Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers Economie




L’ONEE signe deux accords de prêt pour
la sécurisation de l'accès à l’eau au Maroc


L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a signé, vendredi, deux accords de prêt d'une valeur de plus de 115 millions d'euros avec la Banque africaine de développement (BAD) et un Fonds chinois, portant sur le financement d'un programme de pérennisation et de sécurisation de l’accès à l’eau au Maroc.
Le programme profite à une population globale actuelle de 2,5 millions d'habitants qui atteindra 3,3 millions à l'horizon 2040, indique l’ONEE dans un communiqué, précisant que le premier accord concerne un prêt octroyé par la BAD à hauteur de 79,33 millions d'euros, alors que le second prêt émane du fonds chinois Africa Growing Toghether Fund (AGTF) pour un montant de 43,36 millions de dollars, géré par la BAD. Les deux accords ont été signés par le directeur général de l’ONEE, Abderrahim El Hafidi et la représentante résidente de la Banque africaine de développement (BAD) au Maroc, Leila Mokadem.
Ce programme de pérennisation et de sécurisation de l’accès à l’eau porte sur l’adduction des eaux brutes du barrage "Ghriss" jusqu’à la station de traitement d’Al Hoceima ainsi que sur l’adduction des eaux du barrage Ibn Battouta à la station de traitement Mharhar (Tanger). Il prévoit aussi le renforcement de la production d’eau de la région de Guercif à partir du barrage "Targa ou Madi", le renforcement de la capacité de traitement pour la région de Béni Mellal et de la production d’eau de la région de Zagora à partir du barrage "Agdez". La collaboration entre l’ONEE et la BAD dans le secteur de l’eau et de l’assainissement liquide remonte à 1978, avec désormais plusieurs financements totalisant près de 9 milliards de dirhams.

Hausse de la production de l'énergie
électrique à fin octobre


La production nationale de l'énergie électrique a enregistré une progression de 7,5% à fin octobre, après +6% au premier semestre 2018 et +3,1% il y a une année, indique la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère de l'Economie et des Finances.
Ce résultat provient, notamment, de la bonne performance de la production privée (+8,2%), de celle des projets développés dans le cadre de la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables (+73,3%) et de celle de l'ONEE (+2,2%), précise la DEPF dans sa note de conjoncture du mois de décembre 2018.
En revanche, la consommation de l'énergie électrique s’est repliée de 1,9% à fin octobre 2018, après un retrait de 2,6% à fin septembre et une hausse de 4,3% un an auparavant, relève la même source, expliquant cette évolution par la baisse des ventes de l’énergie de très haute, haute et moyenne tension de 6,2%, conjuguée à une quasi-stagnation de celles de basse tension (+0,3%).
Parallèlement, le solde des échanges de l’énergie électrique avec l’Algérie et l’Espagne (importations-exportations) s’est réduit de 35,8% à fin octobre 2018, en raison du recul du volume de l’énergie importée de 33,8% et de la hausse de celle exportée de 42,1%, dans un contexte d’une légère hausse de l’énergie nette appelée de 0,6%, après +5% à fin octobre 2017, fait savoir la note.

Mercredi 26 Décembre 2018

Lu 621 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Septembre 2020 - 18:00 L'événementiel en quête de perspectives meilleures