Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
“Dir Iddik’’
Durant le mois sacré de Ramadan, et dans le cadre d’une première opération, à raison d’une semaine par établissement volontaires et professionnels de ‘’Dir Iddik’’, plateforme de solidarité pilotée par inwi, ont conjugué leurs efforts pour mettre à niveau quatre écoles primaires en milieu rural.
Après avoir participé à la rénovation de plus de 70 associations et 16 quartiers dans différentes villes du royaume, ‘’Dir Iddik’’ s’engage pour l’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves marocains procédant à la mise à niveau de quatre écoles respectivement à Imessouane (région d’Agadir), Sidi Kaouki (région d’Essaouira), Ait Alla (région de Demnate) et Ksar Sghir, a souligné inwi dans un communiqué.
Travaux de nettoyage, de gros œuvre, de peinture, de jardinage, et de décoration ont eté réalisés afin d’offrir aux élèves de ces écoles ''un cadre d’apprentissage plus agréable et plus accueillant'', a-t-on ajouté.

PASOCI
La Marocaine Samira Yassni Jirari, présidente de l’Observatoire Marocain des Droits des Femmes, a été désignée représentante permanente du Parlement Africain de la Société Civile (PASOCI) auprès de la Commission Africaine des droits de l'Homme et des Peuples de l’Union Africaine, à l’issue de la réunion extraordinaire du comité exécutif de cette instance, tenue, lundi dernier, à son siège à Lomé a-t-on appris lundi.
Organisation dotée d'un statut spécial auprès de l'ONU, le PASOCI est un regroupement des élus de la société civile représentant l'ensemble des pays membres de l'Union Africaine. Le Parlement Africain de la Société Civile représente un hémicycle social qui se veut un cadre de débat et de proposition des alternatives aux problèmes socio-économiques et politiques du continent africain et se veut une arène de réflexion sur les axes de développement, du respect des droits humains et des stratégies à adopter pour la promotion de la bonne gouvernance et des institutions démocratiques.

Bab Sebta
Les éléments de la douane au point de passage de Bab Sebta ont mis en échec, lors du week-end dernier, une tentative de sortie illégale de devises estimées à plus d'un demi million de dirhams, a-t-on appris de source douanière. Les douaniers ont avorté, cette tentative de trafic de devises qui porte sur une somme de 170.000 dirhams émiratis, soit l'équivalent de 437.000 dirhams marocains, en plus de 11.000 euros (environ 104.000 dirhams) en possession d'un étranger qui s'apprêtait à quitter le territoire national sans respecter les procédures juridiques en vigueur et sans une autorisation préalable auprès des institutions financières compétentes, a-t-on précisé de même source.
Et d'ajouter que l'argent saisi était enveloppé dans du papier journal et dissimulé dans les bagages de l'un des voyageurs qui était à bord d'une voiture de location au Maroc.
 

Mercredi 20 Juin 2018

Lu 239 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés