Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cyclisme national : Les hauts et les bas de la petite reine




Cyclisme national : Les hauts et les bas de la petite reine
Par le passé, le cyclisme national a connu des fortunes diverses:occasions manquées, tentatives de réconciliation avortées, conciliabules et alliances sans lendemain etc. Ce sport souffre aussi d'un grand déficit de compétences. C'est en partie à cause de ce déficit qu'il n'est jamais parvenu à s'offrir des structures administratives et  techniques modernes et efficientes.
Après une très longue gestation, un nouveau bureau fédéral a été enfin élu le 22 mars 2003. Une fois en place, celui-ci a commencé par établir de nouvelles relations avec l'UCI (Union Cycliste Internationale) dont le président a effectué une visite dans notre pays le 22 avril 2008.
La nouvelle équipe fédérale a commencé par  organiser la 21ème édition du Tour du Maroc qu'elle a fait  passer par l'Oriental après de nombreuses années d'absence. Puis, vinrent les Championnats africains de Casablanca.
Constituée à la dernière minute et très mal préparée, la sélection féminine n'a pas  fait grand chose à ces championnats largement dominés par des Sud africaines.
Après une très longue absence, le Maroc a enfin repris sa place au niveau des instances dirigeantes régionales. En effet, en marge des Championnats africains de Casablanca, les responsables maghrébins ont décidé, à l'initiative du Maroc, de relancer l'Union maghrébine de cyclisme (UMC) dont la présidence est revenue à notre pays  en la personne de Mohamed Belmahi, l'actuel président de la Fédération.
De son côté, Abdelkhaled Khaldoun, secrétaire général de la FRMC, a été élu dernièrement membre du Comité exécutif de la Confédération africaine de cyclisme(CAC) au  Caire.
Par ailleurs, pour amorcer la décentralisation, la Fédération a créé une  Ligue dans l'Oriental le 23 juillet 2008 qui compte six clubs. Il est toutefois regrettable de constater qu'on a perdu beaucoup de temps dans ce domaine alors que ces instances sportives  régionales auraient dû être constituées il y a trente ans déjà. Néanmoins, on retiendra l'expérience sans lendemains  des Comités régionaux  créés en 1977 , et que pour la première fois dans les annales  du cyclisme national, il a été question des ligues régionales dans les statuts de la FRMC adoptés le 14 octobre1995 au temps du premier Comité provisoire présidé parAli Arazam (1995-2001 ). Et lors du premier retour à la légalité, qui n'a pas fait long feu d'ailleurs, deux ligues régionales ont été créées: la Ligue du Sud, le 16 mai 2003, à Agadir avec  les six clubs des régions Souss Massa Drâa, Marrakech-Tensift-Haouz, Doukkala-Abda et la Ligue du Nord, le 06 juin 2003, à Tanger avec les cinq clubs des régions du Gharb-Cherarda-Beni-Hssenet Tanger-Tetouan. Cependant, avec le retour à la case départ et l'arrivée d'un nouveau comité provisoire présidé par Saïd Izgua (2006-2008 ), on n'a plus entendu parler de ces deux ligues. Néanmoins, il y a lieu de noter que les nouveaux statuts adoptés le 21 janvier 2007 font état des ligues en tant que structures décentralisées.
La Fédération a donc tout intérêt à continuer dans cette voie en créant d'abord la Ligue du Grand Casablanca avec les 11 clubs de Casablanca et Mohammedia, puis la Ligue Souss-Massa-Drâa avec 8 clubs et enfin les Ligues Meknès-Tafilalet  et Tanger-Tetouan. Et ce, en attendant que les conditions soient réunies pour en créer d'autres. L'objectif final étant d'avoir une ligue par Région, soit au total 16 ligues, car c'est à travers elles que toute réforme du cyclisme devrait impérativement  passer. 
Un an après leurs mises en application, les statuts et règlements généraux de la FRMC ont été amendés lors d'une AGE  réunie le 3 janvier 2009 au siège de la Fédération à Casablanca.
Jusqu'à présent, la Fédération compte 42 clubs.Et au 9 mars 2009, on a enregistré 691 licences. Les licences des féminines sont au nombre de quatre, quant à celles des juniors, elles n'atteignent même pas la vingtaine. Ceci prouve, sans équivoque, que la mise à niveau du cyclisme national doit absolument commencer par les clubs. 

M'bark CHBANI
Jeudi 16 Avril 2009

Lu 181 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés