Fergui appelle à faciliter l'accès des TPME au financement et à la commande publique
La relance de l'économie nationale après la crise du nouveau coronavirus requiert de faciliter davantage l'accès des très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) à la fois au financement et à la commande publique, a souligné Abdellah El Fergui, président de la Confédération marocaine de TPE-PME.
"Le secteur public a un rôle très important dans le redémarrage de l'économie. Il doit lancer des investissements d'envergure et faciliter l'accès des TPE-PME aux financements et à la commande publique", a déclaré M. El Fergui dans un entretien à la MAP.
"Sans financement, le redémarrage ne pourrait pas avoir lieu, puisque la majorité des TPE-PME et des auto-entrepreneurs souffrent en cette période et il y en a même certains qui sont au bord de la faillite", a-t-il expliqué.
Ainsi, l'Etat doit jouer son rôle de catalyseur et de dynamo de l'économie, a relevé M. El Fergui, mettant l'accent sur la nécessité "de sortir le décret sur les droits des sous-traitants". "Il faut que le sous-traitant jouisse de tous ses droits dans les commandes publiques et privées", a-t-il dit.
De même, rapporte la MAP, le secteur financier doit aussi jouer son jeu à travers un accompagnement des TPE-PME dans leurs programmes de redémarrage, a-t-il poursuivi, préconisant de relancer et d'activer le programme "Intelaka", l'adapter à la conjoncture actuelle du Covid-19 et le généraliser à toutes les TPE, y compris celles de plus de 5 ans. Parallèlement, le secteur privé est amené à s'organiser et à collaborer davantage en vue de pouvoir proposer des solutions adaptées aux entreprises marocaines, a-t-il estimé.
"L'après coronavirus ne sera plus comme avant", a lancé le président de la Confédération marocaine de TPE-PME, faisant remarquer que pour le secteur privé, l'union est l'unique moyen à même de permettre une sortie de cette crise avec le moins de dégâts possible et de préparer le redémarrage de l'économie dans les meilleures conditions.
En outre, M. El Fergui, qui cite une étude réalisée par la Confédération marocaine de TPE-PME sur l'impact de cette crise sur ces entreprises et les auto-entrepreneurs, a indiqué que presque tous les secteurs ont été touchés avec des proportions différentes.
Il s'agit entre autres du bâtiment et travaux publics (BTP), du tourisme et des services liés à ce secteur comme le transport, les hôtels, les restaurants...etc, a-t-il précisé, soulignant que la relance de ces secteurs constitue une priorité.
Et d'ajouter: "D'autres secteurs peuvent suivre comme le digital vu que plusieurs entreprises et administrations vont y recourir de plus en plus dans leurs activités. Ce secteur peut accompagner les TPE-PME dans leur redémarrage". La relance du commerce de proximité et les services y afférents (transport de marchandises, logistique, etc) est aussi une nécessité, a-t-il conclu.

Hausse de 7,5% du flux des IDE à fin mars

Le flux net des investissements directs étrangers (IDE) au Maroc a atteint près de 4,24 milliards de dirhams (MMDH) à fin mars 2020, contre 3,94 MMDH un an auparavant, soit une hausse de 7,5%, selon l'Office des changes.
Ce résultat s'explique par une baisse des dépenses des IDE de 41,6% à 2,3 MMDH, plus importante que celle des recettes (-17,1%), indique l'Office qui vient de rendre publics les indicateurs des échanges extérieurs de mars, notant que l'évolution de ces principaux indicateurs comporte l'effet de la crise sanitaire liée au Covid-19. Au titre des trois premiers mois de l'année, le flux net des investissements directs marocains à l’étranger (IDME) a baissé de 1,5 MMDH à près de 1,16 MMDH, fait savoir l'Office, précisant que les investissements directs marocains à l'étranger ont atteint 2,46 MMDH (-24,8%), tandis que les cessions de ces investissements ont plus que doublé (+693 millions de dirhams MDH).
Quant aux envois de fonds effectués par les Marocains résidant à l'étranger, ils ont enregistré une baisse de 4,7% à 14,53 MMDH à fin mars 2020.
Pour leur part, les recettes voyages ont atteint près de 16,85 MMDH à fin mars 2020 contre 16,47 MMDH une année auparavant, soit une hausse de 2,3%, tandis que les dépenses voyages ont baissé de 3,6% à 4,19 MMDH. Ainsi, l'excédent de la balance voyages s'est inscrit en hausse de 4,4%, note la même source.

Ennakl Automobiles enregistre un chiffre
d’affaires en baisse de plus de 7%


La société Ennakl Automobiles a réalisé, au 31 mars 2020, un chiffre d'affaires de près de 71,14 millions de dinars tunisiens MDT (soit environ 243,58 millions de dirhams), en diminution de 7,08% par rapport à la même période une année auparavant, annonce le concessionnaire automobile tunisien.
Cette baisse est essentiellement due à la période de confinement total décrété par le gouvernement tunisien pour faire face à la crise du coronavirus, explique le concessionnaire, doublement coté à la place casablancaise et sur la Bourse de Tunis, dans un communiqué sur ses indicateurs d'activité relatifs au 1er trimestre 2020.
La trésorerie nette à fin mars s'est établie à -3,016 MDT, contre -5,61 MDT au 31 mars 2019, ajoute le communiqué. "Suite à l'obtention des autorisations nécessaires auprès des autorités compétentes, et après avoir déployé les mesures d'hygiène recommandées, Ennakl Automobiles a déployé un plan de reprise pour assurer la vente de pièces de rechange, un service d'entretien et de maintenance des voitures du groupe Volkswagen sur ses sites de Charquia 2 et de la Goulette afin de répondre aux besoins urgents de ses clients, tout en assurant leur sécurité ainsi que celle des employés", conclut-il.

Lundi 4 Mai 2020

Lu 306 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif