Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Immigration

Les éléments de la sûreté nationale de la ville de Nador ont mis en échec, lundi soir, une opération d'émigration clandestine et arrêté 25 candidats à l'émigration illégale issus de pays de l'Afrique subsaharienne.
Selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les recherches effectuées dans le cadre de cette affaire ont permis l'arrestation d'un individu ayant des liens présumés avec l'organisation de la migration clandestine et qui fait l'objet d'un avis de recherche au niveau national.
Les opérations de fouilles effectuées ont également permis la saisie de gilets et chambres à air qui devraient être utilisés dans des opérations d'émigration illégale, précise le communiqué.
Le principal suspect a été placé en garde à vue à la disposition de l'enquête judiciaire menée sous la supervision du parquet compétent, alors que la loi relative à l'entrée et au séjour des étrangers au Royaume du Maroc sera appliquée à l'encontre des candidats à l'émigration clandestine arrêtée dans cette affaire.
Cette opération s’inscrit dans le cadre des efforts intenses et continus déployés par les services de la DGSN pour lutter contre le phénomène de l’émigration clandestine et la traite des êtres humains, ajoute la même source.

Arrestation

Les éléments de la police du district de la sûreté de Fès El Jadid Dar Dbagh, relevant de la préfecture de sûreté de Fès, ont arrêté, dimanche, un agent de sécurité privée dans un complexe commercial de la ville, pour son implication présumée dans une agression physique à l'aide d’une bombe lacrymogène.
Les éléments de la sûreté nationale avaient reçu un appel téléphonique selon lequel des employées d’un complexe commercial étaient dans un état de suffocation après avoir inhalé du gaz lacrymogène, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), précisant que ces éléments se sont rendus sur les lieux et sont parvenus à identifier l’origine de cette agression.
Il s’est avéré que deux agents de sécurité privée sont entrés en altercation à proximité de la porte du complexe, et un d’entre eux a eu recours à une bombe lacrymogène contre son collègue, relève la DGSN dans un communiqué.
A cause de cette agression réciproque, plusieurs employées ont été blessées après avoir inhalé accidentellement le gaz lacrymogène, ce qui a nécessité leur transfert à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires, souligne la source, ajoutant que la perquisition du domicile du prévenu a permis la saisie de la bombe lacrymogène utilisée dans l’agression, qu'il a obtenue à travers un de ses proches.
Le mis en cause a été placé en garde à vue à la disposition de l'enquête judiciaire menée sous la supervision du parquet compétent.
En élucidant les circonstances de cette affaire qui a été filmée par les caméras de surveillance du complexe commercial, la préfecture de sûreté de Fès dément catégoriquement les rumeurs prétendant qu'il s'agit d'un acte criminel pour motif de vol, conclut le communiqué.

Mercredi 18 Décembre 2019

Lu 693 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif