Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Errachidia
Une conférence nationale sous le thème "La qualité des professions de formation, d’enseignement, de gestion et la question de la réforme du système éducatif", se tiendra du 2 au 3 nombre prochain à l’initiative du Centre régional des métiers d'éducation et de formation dans la région de Drâa-Tafilalet. Selon les organisateurs, cette rencontre planchera deux jours durant sur l’examen d’une série de questions portant notamment sur les grands chantiers de la réforme du système éducatif, la relation entre la profession et la qualité dans les métiers d'éducation et de formation, en plus des moyens à même d’améliorer la production éducative et l’importance de la gouvernance pédagogique pour mener la réforme. Les thématiques qui seront traitées à cette occasion portent également sur "La réforme et la qualité, quelles significations dans les domaines de l’éducation et la formation ?", "La formation et la qualification dans les métiers d’éducation et de formation et les défis de la qualité", en plus de "La gouvernance éducative et la question de la réforme".

UMI
1000 étudiants africains poursuivent actuellement leurs études à l'Université Moulay Ismail (UMI) de Meknès, a fait savoir, lundi, le président de l’UMI, Hassan Sahbi, qui s’exprimait à l’ouverture de la 1ère semaine de l’Afrique, initiée sous le thème "La coopération Sud-Sud : quel rôle de l’université pour une coopération durable ?". Ces étudiants étrangers sont originaires de pays frères et amis, dont Madagascar, le Burundi, le Cameroun, la République Démocratique du Congo, la Côte d’ivoire, Djibouti, le Gabon, la Guinée équatoriale, les îles Comores, le Kenya, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Rwanda, la République Centrafricaine, la Guinée, le Sénégal et le Tchad. Cette attractivité est due à plusieurs facteurs, notamment à la qualité de la formation et de l’accueil à travers des journées dédiées aux étudiants africains pour leur permettre de mieux s’intégrer et les actions de brassage culturel pour l’encouragement des étudiants africains à organiser des activités en vue de faire connaitre leurs cultures et les traditions de leurs pays d’origine.
Le nombre d’étudiants africains au Maroc est estimé actuellement à 16.000 contre 1040 en 1994. 8000 d’entre eux sont boursiers.

Mercredi 24 Mai 2017

Lu 172 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés