Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Capitaine Morten et la reine des araignées” Un film d'animation poétique




“Capitaine Morten et la reine des araignées” Un film d'animation poétique
De toutes les techniques d’animation, la "stop motion" consistant à animer image par image des poupées en trois dimensions, comme dans "L’Etrange Noël de Mr. Jack" ou "Ma vie de courgette", est sans doute la plus fastidieuse à réaliser, mais aussi inspiratrice de la plus grande poésie. C’est ce que confirme "Capitaine Morten et la reine des araignées", conte initiatique visible dès l’âge de 6 ans.
A l’heure du tout numérique, des cinéastes s’échinent encore à créer et habiller de leurs mains des personnages en trois dimensions, et à les animer image par image dans des décors miniatures en dur à leur échelle. Cette technique qui remonte aux années 20, si elle reste rare, demeure constante et la préférée d’un Tim Burton qui l’a appliquée en concevant et produisant "L’Etrange Noël de Mr. Jack", puis réalisant "Les Noces funèbres" et "Frankenweenie".
C’est celle que pratiquent Kaspar Jancis et Riho Unt dans "Capitaine Morten et la reine des araignées", où un petit garçon qui rêve de partir pêcher avec son père à bord de son bateau se voit réduit par accident à la taille d’un insecte. Il s’abrite à bord de la maquette du navire qu'il a façonnée, en proie à mille aventures pour récupérer le trésor que recèlerait la nef de son papa…
La "stop motion" provoque un émerveillement visuel unique en raison de la texture "palpable", quasi charnelle, vivante, de l’animation au cinéma. Sa technique, qui pourrait paraître archaïque, garde une part de magie que les films numériques, malgré de belles réussites, ne peuvent atteindre en raison d’une froideur certaine de leur graphisme et matières.
"Capitaine Morten et la reine des araignées" joue de cette esthétique surannée dont Kaspar Jancis et Riho Unt tirent le meilleur parti. Jusque dans la conception des personnages, surtout les insectes, qui semblent sortis des albums et des films (aussi en stop motion) de Ferda la fourmi, qui remontent aux années 40.

Mardi 21 Août 2018

Lu 361 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif