Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers Economie




Rencontre

L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) organisera, le 30 janvier courant, une rencontre-débat autour des moyens à même de rendre plus aisée la circulation des biens et des personnes à travers les frontières par l’application des principes SMART.
Initiée sous le thème "Sécuriser les frontières, mesurer la performance, automatiser les procédés, gérer les risques et intégrer la technologie", cette rencontre-débat s'inscrit dans le cadre de la célébration, par la communauté douanière mondiale chaque 26 janvier depuis 1983, de la Journée internationale de la douane (JID), fait savoir l’ADII dans un communiqué.
En sus de cette rencontre, ajoute le communiqué, diverses activités à caractère culturel, sportif et artistique animeront ce rendez-vous annuel des douaniers qui s’étalera sur une semaine à compter du 26 janvier.

Formation

19 jeunes, issus en majorité de la région de Guelmim-Oued Noun, ont bénéficié d’une formation certifiante en vue d’accompagner 48 porteurs d’initiatives économiques dans la réalisation de leurs projets.
Initiée par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité et la Fondation Phosboucraa, cette formation, qui a démarré le 22 novembre 2018 pour se terminer jeudi, a consisté à préparer ces jeunes à la mission d’accompagner les porteurs de projets et les coopératives pour favoriser leur intégration au marché.
Les bénéficiaires de la formation "Accompagnateurs CEFE de porteurs d’initiatives économiques" ont pu assimiler "comment accueillir, faire un diagnostic de la situation du porteur d’initiative, informer, orienter et accompagner de l’idée du projet au business plan et jusqu’à la réalisation et le développement du projet d’entreprise", indique un communiqué de la Fondation Phosboucraa.
Cette formation se distingue par le fait qu’elle se base sur l’approche allemande CEFE qui privilégie l’apprentissage par l’action. "Grâce à cette formation certifiante, la région de Guelmim et la ville de Laâyoune et Dakhla disposent désormais d’un réseau d’experts capables d’accompagner les très petites entreprises (TPE) qui représentent l’essentiel du tissu économique de la région", ajoute la même source.

 

Samedi 26 Janvier 2019

Lu 461 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.