Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Escroquerie
Le service préfectoral de la police judiciaire d'El Jadida a arrêté jeudi deux individus, dont un repris de justice, pour leur implication présumée dans une affaire d'usurpation d'identité régie par la loi et d’escroquerie contre un groupe de victimes.
Selon un communiqué de la DGSN, le procureur général près la Cour d'appel d'El Jadida avait chargé des officiers de la police judiciaire d’arrêter les prévenus après qu'ils avaient fixé un rendez-vous avec la victime dans un lieu public, ajoutant que la victime était censée remettre aux mis en cause d'importantes sommes d'argent afin qu'ils intercèdent en sa faveur auprès des services centraux de la DGSN pour l'obtention d'une autorisation d'ouvrir une école privée.
Selon les données préliminaires de l’enquête, les mis en cause sont soupçonnés d'être impliqués dans plusieurs opérations d'escroquerie et d'usurpation de titres et de fonctions officiels, dont 13 opérations d'escroquerie consistant à intercéder au profit des candidats ayant passé les concours d'accès aux services de la police, de la gendarmerie Royale et des forces auxiliaires, pour un "recrutement fictif" contre des montants d'une valeur globale d'environ 300.000 dirhams.

Coquillages
Le Département de la pêche maritime a décidé d'interdire la récolte et la commercialisation des coquillages issus de la zone conchylicole classée Douira-Sidi R'bat, relevant de la circonscription maritime d'Agadir et ce, jusqu'à épuration totale du milieu.
Les résultats d'analyses effectuées par l'Institut national de recherche halieutique (INRH) au niveau de la zone conchylicole classée Douira-Sidi R'bat dénotent la présence de biotoxines marines dans les coquillages à des teneurs anormales, indique mercredi le ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts dans un communiqué. A la lumière desdits résultats, il a été décidé d'interdire la récolte et la commercialisation des coquillages issus de ladite zone, indique le ministère qui recommande aux consommateurs de ne s'approvisionner qu'en produits conditionnés, portant les étiquettes sanitaires d'identification et commercialisés dans les points de vente autorisés (marchés officiels).
Le ministère informe que les coquillages colportés ou vendus en vrac ne présentent aucune garantie de salubrité et constituent un danger pour la santé publique.

Samedi 17 Mars 2018

Lu 170 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés