Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Démenti
La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a démenti catégoriquement l’existence de quelconques pages ou comptes officiels sur Internet ou sur les réseaux sociaux au nom du directeur général de la Sûreté nationale, prétendant la réception de doléances, plaintes ou correspondances émanant des citoyens. Les services de la Sûreté nationale ont repéré une page Facebook, dont le ou les détenteurs prétendent qu’il s'agit d'une page officielle du directeur général de la sûreté nationale, indique lundi la DGSN dans une mise au point.
Tout en réitérant son démenti catégorique concernant cette page, la DGSN dément tout lien avec les publications et les commentaires relayés par les pages et comptes similaires attribués aux services de la sûreté nationale.

Drogue
Le service préfectoral de la police judiciaire de Marrakech, appuyé par des éléments de la brigade nationale de la police judiciaire, a procédé, lundi matin, à l'arrestation de cinq individus, dont l'un ayant des antécédents judiciaires et recherché au niveau national, pour leurs liens présumés avec un réseau criminel de trafic de drogue et de psychotropes, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Une équipe sécuritaire s'est rendue à Douar Ouled Reghay, dans la province de Kelaa des Seraghna, à 84 km de Marrakech, en vue d'interpeller un individu faisant l'objet de cinq avis de recherche au niveau national pour trafic de drogue, ajoute la DGSN dans un communiqué, notant que le mis en cause a opposé une farouche résistance en menaçant les éléments de la police avec un fusil de chasse avant d'être neutralisé et arrêté avec 4 autres individus.
Les perquisitions menées dans le cadre de cette affaire ont permis la saisie d'un fusil de chasse non autorisé, 51 cartouches de calibre 12 mm, 900 kg de kif, 170 kg de poudre de tabac, 4,5 kg de hachich et 1.000 litres d'eau-de-vie, outre six téléphones portables et 3 armes blanches, ajoute la même source.

DGAPR
La Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a dénoncé le recours d’une fonctionnaire, ayant fait l’objet d’une décision de révocation, à la diffusion d’allégations infondées via les médias.
Dans un communiqué, la DGAPR dénonce «le recours de ladite fonctionnaire et de ses instigateurs, à la diffusion d’allégations infondées à travers les médias, dans une tentative de donner à la délégation l’image d’une institution qui défie la loi et refuse d’exécuter les décisions de la justice».
A ce propos, la DGAPR a affirmé que le conseil disciplinaire, tenu en 29 décembre 2015, avait pris la décision de révoquer de la Fonction publique la fonctionnaire en question, pour "diffamation à l’encontre de ses supérieurs hiérarchiques et la présentation de données administratives erronées, à même de nuire à la réputation et à l’image de ce département".

Mercredi 12 Avril 2017

Lu 283 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés