Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Transfert

Le transfert de la manifestation "Capitales africaines de la culture" de Marrakech à Rabat est dicté par des considérations managériales et techniques, l'objectif étant de réunir toutes les conditions de réussite de cet événement de grande envergure et à dimension internationale, a indiqué, jeudi à Rabat, le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, porte-parole du gouvernement, El Hassan Abyaba.
Le Maroc dispose d'un programme culturel international que n'importe quelle ville du Royaume peut abriter, a assuré le ministre lors d'un point de presse à l'issue du Conseil de gouvernement, soulignant que toute manifestation africaine organisée dans une ville marocaine est un acquis pour le Royaume.
La cité ocre avait été choisie pour lancer en 2020 la première édition des "Capitales africaines de la culture", eu égard à sa contribution à la multiculturalité africaine et à la richesse de son patrimoine.
Ce rendez-vous se veut un événement majeur, ancré et piloté en Afrique et rayonnant à l'international. Il s'agit d'une initiative fédérant et valorisant les expertises, le savoir-faire et les compétences sur le continent et dans la diaspora. C'est aussi une plateforme renforçant la coopération Sud-Sud, facilitant la circulation des personnes, des connaissances et des biens au sein du continent africain.

Festival

La 2ème édition d'un Festival culturel, dédié aux plats culinaires et aux produits d’artisanat locaux s'est poursuivie, jeudi à Douar Taghit (province de Tata), avec une programmation riche visant essentiellement la promotion de la région et la mise en lumière de ses différentes potentialités.
Organisée sous le signe “Faisons de notre culture amazighe, une locomotive pour le développement", par l’Association féminine "Assid pour le développement, la culture et les œuvres sociales", cette manifestation se veut l'occasion de faire connaître le patrimoine historique, culturel et authentique de la région et surtout, d'oeuvrer en vue de préserver ce legs séculaire.
Ce festival dont l'organisation coïncide avec la célébration de nouvel an amazigh, constitue un espace idoine pour les femmes d'exposer leurs produits d'artisanat, ainsi que leur savoir-faire dans le domaine culinaire, et un point de rencontre entre familles et proches, le temps de renouer avec ce patrimoine ancestral qui fait la fierté de toute la région.
Plusieurs visiteurs, en provenance de Tata et des régions avoisinantes, ont pris part à ce festival à caractère culturel, culinaire, social et économique et ont pu déguster des mets de la région, soigneusement préparés pour le bonheur et le plaisir de tous.

Samedi 25 Janvier 2020

Lu 784 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif













Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com