Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Dégueus” ou “trop mignons!”, les animaux discriminés par leur image




Beurk ! Une réaction viscérale banale devant certaines bestioles visqueuses ou grouillantes. Mais les vers de terre méritent-ils moins d'être protégés que les pandas aux yeux tristes ? L'image des animaux n'est pas neutre dans l'intérêt qu'ils suscitent.
Taille, rareté, ressemblance avec l'être humain ou forme étrange, intelligence, comportement, danger... De multiples facteurs influencent notre réaction face à un animal.
"Mais l'un des plus importants, c'est s'il est mignon: des caractéristiques physiques comme de grands yeux et des traits doux éveillent nos instincts parentaux parce qu'ils nous rappellent un bébé humain", explique Hal Herzog, professeur de psychologie à l'université américaine de West Carolina.
Comme le panda avec son masque noir. Mais comparez-le avec une autre espèce asiatique encore plus en danger: la salamandre géante de Chine, suggère le spécialiste des relations hommes-animaux: "Elle ressemble à un gros sac de 65 kilos de bave brune avec de petits yeux perçants"...
Quant aux vers de terre sans yeux ni jambes, "ils ressemblent plus à une vie extraterrestre primitive qu'à un animal avec lequel un humain peut s'identifier", poursuit-il.
Ils sont pourtant essentiels à la vie des sols, mais comme les asticots, rats ou serpents, ils inspirent souvent le dégoût. Un sentiment "probablement transmis socialement, culturellement et au sein des familles", relève Graham Davey, spécialiste des phobies à l'Université de Sussex.
Certains ressemblent "à des choses primaires repoussantes comme la morve ou la matière fécale", d'autres sont liés à la transmission --réelle ou fantasmée-- de maladies.
On a plus de risques d'être rattrapé par une maladie que par un animal sauvage, ce qui explique qu'on ne soit pas repoussé par un lion ou les ours, grands prédateurs mais aussi des mammifères couverts de poils utilisés par millions comme peluches.
De manière générale, les gens ont moins tendance à se préoccuper de ce qui peut leur "poser problème", note Jean-François Silvain, président de la Fondation française pour la recherche sur la biodiversité.
Ainsi, "une blatte a une espérance de vie très courte si elle n'est pas cachée au fond d'une armoire !", commente l'entomologiste. Il se réjouit toutefois d'une "prise de conscience" provoquée par de récentes études montrant le déclin sans précédent de populations d'insectes, espèces essentielles aux écosystèmes et aux économies.
Mais l'image d'un animal peut aussi être influencée par la culture populaire, notamment le cinéma.
Si "Sauvez Willy" a pu créer une vague de sympathie pour les orques, "Arachnophobia" n'a pas aidé les araignées, ni "Les dents de la mer" les requins.
Mais pour Graham Davey, "Alien" a peut-être fait encore plus de mal. Pas un vrai animal, direz-vous ? Certes, mais "voir la gueule dégoulinante de bave d'un extra-terrestre dans un film" rend les gens "plus sensibles aux choses dégoûtantes".
Et le grand public n'est pas le seul concerné: une étude de Scientific Reports a montré en 2017 une corrélation entre les préférences sociétales et les espèces les plus étudiées par les scientifiques.
"Peut-être parce qu'il est plus facile d'obtenir de l'argent" pour ces travaux, avance l'un des auteurs Frédéric Legendre, chercheur au Muséum national d'histoire naturelle en France.
Plus facile aussi pour lever des fonds, assure Christo Fabricius, de l'ONG WWF, qui affiche depuis un demi-siècle un panda comme logo. "Les reptiles par exemple ne sont pas très vendables."
Et si certains peuvent parfois s'agacer de voir l'argent et l'attention se focaliser sur ces fameux pandas et d'autres grands mammifères charismatiques, les favoriser n'est pas absurde.
"Quand on protège les espèces emblématiques, on protège leur habitat et tous les organismes qui sont dedans en bénéficient", souligne ainsi Frédéric Legendre.
Mais être un éléphant ou un tigre n'est pas non plus une garantie de survie.
Selon une étude publiée en avril dans PLOS Biology, la présence "virtuelle" massive de ces espèces charismatiques sur nos écrans, dans les livres pour enfants, sur les T-shirts ou les boîtes de céréales fait croire à la population qu'ils sont tout aussi répandus dans la nature.

Samedi 4 Mai 2019

Lu 1062 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 15:28 Le diabète de type 2 favorisé par l’insomnie