Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Rabat
Le projet du cadre légal marocain applicable aux libertés d'expression, d'association et de réunion au regard des standards internationaux, élaboré en partenariat avec l'Association Adala, Irex Europe, le bureau Mena de l'organisation Article 19 et le bureau de l'Unesco à Rabat, a été lancé mardi à Rabat.
Lancé lors d'un séminaire international sur "Le renforcement de l'exécution effective d'un cadre légal garantissant la liberté d'expression, d'association et de réunion au Maroc", ce projet entend promouvoir une approche de concertation et de dialogue avec la participation active du plus grand nombre d'acteurs pertinents, y compris les acteurs gouvernementaux et institutionnels, la société civile, les médias et le secteur judiciaire. Ce projet se focalise sur les populations les plus marginalisées afin d'évaluer leur accès effectif à ces droits fondamentaux et leur caractère inclusif dans le cadre légal actuel, et ce à travers la promotion du plaidoyer de la société civile et des médias.

Héliportage
Un jeune souffrant de complications respiratoires aiguës a été transféré de Ouazzane vers Tétouan à bord d’un hélicoptère médicalisé du service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR), relevant de la direction régionale du ministère de la Santé à Tanger-Tétouan.
Le patient, âgé de 32 ans, a été admis au service de réanimation de l’hôpital provincial Abou Al-Kacem Azzahraoui à Ouazzane, des suites des complications respiratoires résultant d’une infection pulmonaire aiguë et de graves défaillances des fonctions vitales, dues aux complications du diabète, indique un communiqué du ministère de la Santé. Les premiers secours prodigués au niveau local ont permis de sauver le patient placé sous respiration artificielle, précise la même source, ajoutant que le staff médical, constatant la gravité de son état, a décidé de le transférer d’urgence au service de réanimation de l’hôpital provincial Saniet Rmel à Tétouan.

Subventions
Le ministère du Travail et de l'Insertion professionnelle a accordé des subventions à 11 associations s’activant dans la lutte contre le travail des enfants et la protection des droits sociaux des femmes, au titre de l'exercice 2017. Les accords portent sur les actions visant à éviter aux enfants âgés de moins de 15 ans de travailler, à améliorer les conditions de travail des enfants âgés entre 15 et 18 ans, notamment en veillant à ce qu’ils n’assurent pas les tâches dangereuses et à mener des campagnes de sensibilisation autour du phénomène du travail des enfants.
La promotion de la culture d'égalité au sein des entreprises et la sensibilisation des femmes employées et des employeurs pour faciliter l'accès des femmes au marché de l’emploi, améliorer leurs conditions de travail et leur permettre de concilier entre leurs responsabilités familiales et obligations professionnelles.

Jeudi 26 Octobre 2017

Lu 239 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés