Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Brèves




Démenti

 La direction de la prison locale d’Oued Zem a démenti, mercredi, le contenu d'une vidéo publiée sur YouTube, dans laquelle des proches du détenu H.K prétendent que ce dernier observe une grève de la faim depuis le 20 novembre dernier et qu'il ne bénéficie pas de traitements médicaux, de la promenade et de la douche.

Dans une mise au point, l'administration de l'établissement pénitentiaire précise que les allégations des proches du détenu sont dénuées de tout fondement, affirmant que ledit détenu bénéficie des visites de ses proches régulièrement et qu'il jouit, comme les autres détenus, de tous ses droits garantis par la loi.

Le détenu n'a jamais fait part de sa décision d'observer une grève de la faim ; il est en bonne santé et prend ses repas normalement, ajoute la même source, soulignant que l'administration de l'établissement pénitentiaire "agit conformément à la loi en menant des opérations de fouille pour lutter contre le trafic des produits illicites pour préserver la sécurité de l'établissement et des détenus".

"Le 4 décembre dernier, une cuisinière, des pots en plastique et des couvertures ont été trouvés dissimulés dans un conduit d'aération de la cellule de ce détenu et tous les co-détenus ont affirmé dans un procès-verbal qu'ils utilisaient la cuisinière pendant la nuit", poursuit le communiqué, précisant que les détenus ont été répartis sur d'autres cellules et qu'aucun d'eux n'avait subi de mauvais traitements.

A travers le partage de cette vidéo par ses proches, le détenu cherche à faire pression sur l'administration de l'établissement pénitentiaire en vue de bénéficier de privilèges, ajoute la même source, précisant que le recours à de telles manœuvres ne sert à rien en ce sens que l'administration de l'établissement veille à la stricte application de la loi et au suivi de toutes les procédures disciplinaires à l'encontre de tout détenu qui viole le règlement intérieur de la prison.

 Formation

Le Centre de qualification agricole de Laâyoune organise, mercredi et jeudi, les troisièmes journées portes ouvertes, sous le thème: "La formation agricole, pilier du développement de l'entreprise".

Cette manifestation, qui connaît la participation d’étudiants, d’associations et de coopératives locales, a pour objectif de mettre en relief l’importance de la formation en tant que facteur déterminant dans le développement de l’entreprise et de l'agriculture régionale.

Ces journées, qui s'inscrivent dans le cadre de l'ouverture du centre sur son environnement, constituent un moyen de créer un espace unique de communication et d’échange sur les métiers, les filières et les compétences liées au secteur agricole dans la région, a affirmé le directeur du Centre de qualification agricole, Mohamed Daoudi.

Il a également souligné la contribution du centre, à travers les informations et conseils prodigués aux professionnels, à la valorisation des produits agricoles locaux et au développement des activités de l’élevage, précisant que l’acquisition des compétences par les jeunes et des coopératives actives dans le secteur en agriculture est un facteur clé de la réussite professionnelle.

Ces journées sont marquées par l'organisation d'une exposition de produits du terroir ainsi que par des exposés sur "La formation agricole, pilier du développement de l'entreprise" et "L'entreprise bancaire, partenaire de l'entreprise dans le développement".

Le Centre de qualification agricole de Laâyoune, créé en 1997, est un établissement public qui a pour mission de doter le secteur agricole d'une main-d'œuvre qualifiée à même de contribuer à l'amélioration de la productivité.

Le centre permet également aux jeunes d'acquérir des compétences professionnelles qui facilitent leur intégration dans le monde du travail ou de créer leurs propres projets.


Libé
Jeudi 12 Décembre 2019

Lu 1307 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 17:03 Le collectif Parité maintenant monte au créneau