Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Comparution de trois officiers et un agent de sécurité au tribunal d’appel à Khouribga




La Cour d'appel de Khouribga, a connu mardi 30 janvier, un mouvement inhabituel qui a surpris les habitués de ce lieu public qui ont remarqué la présence d’une 4×4 appartenant à la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) devant le portail de ladite Cour.
Il s’est avéré que la présence des éléments de la brigade nationale, à la Cour d’appel est due à l’audition de trois officiers de police et un agent de sécurité par le procureur général de la même Cour pour complicité avec un individu recherché, faisant l’objet d’un mandat d’arrêt national pour des chefs d’accusation : vol de voiture, fraude, filouterie, faux et usage de faux, émission de chèques sans provision, entre autres.
Selon certaines sources proches de l’affaire, la femme du malfaiteur en question, qui est connu sous le nom de «Michael», a déposé plainte auprès du procureur général de la Cour d’appel de Khouribga accusant les officiers et l'agent de sécurité d’exercer une pression sur elle afin qu’elle se désiste en retirant sa plainte. La plaignante a étayé sa revendication en présentant un enregistrement de tous les appels téléphoniques reçus par les éléments sécuritaires, ce qui a convaincu le procureur général de renvoyer le dossier à la brigade nationale de la police judiciaire et d’auditionner la plaignante, les trois officiers et l'agent de sécurité, qui ont été traduits devant la justice.
Les mêmes sources ont confirmé que la femme a eu recours à la justice après avoir été victime d’usurpation de la part de son mari «Michael» qui l'avait persuadée de posséder des biens immobiliers et des voitures, mais, elle s’est confrontée à une réalité amère, quand un groupe de gens, victimes des méfaits de son époux, se sont présentés à son domicile pour demander la restitution de leurs biens. De ce fait, elle a déposé plainte contre lui, après elle a reçu de nombreux appels téléphoniques de la part des éléments sécuritaires la pressant de renoncer à sa plainte.
Les citoyens et l’opinion publique khouribguie ont applaudi à la décision du procureur général, ce qui prouve l’indépendance du ministère public et l'application de la loi contre toute personne impliquée dans des dossiers de corruption sans considération aucune. A rappeler que le procureur général avait auparavant renvoyé les dossiers de trois chefs de postes de la Gendarmerie Royale de Hattane, Ouled Boughadi et d’Oued-Zem à la brigade nationale pour des affaires similaires.

Chouaib Sahnoun
Vendredi 2 Février 2018

Lu 736 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés