Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Agression
Le service préfectoral de la police judiciaire de Fès a interpellé mardi un touriste français de 58 ans soupçonné d’agressions sexuelles sur deux filles mineures, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Les éléments de la brigade de police touristique de Fès étaient intervenus mardi soir dans un atelier de couture à la Médina après le rassemblement d’un groupe de citoyens autour d'un ressortissant français soupçonné d’avoir eu des actes sexuels avec deux filles âgées respectivement de 10 et 13 ans, relève la DGSN dans un communiqué.
Les premiers éléments de l’enquête indiquent que l’intéressé résidait chez la famille de l’une des deux victimes, ajoute la même source, notant qu’un objet en plastique utilisé dans des simulations à caractère sexuel a été saisi sur le touriste français.
Le mis en cause ainsi que le propriétaire de l’atelier de couture ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent pour déterminer les circonstances de cette affaire, souligne le communiqué.

Décès
Un individu, placé en garde à vue pour des accusations de destruction de biens d'autrui et détention d’une arme blanche, est décédé mercredi matin à l’hôpital provincial de Témara, a indiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Cet individu, qui faisait l’objet d’un avis de recherche pour contrainte par corps, avait été arrêté mardi soir par la police de Témara pour son implication présumée dans des affaires de destruction de biens d’autrui et détention d’une arme blanche avant d’être placé en garde à vue sur instructions du parquet, souligne la DGSN dans un communiqué. Le mis en cause, qui souffrait de problèmes de santé, a été transféré à deux reprises à l’hôpital, dans la nuit de mardi à mercredi, où il a rendu l’âme, selon la même source. Son corps a été placé à la morgue pour autopsie, alors que la police judiciaire a été chargée par le parquet de mener une enquête sur les circonstances de ce décès. 

Kénitra
Le service préfectoral de la police judiciaire de Kénitra a ouvert mercredi une enquête, sous la supervision du parquet compétent, suite aux soupçons de la commission chargée de superviser les examens médicaux du concours des gardiens de la paix portant sur un faux certificat médical présenté par un candidat, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN)
Selon les investigations préliminaires, le candidat s'était présenté à l'Ecole de formation de police "Fouarat" dans la banlieue de Kénitra afin de passer l'examen médical relatif au concours des gardiens de la paix organisé par la DGSN, mais il a présenté un certificat médical délivré par un cardiologue comportant de fausses données, précise la DGSN dans un communiqué.
Le candidat a été déféré devant le service préfectoral de la police judiciaire pour les besoins de l'enquête menée sous la supervision du parquet compétent, en vue d'élucider les tenants et aboutissants de cette affaire, conclut le communiqué.

Marrakech
Un inspecteur de police, exerçant au 14ème arrondissement de police de Marrakech, a été transféré au service des maladies psychiatriques du CHU de la ville, après avoir présenté des signes de troubles psychologiques et menacé de se suicider, a indiqué mercredi la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). 
L'inspecteur, qui suit un traitement psychiatrique, a menacé de se jeter du toit du bâtiment de la préfecture de police de Marrakech, avant que les services de sûreté n’entament des négociations avec lui, avec la participation d’une psychologue et de cadres médicaux, a précisé la DGSN dans un communiqué.
L’intervention d'éléments de la brigade de recherche et d’intervention et de ceux de la protection civile a permis de neutraliser l’inspecteur et d'éviter qu’il se suicide, a ajouté la même source.



Libé
Vendredi 5 Janvier 2018

Lu 166 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés