Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Canon lance deux nouveaux produits au Maroc


Mehdi Ouassat
Dimanche 15 Mai 2022

Canon lance deux nouveaux produits au Maroc
Canon Afrique Centrale et du Nord (CCNA) a donné, jeudi à Casablanca, le coup d'envoi de sa tournée très attendue «R-tour» en lançant deux de ses produits révolutionnaires EOS R3 et EOS R5C.

Si Canon a ouvert sa gamme plutôt modestement sur le marché des appareils photo hybrides plein format, les derniers modèles du constructeur se placent dans ce qui se fait de mieux sur le marché actuel et l'EOS R3 est l'appareil hybride le plus haut de gamme, plutôt destiné au monde professionnel.

L’appareil place ainsi la barre très haut, avec une rafale à 30 i/s, un autofocus revu pour une détection des sujets améliorée ou encore un mode vidéo expert qui bénéficie de la vidéo 6K en raw. Et ce n'est pas tout, Canon apporte une nouvelle version moderne de sa technologie Eye Control AF apparue dans les années 90.

Libération a eu l’occasion d’essayer l’EOS R3 et c'est bien la conception monobloc de cet appareil photo qui constitue une grande nouveauté sur le marché hybride 24x36.

L'ergonomie de la double poignée se montre très efficace, surtout dans sa position traditionnelle. Elle est bien creusée et le renfoncement très marqué pour l'index assure la bonne prise en main. On regrette cependant un côté anguleux qui manque un peu de confort et un repose-pouce pas assez proéminent, notamment pour une utilisation sans monopod.

Il faut dire qu’avec sa double poignée, la filiation avec le monde reflex et l'EOS-1D X Mark III est assez évidente. Pour autant, Canon continue de placer ce dernier au sommet de sa gamme, laissant présager l'arrivée hypothétique d'un futur EOS R1 qui achèverait la mutation de la gamme. En son coeur, l'EOS R3 intègre un capteur de 24,1 mégapixels empilé qui promet d'enchainer les vues sans rolling-shutter. 

Hormis l'Olympus OM-D E-M1X avec son capteur 4/3 plus petit, l'EOS R3 se place principalement en face de trois références. D'une part, l'Alpha 1 (A1) de Sony et le Z9 de Nikon se positionnent comme les appareils photo les plus avancés des deux concurrents, avec respectivement des capteurs de 50,1 Mpx et de 45,7 Mpx. D'un autre côté, si on prend en compte la définition, l'EOS R3 devrait être comparé à un Alpha 9 II (A9 II). Nikon n'a pour le moment pas de boîtier à définition réduite taillé pour l'action.

Nous ne nous étendrons pas beaucoup sur les contrôles de l'EOS R3, qui se destine à un public d'experts et de professionnels. Il y a toutes sortes de réglages, disséminés partout. La prise en main reste toutefois complexe et nécessite un vrai apprentissage. En revanche, toutes les principales fonctions sont accessibles directement sur le boîtier et beaucoup d'options sont personnalisables.

Concernant la réactivité et la gestion de l'autofocus de l'EOS R3, elles sont exemplaires. Seules quelques rares références peuvent se vanter de jouer dans la même cour. Seul le démarrage ternit un peu le tableau avec un temps d'allumage de 1,51 s.

La détection des sujets est excellente et les ratés sont vraiment rares. Même à 30 i/s, l'EOS R3 réalise très efficacement la mise au point. Il est difficile de le mettre en défaut.

Pour ce qui est de la R5C (C = Cinéma) est une caméra Eos Cinema, également qualifiée de réelle "caméra hybride". Ce nouveau venu s'inscrit en position intermédiaire entre la gamme Eos Cinema (plus précisément l'Eos C70) et les boîtiers photo Eos R (Eos R5, R6) qui font de la photo et de la vidéo mais sont parfois limités (en vidéo). La caméra Eos R5C se destine aux réalisateurs de mariages, créateurs de contenus, réalisateurs de reportages et de documentaires. C'est un boîtier qui se suffit à lui-même même s'il peut servir d'appareil de prise de vues complémentaire.

  Les fidèles de la marque qui se sont essayés à la vidéo en 2008, verront une analogie possible avec l'Eos 5D Mark II, (dont l'Eos R5C  reprend d'ailleurs le numéro) le premier boîtier photo qui pour l'époque, détonnait par sa qualité vidéo haut de gamme et sa sensibilité. S'en était suivi quelques années plus tard le 1er vrai hybride chez Panasonic avec le Lumix GH1. Différence majeure évidente : l'univers actuel est beaucoup plus concurrentiel en vidéo, et les hybrides, même en Plein Format, se disputent un marché déjà vigoureux.

Le poids de l'Eos 5RC n'excède pas 680 grammes nu, 770 grammes au complet (hors boîtier XLR éventuel, transmetteur Wi-Fi...), soit seulement 30 grammes de plus que l'EOS R5. C'est évidemment un argument de légèreté. Quant aux dimensions, elles n'excédent pas 142 x 101 x 111 mm. Le boîtier en alliage de magnesium, procure un aspect compact et léger. il résiste à la poussière et aux intempéries.

On dispose d'une stabilisation électronique qui vient appuyer, le cas échéant, le stabilisateur optique des objectifs compatibles. En revanche, pas de stabilisation mécanique, ce que la concurrence (Lumix) propose parfois... ainsi que Canon lui-même avec son Eos R5!

Côté sensibilité, on bénéficie d'une nouveauté : une double base ISO. C'est à dire que tout en restant en Auto, on peut paramétrer une base Iso déterminée (par exemple Base Iso 800 ou Base Iso 3200), servant alors de repère pour décaler les Iso si l'on souhaite moins ou plus de luminosité.

Pour conclure, l'Eos 5 RC se présente comme un produit ambitieux et attractif, à la légèreté remarquée, qui cherche à réunir les avantages des deux mondes photo et vidéo, un peu comme l'avait tenté (avec succès) l'Eos 5D Mark II en 2008. Mais on a surtout retenu de l'Eos 5D ses capacités vidéo, beaucoup plus que ses capacités photo. De plus, en 2022, la donne est différente, d'abord parce que Canon lui-même occupe déjà bien le terrain avec plusieurs boîtiers photo de qualité et une gamme Eos Cinema dont le modèle Eos C70 reste (pour la partie vidéo) assez proche malgré tout de l'Eos R5C. Par ailleurs, la concurrence ne manque pas, que ce soit chez Sony, Panasonic ou Blackmagic.

Rappelons enfin que Canon est présent au Maroc depuis l’année 2009 grâce à un réseau de distributeurs et de partenaires qui ont réussi à construire une solide base de clients dans le pays. À travers le lancement de ses nouveaux produits dotés de technologies de pointe, Canon vise à faire partie de l’aventure de transformation du secteur de l’image au Maroc.

Mehdi Ouassat 


Lu 2299 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS