Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Arrestation
 
Le service préfectoral de la police judiciaire de Laâyoune, en coordination avec la brigade de la police judiciaire d'Essmara, et sur la base d'informations précises fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a arrêté un individu, ayant des antécédents judiciaires, soupçonné de lien présumé avec un homicide volontaire qui avait coûté la vie à un enseignant du secondaire.
Les services de police d'Essmara avaient découvert, vendredi après-midi, le cadavre du défunt attaché au niveau du siège-arrière de sa propre voiture et portant des blessures graves, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Les investigations ont permis d'appréhender un individu, âgé de 27 ans, en flagrant délit de détention de biens appartenant à la victime et de le présenter devant le parquet compétent, lundi 29 janvier, précise le communiqué de la DGSN. Les recherches ont débouché également sur l'arrestation du 2ème mis en cause, soupçonné de lien présumé avec cet acte criminel, relève la même source, notant que cet individu a été placé en garde à vue pour élucider cette affaire.

Interpellation

Un officier principal relevant du service préfectoral de la police judiciaire de Casablanca a été contraint, mardi après-midi, de faire usage de son arme de service pour arrêter un individu armé d'un coutelas qui mettait en danger la vie des citoyens et de ses collègues dans la zone d’Aïn Sebaâ, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Selon les premiers éléments de l'enquête, le mis en cause, sous l'emprise de la drogue, était en possession d'un couteau de grande taille, qu'il avait utilisé pour attaquer un taxi et casser ses vitres avant, ajoute la DGSN dans un communiqué, précisant qu'il a également infligé des dégâts matériels à une autre voiture avant l'intervention d'une patrouille de police.
Lors de cette opération, un officier principal a été contraint d'utiliser son arme de service en tirant au niveau des membres inférieurs du mis en cause, qui opposait une résistance farouche et menaçait les agents de police, ce qui a permis son arrestation et la saisie de l'arme blanche utilisée dans l'agression, relève la même source.

Cocaïne

Une quantité de 670 g de cocaïne a été extraite des intestins d'une ressortissante brésilienne mardi au Centre hospitalier universitaire Ibn Rochd de Casablanca, a-t-on appris auprès du district de sûreté de l'aéroport international Mohammed V.
Soupçonnée de trafic de cocaïne, la mise en cause, âgée de 23 ans, avait été arrêtée le 25 janvier par les éléments de la police de l'aéroport international Mohammed V, à son arrivée à bord d'un vol en provenance de Sao Paulo, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué.
La prévenue a été placée ensuite sous surveillance médicale au CHU Ibn Rochd pour extraire les capsules de cocaïne de ses intestins, ajoute la DGSN, précisant que l'opération a permis la saisie de 57 capsules de cette drogue.
La mise en cause a été placée en garde à vue à la disposition de l'enquête menée sous la supervision du parquet compétent, conclut le communiqué.

Jeudi 1 Février 2018

Lu 255 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés