Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
DGSN
La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a démenti, samedi, des déclarations attribuées à l'avocat Mohamed Ziane au sujet de la convocation, vendredi, de l’une des plaignantes, précisant qu’une seule plaignante a été convoquée jeudi et notifiée par pli judiciaire en vertu d’un procès-verbal légal.
Le site d’information "Al 3omk Al maghribi" a diffusé des déclarations attribuées à l’avocat Mohamed Ziane dans lesquelles il prétend que l’une des plaignantes a été convoquée vendredi et menacée par la diffusion des vidéos de sa vie personnelle en cas de non comparution devant la justice lors de la prochaine audience, prévue le 29 mars, indique la DGSN dans un communiqué.
Afin d’éclaircir l’opinion publique, et conformément au droit de réponse garanti par la loi, la DGSN dément que la BNPJ ait reçu une des plaignantes, précisant qu’une seule plaignante a été convoquée jeudi et notifiée par pli judiciaire en vertu d’un procès-verbal.
Tout en réfutant ces déclarations et allégations mensongères à ce sujet, la DGSN fait remarquer que le travail de ses services se base sur les principes de la légalité et de la légitimité et reste engagée à préserver la confidentialité des enquêtes et leurs secrets conformément aux dispositions en vigueur.

Intox
Les chiffres avancés par des médias sur les cadavres de bébés retrouvés à Casablanca, au cours des dernières semaines, sont « très exagérés », a affirmé, vendredi, la préfecture de police, qualifiant de « dénuées de tout fondement » les informations relayées à cet effet. 
Les services de sûreté ont ouvert une enquête suite à la diffusion de ces données dans des médias, qui parlent de 300 nouveau-nés découverts décédés, suite à un acte délictueux, et recensés par les autorités, a indiqué la préfecture dans une mise au point. 
L'enquête a révélé que le nombre de bébés récupérés sur la voie publique, décédés ou en vie, ne dépasse guère les 23 cas, dont 10 en 2016 et 13 en 2017, a-t-on précisé de même source, qui a assuré vouloir « éclairer l’opinion publique et corriger l’erreur involontaire ».

Coquillages
Le département de la pêche maritime a annoncé, vendredi, la levée de l'interdiction (objet des communiqués du 10/01/2018 et du 26/02/2018) sur le ramassage et la commercialisation des coquillages au niveau des zones conchylicoles classées Oued Negro-M'diq et Oued Laou-Kaa Srass (région de Tétouan/Chefchaouen). Cette décision a été prise sur la base des résultats d'analyses effectuées par l'Institut national de recherche halieutique (INRH) qui ont montré une stabilité du milieu et une purification totale des coquillages au niveau de ces zones, indique le ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts dans un communiqué.
Le ministère recommande ainsi aux consommateurs de "ne s'approvisionner qu'en produits conditionnés, portant les étiquettes sanitaires d'identification et commercialisés dans les points de vente autorisés (marchés officiels)". "Les coquillages colportés ou vendus en vrac ne présentent aucune garantie de salubrité et constituent un danger pour la santé publique", avertit le ministère.

Libé
Lundi 26 Mars 2018

Lu 205 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés