Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Débat à Paris sur les défis de l’entrepreneuriat au Maroc

Une Journée de la création d’entreprise tenue à l’Institut de France




Les défis actuels et futurs de l’entrepreneuriat au Maroc ont fait l’objet d’un débat, samedi, à l’occasion de la 12ème édition de la Journée de la création d’entreprise, tenue à l’Institut de France à Paris, à l’initiative de l'Association Maroc entrepreneurs, avec la participation de cinq experts et institutionnels marocains.
Le débat a porté notamment sur l’accès des entreprises et des strat-up aux financements, à la formation et à l’innovation dans le domaine entrepreneurial, ainsi que sur l’importance d’améliorer le climat d’affaires dans le Royaume pour attirer davantage de Marocains du monde.
Organisé sous le thème "Bâtissons ensemble le Maroc de demain", ce panel a réuni Taoufik Lahrach, secrétaire général de la Caisse centrale de garantie (CCG), Mounia Boumehdi, directrice générale de Maroc Numeric Fund, Ghizlane Maghnouj Elmanjra, entrepreneure sociale et fondatrice de l’initiative citoyenne "Maroc Impact", Youssef Saadani, directeur des études économiques de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et membre de la Commission spéciale sur le modèle de développement et Khalil Azzouzi, fondateur et associé au Fonds d’investissement en capital risque "Azur Innovation".
A cette occasion, rapporte la MAP, le secrétaire général de la CCG s’est attardé largement sur les prérogatives de la CCG et son rôle primordial dans la facilitation de l’accès des entreprises aux crédits, notant que les garanties fournies par la caisse ont un impact positif sur l'ensemble de l’économie nationale.
Il a estimé que le financement demeure l’une des principales problématiques pour les entrepreneurs, soulignant que désormais, tout entrepreneur marocain ou étranger a accès à diverses formules de financement et d'encouragement à l'investissement et trouve à sa disposition nombre d'interlocuteurs durant tout le processus de création de l'entreprise.
La directrice générale de Maroc Numeric Fund est revenue de son côté sur les contraintes de l’entreprise, notamment les délais de paiement, qui à son avis, tuent les entreprises, plus particulièrement les PME. Elle s’est aussi arrêtée sur le rôle de la diaspora marocaine, insistant sur la nécessité de rétablir la confiance dans le climat d’affaires au Maroc et d’oeuvrer en vue de plus d’équité de chances pour améliorer l'attractivité du Royaume pour les membres de la communauté marocaine installée à l'étranger.
A son tour, Mme Maghnouj Elmanjra, fondatrice de l’initiative citoyenne "Maroc Impact" a développé le concept de l’économie sociale, qui, à ses yeux, est devenu une alternative nécessaire, appelant à mettre l’économie sociale au coeur du projet de développement du Royaume. Pour elle, le Maroc ne peut pas avancer en laissant pour compte toute une partie de sa population, faisant observer que l’économie de rente demeure aujourd'hui un problème structurel au Maroc.
Youssef Saadani, directeur des études économiques à la CDG et membre de la Commission spéciale sur le modèle de développement, qui a évoqué les missions de la CDG en tant que bras financier de l’Etat, a souligné l’importance d’attirer les talents aussi bien au Maroc qu’à l’étranger vers le domaine de l’entrepreneuriat, estimant que la transformation structurelle de l’économie marocaine ne peut être portée que par un dynamisme entrepreneurial.
Le Maroc a amorcé une dynamique qui s’annonce prometteuse pour les prochaines années, a-t-il dit, appelant à capitaliser sur ce contexte favorable pour inciter les talents marocains à l’étranger à revenir au Maroc. M. Saadani a en outre relevé que le capital humain est la base de tout modèle de développement, d’où l’importance d’investir fortement dans l’éducation.
Khalil Azzouzi, fondateur et associé au Fonds d’investissement en capital risque "Azur Innovation", a estimé, quant à lui, que les banques marocaines sont appelées à évoluer et à s’adapter aux nouveaux défis de l’économie mondialisée et les nouvelles problématiques qui se posent à l’entreprise.
Selon lui, tout nouveau modèle de développement doit impérativement s’adapter à l’ère de l’économie 4.0, mettant en avant les préalables à la réussite de l’entrepreneuriat au Maroc, notamment la formation, le soutien public et institutionnel et l’innovation.
Cette 12ème édition de la Journée de la création d’entreprise qui coïncide avec le 20ème anniversaire de l’Association Maroc entrepreneurs s’est tenue sous le thème "20 ans de progrès: quels défis pour le Maroc de demain ?".
Elle a réuni institutionnels et diplomates, mais aussi des chefs d’entreprises et de start-up français et marocains pour débattre des développements opérés dans le Royaume durant les deux dernières décennies, mais aussi des défis que le Maroc doit relever lors des vingt prochaines années.
Au menu de cette journée, qui clôture annuellement le programme d’accompagnement "Tremplin Maroc" de l'association, un déjeuner networking afin d’encourager le contact et le partage  d’expérience avec la participation d’institutionnels, d’experts et d’entrepreneurs émérites pour échanger leurs visions et perspectives de développement du nouveau modèle de développement du Maroc.
Cet événement permet aussi de mettre en honneur les porteurs de projet qui ont été accompagnés dans le cadre de ce programme et un prix est décerné au projet le plus abouti.
Soulignons qu’en marge de cette 12ème édition s’est tenu le "Forum Tremplin Maroc" qui réunit les acteurs des écosystèmes marocain et français traitant des thématiques entrepreneuriales et d’innovation avec au menu des master class, business dating, networking et des entretiens avec les médias. Une centaine de personne participent à cet événement qui permet aux entrepreneurs retenus de présenter leur projet au concours Pitch Your Project By Maroc entrepreneurs.

Mardi 28 Janvier 2020

Lu 1922 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.