Libération




Facebook
Rss
Twitter










Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar : Le Maroc n 'acceptera aucune provocation portant atteinte à son intégrité territoriale





Driss Lachguar : Le Maroc n 'acceptera aucune provocation portant atteinte à son intégrité territoriale
«Le Maroc n'acceptera aucune provocation portant atteinte à son intégrité territoriale », a assuré le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, après l’intervention des Forces Armées Royales à El Guerguarat en vue de mettre fin aux menaces et manœuvres des séparatistes et de leurs commanditaires. Il a souligné que les manœuvres dilatoires des séparatistes sont dues principalement aux acquis réalisés par le Maroc depuis les années 90 concernant la question du Sahara marocain tant au niveau africain qu’international et à l’adhésion de la communauté internationale à une solution politique et réaliste à ce conflit artificiel. Et de préciser que ces provocations ont pris, depuis le 21 octobre dernier, une autre dimension quand le Polisario a tenté d’imposer le fait accompli en envoyant, avec l’assentiment du régime algérien, des coupeurs de route pour bloquer le passage vital d’El Guerguarat reliant le Maroc à la Mauritanie et aux autres pays de l’Afrique de l’Ouest et s’y installer définitivement.

Par ailleurs, le dirigeant socialiste a adressé une lettre aux membres du Conseil de l'Internationale socialiste dans laquelle il a souligné que «l'insistance du Front Polisario à faire obstacle à la circulation des personnes et des biens au niveau du passage d’El Guerguarat vise principalement à :

1- Etouffer l'économie locale, en particulier celles de la Mauritanie et de l'Afrique de l'Ouest, que ce soit en termes de matières importées ou exportées,

2- Isoler le Maroc de son voisinage mauritanien et de sa profondeur africaine,

3- Compenser l’incapacité de l’Algérie à influencer les dossiers libyen et malien, et essayer d’utiliserla carte du conflit du Sahara pour couvrir son échec dans d’autres régions. En effet, nous n’avons plus besoin de démontrer que le Front Polisario ne peut bouger, et encore moins tirer une balle, sans le feu vert de son pays hôte, l'Algérie,

4- Tenter de renvoyer le dossier du Sahara à l'Union africaine, après que cette dernière a décidé au Sommet de Nouakchott (2018) que les Nations unies sont le seul cadre habilité à traiter la question du Sahara,

5- Faire pression sur l'Espagne, dont la flotte de bateaux qui pêchent dans les eaux mauritaniennes, décharge sa cargaison dans le port de Nouakchott et la transporte vers l’Espagne par voie terrestre jusqu'à Tanger, via le passage d’El Guerguarat,

6- Exploiter le contexte des élections présidentielles américaines pour tenter d'imposer son point de vue sur le dossier du Sahara à la nouvelle administration, contrairement à ce qui est énoncé dans les résolutions des Nations unies,

7- Changer la référence au conflit, telle qu'elle a été décrite dans les résolutions du Conseil de sécurité, d'un conflit régional à un conflit bilatéral ».

Libé
Jeudi 31 Décembre 2020

Lu 899 fois

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 31 Décembre 2020 - 17:00 La plateforme événement

Jeudi 31 Décembre 2020 - 17:00 Le droit à la vie