Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Arrestation
Le service préfectoral de la police judiciaire d’Agadir a procédé, mercredi soir, à l’arrestation de quatre individus pour des liens présumés avec une bande criminelle spécialisée dans le vol qualifié de bijouteries, de locaux commerciaux et d'agences de transfert d'argent, démantelée dernièrement.
Les mis en cause ont été arrêtés à Agadir, à Inzegane et à Aït Melloul soupçonnés d'avoir acheté et recélé des effets volés par ladite bande, apprend-on d’une source judiciaire.
Selon la même source, la perquisition du domicile de l’un des prévenus a permis la saisie davantage de bijoux et la somme de 40.000 dirhams en liquide obtenus des opérations de vol perpétrées par les membres de cette même bande.
Les prévenus ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent alors que les investigations se poursuivent pour déterminer d'éventuelles ramifications de cette bande criminelle.

Interpellation
La brigade nationale de la police judiciaire, sur la base d'informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire national, a procédé, jeudi matin, à l’arrestation d’un Egyptien et d’un Erythréen pour leurs liens présumés avec un réseau de crime organisé transnational.
Un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que les mis en cause ont été interpellés suite à la saisie de passeports au nom de ressortissants du Pakistan et d’Erythrée, expédiés depuis un pays étranger via des agences internationales de messagerie, ajoutant que les passeports seraient utilisés pour commettre ou faciliter des actes criminels.
Les premières investigations ont démontré que le ressortissant égyptien arrêté dans le cadre de cette affaire a des antécédents judiciaires en escroquerie et qu'il se trouve actuellement en situation irrégulière dans le Royaume, relève la même source.

Session
Une session de formation sous le thème: "La lutte contre la violence en milieu carcéral", aura lieu du 23 au 24 février à Marrakech, à l’initiative du Centre des droits des gens (CDG). Organisée en partenariat avec la Délégation générale de l'Administration pénitentiaire et de la réinsertion, la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus et le ministère de la Justice et des Libertés, cette session profitera aux cadres des administrations pénitentiaires et des assistants sociaux.
Soutenue par la Fondation Friedrich Naumann, cette session de formation s’inscrit dans le cadre de la stratégie du CDG visant à renforcer les politiques publiques et l’éducation contre la violence dans la société sous toutes ses formes.
A cette occasion, il sera procédé à la création d’un club des droits de l’Homme et de citoyenneté au profit des détenus de la prison l’Oudaya à Marrakech.

 

Samedi 18 Février 2017

Lu 385 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés