Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Tan-Tan
Les services de sûreté de Tan-Tan ont arrêté, dimanche après-midi, un fonctionnaire de police, de grade de gardien de la paix, bénéficiant d'une mise en disponibilité de longue durée pour maladie psychiatrique, après avoir agressé un brigadier, avec une arme blanche pendant l'exercice de ses fonctions sur la voie publique, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Les données préliminaires relèvent que le suspect a attaqué la victime avec une arme blanche sur l'Avenue Hassan II de Tan-Tan, la blessant au cou, sans aucune raison, précise la DGSN dans un communiqué, ajoutant que la victime, grièvement blessée, a été transférée à l'hôpital pour recevoir les soins nécessaires. Le directeur général de la sûreté nationale a donné ses instructions aux services concernés pour la prise en charge de tous les frais de soins et d'hospitalisation du fonctionnaire de police.

Kénitra
Les services de la préfecture de police de Kénitra ont ouvert, dimanche, une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent à l'encontre d'un fonctionnaire de police, de grade d'officier, soupçonné d'avoir commis un accident de la circulation fortuit et de conduite en état d'ivresse.
Le service des accidents de la circulation de Kénitra a fait le constat, samedi à minuit, d'un accident de la circulation survenu lorsqu'une voiture particulière conduite par un fonctionnaire de police en dehors de ses heures de travail est entrée en collision avec une autre voiture en stationnement régulier dans une rue du quartier Al Kours avant de percuter le mur d'une maison, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Le fonctionnaire de police, qui était en état d'ébriété et qui a été légèrement blessé, a causé des dégâts matériels au véhicule et au mur de la maison. Il a été transféré à l'hôpital pour recevoir les soins nécessaires avant d'être placé en garde à vue.

Fès
L’explosion d’un chauffe-eau survenue dimanche matin dans un pavillon de la prison locale Ras Alma à Fès, n'a fait aucune victime, a annoncé la Direction générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR).
Dans un communiqué, la DGAPR précise que la déflagration a provoqué la chute partielle du mur qui entoure le lieu où se trouvait le chauffe-eau, sans faire de victimes parmi les prisonniers, ni le personnel pénitentiaire.
Une enquête sera ouverte pour élucider les circonstances de cet incident, ajoute le communiqué.

 

Mardi 9 Janvier 2018

Lu 228 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés