Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Fès
Le service préfectoral de la police judiciaire de Fès a ouvert, mercredi soir, une enquête sous la supervision du parquet compétent pour déterminer les circonstances dans lesquelles un brigadier relevant du groupe d'intervention régional a fait usage de son arme de service, blessant une personne au niveau des membres inférieurs, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Un communiqué de la DGSN souligne que le brigadier a informé le centre de télécommunications de la préfecture de police qu'il faisait l'objet d'une agression corporelle de la part d'un groupe de personnes aux alentours du domicile familial, en dehors des heures de travail à cause du tapage qu'ils provoquaient, ce qui l'a poussé à user de son arme de service, blessant l’un d'entre eux au niveau de la cuisse.
Le suspect blessé a été placé sous surveillance médicale à l'hôpital, tandis que le policier en question et trois autres personnes soupçonnées d'être impliquées dans cette affaire ont été placés en garde à vue à la disposition de l'enquête en cours sous la supervision du parquet compétent.

Terrorisme
Un ancien professeur de mathématiques, qui avait enregistré sur son ordinateur plus de 1.000 photos et une centaine de fichiers audiovisuels de propagande de l'EI, a été condamné mercredi à deux ans de prison par un tribunal de Grenoble, rapportent les médias.
Incarcéré depuis son interpellation fin juillet à Fontaine (est de la France) pour «apologie du terrorisme » et « diffusion de l'enregistrement d’images relatives à la commission d’une atteinte volontaire à l’intégrité de la personne », cet homme, né au Maroc, devra rester en prison pour y purger sa peine.
Une peine inférieure aux réquisitions du procureur de la République qui réclamait quatre ans d'emprisonnement et un suivi socio-judiciaire de six ans avec obligation de soins.
Père de trois enfants, cet ancien professeur de mathématiques a longtemps enseigné en collège/lycée publics. Sa possible radicalisation avait été signalée par les services de renseignement français.
Selon les médias français, des centaines de fichiers ont été retrouvés sur son ordinateur dont certains téléchargés depuis l'organe de propagande de l'EI, Amaq.

Vendredi 31 Août 2018

Lu 165 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés