Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Contraction de l’inflation en zone euro




L'inflation dans la zone euro s'est contractée en décembre à 1,4% conformément aux attentes des analystes, mais reste loin de l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE). Le taux d'inflation annuel de la zone euro est ressorti à 1,4% en décembre contre 1,5% le mois précédent, selon l'estimation rapide publiée vendredi par l'office statistique européen, Eurostat, rapporte l’agence APS.
Le chiffre de l'inflation en décembre est conforme aux attentes des économistes qui s'attendaient à un léger ralentissement du taux d'inflation à 1,4%. Le léger déclin des prix à la consommation des 19 pays ayant adopté la monnaie unique n'a pas bénéficié du renchérissement du prix du pétrole. La hausse de l'inflation dite "de base", qui exclue les éléments volatiles que sont les produits alimentaires non transformés et l’énergie, est d'environ 1,1% en décembre sur un an, et est stable par rapport au mois de novembre. Ce chiffre est supérieur aux attentes des économistes qui tablaient sur un taux à 1,0%.
Les données publiées par Eurostat montrent que les prix de l'énergie n'ont augmenté que de 3,0% en rythme annuel après +4,7% en novembre. Les prix des produits alimentaires non transformés ont également progressé en décembre, mais à un rythme moins fort.
Ils ont augmenté de 1,9% sur un an, contre 2,4% en novembre. Dans ses prévisions d'automne, la Commission européenne a affirmé que l'inflation dans la zone euro devrait tomber à 1,4 % en 2018, avant de remonter à 1,6 % en 2019, toujours loin de l'objectif de la BCE d'un taux proche de 2%. L'institution de Francfort devrait confirmer lors de sa réunion prévue le 25 janvier, la poursuite de sa politique monétaire ultra-accommodante.
En décembre, la BCE a promis de maintenir les taux à leur niveau actuel pour une période prolongée après la fin du programme d'assouplissement quantitatif (QE), s'engageant à augmenter ses rachats d'actifs si nécessaire. La BCE a confirmé, à l'issue de la réunion des gouverneurs, que le montant de son programme de rachats d'actifs (APP) serait ramené à 30 milliards d'euros par mois à partir de janvier, marquant néanmoins sa disposition à augmenter ces rachats, en volume ou en durée, si les perspectives d'inflation venaient à se dégrader. Le président de la BCE, Mario Dragui, avait annoncé, fin octobre, une prolongation du programme de soutien à l'économie à travers les rachats d'actifs en divisant son montant mensuel de moitié à 30 milliards d'euros à compter de janvier et jusqu'en septembre prochain au moins.

Mardi 9 Janvier 2018

Lu 567 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.