Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Arrestation

La police nationale espagnole a procédé, jeudi à Madrid, à l’arrestation d’un ressortissant marocain pour appartenance à une organisation terroriste, indique le ministère espagnol de l’Intérieur.
Il s’agit d’un individu de nationalité marocaine âgée de 47 ans, né à Tétouan et qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis en mai dernier par les autorités marocaines, précise la même source dans un communiqué.
Cette arrestation met en évidence, une nouvelle fois, les "excellentes relations de coopération" existant entre les services de sécurité espagnols et marocains, souligne le ministère espagnol de l’Intérieur.
"L’individu arrêté, qui avait fait l’objet en 2004 de l’enquête policière et de la procédure pénale lancées en Espagne suite aux attentats ayant secoué le 11 mars la capitale espagnole, aurait appartenu à une organisation terroriste qui avait pour objet la préparation d’actes terroristes pour troubler l’ordre public, ainsi que l’obtention de fonds destinés au financement de ces activités criminelles", explique le communiqué.

Casablanca

Plus de 300 autogreffes de cellules souches hématopoïétiques ont été réalisées depuis 2004 par le Centre hospitalier universitaire Ibn Rochd de Casablanca, chez des enfants et des adultes, pour des cancers du sang et diverses tumeurs de l'enfant.
Le CHU Ibn Rochd de Casablanca a entamé la greffe de cellules souches hématopoïétiques (dite avant greffe de moelle osseuse) en juillet 2004, et depuis, plus de 300 autogreffes de cellules souches hématopoïétiques ont été réalisées chez des enfants et des adultes, pour des cancers du sang et diverses tumeurs de l’enfant, affirme le ministère de la Santé dans un communiqué.

Fès-Meknès

La Direction régionale de la santé de Fès-Meknès a décidé de réagir favorablement à un appel lancé, via des médias, par une dame de Fès, sollicitant l'intervention du ministère pour le traitement des complications de brûlures qu'elle a contractées il y a quatre ans, au niveau des jambes.
La Direction régionale de la santé a pris contact avec la famille de la concernée pour coordonner son transfert depuis son domicile jusqu’au Centre hospitalier régional Ghassani, où un staff médical et infirmier a procédé aux examens préliminaires, qui ont fait état d'une guérison normale des brûlures et l'existence de cicatrices et d'irritations dues au fait qu’elle est restée longtemps allongée sur le lit, indique, jeudi, un communiqué du ministère de la Santé.
L’équipe médicale, composé de spécialistes dans la chirurgie plastique, la neurologie, la médecine de réadaptation et la kinésithérapie, a conclu à la nécessité d’accueillir la patiente à l’hôpital pour une période de traitement et d’examens complémentaires, ajoute la même source.

Libé
Lundi 5 Juin 2017

Lu 198 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés