Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des radars intelligents pour confondre les conducteurs trop pressés




Lorsque le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, a annoncé, il y a quelques jours, lors de la réunion du comité interministériel de la sécurité routière, que le Maroc souhaitait réduire les accidents de la circulation de 20% d’ici l’an prochain, on ne s’attendait vraiment pas à ce que la machine se mette en route aussi rapidement. En effet, et alors que le nombre des infractions liées à l’excès de vitesse relevées par radars fixes a atteint auprès des tribunaux du Royaume le nombre de 1.445.113 et qu’elles sont à l’origine d’accidents plus dramatiques les uns que les autres, 280 unités d’un radar mobile et intelligent ont été distribuées, jeudi, aux agents de contrôle routier, gendarmerie et police. 
Intitulé TruCam LTI 20/20, ce radar n’est pas un radar comme les autres. Dans les faits, il détecte l’excès de vitesse de votre véhicule avant même son passage. En sus, et c’est là que réside sa particularité, via ses caméras digitales, ce radar de fabrication américaine enregistre une vidéo instantanément à plus de 50m, qui lui permettra de lire la plaque d’immatriculation du véhicule et de vous verbaliser sans que le gendarme ou le policier n’ait à vous arrêter pour rédiger le PV. Soit un gain de temps précieux et non négligeable. 
Dans un communiqué, le département du transport s’est réjoui en précisant que « cette technologie permet de disposer de preuves vidéos et photos des infractions commises, mais également d’enregistrer toutes les données liées à la reconnaissance du véhicule notamment sa marque et son numéro d’immatriculation ».  
Vous l’aurez certainement compris, une semaine après la tenue de la Journée nationale de la prévention routière, ces nouveaux appareils qui rentrent dans le cadre de la volonté de renforcer les contrôles routiers à l’intérieur et à l’extérieur du périmètre comme l’a confirmé le département de Najib Boulif, secrétaire d’État chargé du Transport. Et d’ajouter : «Il est nécessaire d’utiliser l’approche punitive, en parallèle à celle de la sensibilisation pour améliorer les comportements sur les routes ». Effectivement, ce doux euphémisme se traduit par un lourd et triste bilan, puisque les accidents de la circulation fauchent, chaque année, 500 personnes et font 100.000 blessées au Maroc. 
 

C.C
Samedi 23 Février 2019

Lu 787 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com