Libération

Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des zones de distribution et de commerce bientôt à Bir Gandouz et El Guerguarat





Des zones de distribution et de commerce à Bir Gandouz et El Guerguarat, de 30 ha chacune, nécessitant un investissement de 160 millions de dirhams(MDH),sont en phase d’études urbanistiques et techniques. Dans ce cadre, une délégation de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM) a rendu visite au président du Conseil régional de Dakhla-Oued Eddahab, El Khattat Yanja, pour s’enquérir de l’état d’avancement de ce projet, qui va permettre à la région de se positionner en tant que hub stratégique entre le Maroc et sa profondeur africaine. A cette occasion, les membres de la délégation et El Khattat Yanja ont souligné que ces deux zones de dernière génération sont de nature à renforcer l’attractivité économique de la région, à même d’améliorer les infrastructures et d’attirer les investissements privés tant nationaux qu’internationaux.

Ils ont également mis l’accent sur le programme de réalisation du projet comprenant notamment l’aménagement de ces zones (voirie, assainissement, eau potable, électrification, éclairage, télécommunication), la réalisation des infrastructures hors site nécessaires à la mise en valeur des parcs et les aménagements communs internes. Dans une déclaration à la MAP, le président de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM), Jean-Pascal Darriet, a souligné que la Chambre a mis son expérience et son savoir-faire à la disposition du Conseil régional pour accélérer l’exécution de ce projet, dans la perspective de promouvoir la région et mettre en avant ses atouts et potentiels. Jean-Pascal Darriet a également indiqué que ce projet va aider au développement économique et à l’implantation d’entreprises, émettant le souhait de voir cette dynamique s’installer durablement avec les adhérents de la Chambre et de participer pleinement à la croissance de la région. Pour sa part, El Khattat Yanja a mis en exergue ce projet d’envergure qui va renforcer de manière constante les liens économiques et commerciaux entre le Maroc et sa profondeur africaine, à même d’assurer l’intégration de la région dans le système de développement intégré, en vue d’appuyer les entreprises, l’emploi et les investissements.

La Chambre a une expérience pionnière dansla mise en place des zoneslogistiques,s’est-il réjoui, émettant le souhait de tirer profit de son expérience en la matière, dansle but de garantir la réalisation du projet et de drainer davantage d’investissements dans cette région. La mise en place de ces zones de distribution et de commerce intervient dans le sillage d’une convention de partenariat relative à l’exécution de projets du secteur du commerce extérieur inscrite dans le cadre du contrat-programme relatif au financement et à l’exécution des programmes de développement intégrés de la région (2016- 2021). La création de ces zonesfait également l’objet d’une convention de partenariat portant sur la viabilisation, l’aménagement, et la gestion des parcs logistiques à Bir Gandouz et El Guerguarat, signée en marge du Forum d'affaires Maroc-France tenu du 23 au 25 octobre 2019 à Dakhla. Cette convention a pour objet de définir les conditions et modalités de réalisation, de promotion et de commercialisation des projets des parcs logistiques de Bir Gandouz et El Guerguarat. Les zones de distribution et de commerce à Bir Gandouz et El Guerguarat sont destinées à accueillir en particulier les petites et moyennes entreprises (PME) et petites et moyennes industries(PMI) logistiques sur tous les maillons de la chaîne de valeur (transporteur, entrepositaire, représentants en douane, transitaires, agents de fret…), ainsi que les différents services(restauration, banque, pharmacie, commerces et guichet d’aide à la création d’entreprise et à l’obtention d’autorisations de construire). La réalisation de ces deux plateformes selon les standards internationaux en matière d’infrastructures et de services s’inscrit dans le cadre du plan de développement de la région de Dakhla-Oued Eddahab et favorise l’implantation d’entreprises aussi bien nationales qu’étrangères, eu égard aux atouts dont bénéficie la région.

Situation calme à El Guerguarat

La situation à El Guerguarat est calme et normale, ont affirmé dimanche matin des sources autorisées, ajoutant que le trafic routier entre le Maroc et la Mauritanie, et au-delà vers l’Afrique subsaharienne, "n’est aucunement perturbé". Malgré les harcèlements sans incidents des milices du Polisario, la situation à El Guerguarat, comme dans l’ensemble du Sahara marocain, est calme et normale. Le trafic routier entre le Maroc et la Mauritanie, et au-delà vers l’Afrique subsaharienne, n’est aucunement perturbé, ont précisé les mêmes sources.

Conformément aux Hautes instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Chef Suprême et Chef d’Etat-Major Général des Forces Armées Royales (FAR), le passage d'El Guerguarat a été sécurisé par les FAR, ont souligné les mêmes sources, rappelant que depuis novembre 2020, les milices du Polisario procèdent à des harcèlements, dans une réaction désespérée à cette sécurisation du passage. Parallèlement à cela, poursuivent les sources autorisées, la propagande algéropolisarienne tente vainement de montrer une "zone de guerre", à travers des fake news, des "communiqués de guerre", des dépêches et des reportages quotidiens sur des "accrochages imaginaires".

Une Sahraouie arrêtée pour avoir giflé un officier de la milice polisarienne

Ahmed Ould Souilem est l’un des milliers d’adolescents sahraouis embrigadés par le Polisario. Ces enfants sont isolés dans des camps installés en plein désert et où les conditions de vie ne sont pas des plus confortables. Les enfants séparés de leurs parents sont soumis à des entraînements militaires pendant lesquels on leur apprend le maniement des armes. Lors de manœuvres militaires, ils doivent faire semblant de s’entretuer en tirant les uns sur les autres. Jeudi dernier pendant l’une des séances de tir, l’adversaire d’Ahmed a tiré à balle réelle tuant le gosse.

La mère d’Ahmed, Rhleila bint Sidi Brahim Ould Ali, ayant appris la mort « accidentelle » de son fils s’est rendue au prétendu ministère de la Défense où elle fut reçue par un membre de la direction du Polisario, chargé de l’entraînement et de l’endoctrinement des adolescents qui, au lieu de réconforter la femme endeuillée et de lui présenter ses condoléances pour la mort de son enfant âgé de 16 ans, s’est mis en colère la traitant de traîtresse en lui disant que son fils n’était qu’un Sahraoui parmi tant d’autres qui serait mort accidentellement. Ne pouvant supporter ce discours mensonger, elle lui asséna une gifle le faisant chanceler.

Apeuré, le soi-disant officier s’est enfui après avoir ordonné à des éléments de la prétendue gendarmerie de l’arrêter. Les habitants des camps ayant appris la nouvelle se sont constitués en groupes solidaires avec Rhleila et ont organisé une marche sur Rabouni en scandant : «Le Sahara est marocain. Nous avons assez du siège que vous nous imposez et de voir nos enfants exploités».

Ahmadou El-Katab

Libé
Dimanche 24 Janvier 2021

Lu 986 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.