Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bio des stars : Marilyn Monroe, le mythe




Fin juillet, déprimée, elle confie à sa coiffeuse qu'elle vient de subir un avortement. Au moins deux médecins lui ont prescrit de nombreuses ordonnances pour des somnifères la dernière semaine de sa vie. Le vendredi 3 août est consacré à de nombreux appels téléphoniques professionnels et privés, et des rencontres avec son psychiatre et avec son amie Pat Newcomb. Le samedi est identique : appels téléphoniques, travail dans le jardin avec le docteur Greenson et balade sur la plage avec l'acteur Peter Lawford, beau-frère des Kennedy. Certains témoignages la décrivent sous l'influence de tranquillisants. A 19h45, elle a encore une conversation téléphonique avec Lawford, où elle semble déprimée et confuse. Il rappelle un peu plus tard mais la ligne est en dérangement. Il passe plusieurs appels à des proches pour la joindre tout de même. Finalement jointe, Eunice Murray, la gouvernante engagée à la demande du docteur Greenson, indique que tout va bien : il est alors 20h30. Selon Donald Spoto, auteur d'une biographie de Marilyn qui, est, selon lui victime d'une erreur médicale, à ce moment elle est déjà morte ou en train de mourir de surdosage.
Marilyn Monroe meurt dans la nuit du 4 au 5 août 1962. Près de cinq heures se sont écoulées entre l'heure estimée du décès et le coup de téléphone des Greenson, aux côtés de Mrs. Murray et du docteur Engelberg, à la police. Après enquête, le médecin légiste de Los Angeles notera sur son dossier : «Suicide probable». Sa mort ne sera jamais élucidée, dès 1962 la thèse de l'homicide étant évoquée, incriminant le FBI ou le CIA.
A la morgue, sa coiffeuse habituelle Agnès Flanagan (coiffeuse de Jean Harlow qu'elle avait engagée pour réaliser sa célèbre coloration blonde platine) ne peut apprêter les cheveux de Marilyn trop abîmés par des années de traitement (peroxyde pour la coloration, soude caustique pour le défrisage) mais aussi par l'autopsie. Une perruque lui est mise, copiant la coiffure qu'elle portait dans son dernier film Something's Got to Give et faisant naître la rumeur qu'elle portait déjà une perruque durant le tournage, ainsi que pour le précédent Les Désaxés.
Marilyn est inhumée le 8 août 1962 au Westwood Village Memorial Park Cemetery de Los Angeles. C'est sa demi-sœur, Bernice Miracle, avec l'aide de Joe DiMaggio, qui organise les funérailles auxquelles ne sont pas présents, malgré leurs protestations, ses amis stars tel que Dean Martin ou encore Frank Sinatra. Bouleversé, son ex-mari se penche sur son cercueil et murmure à trois reprises «Je t'aime». La cérémonie prend fin avec l'un des airs préférés de Marilyn Over the Rainbow interprété par Judy Garland.
Sépulture murale de Marilyn Monroe au cimetière Westwood Memorial Park
Le 5 août 1962, vers trois heures du matin, Eunice Murray la gouvernante de Marilyn, s'inquiète que l'actrice se soit enfermée dans sa chambre, laissant la lumière allumée mais ne répondant pas à son appel. Elle alerte le psychiatre Ralph Greenson qui, arrivé sur les lieux, casse la vitre de la fenêtre de la chambre et découvre l'actrice morte sur son lit, une main posée sur le combiné du téléphone, la table de nuit jonchée de boîtes de comprimés et sur le sol un flacon vide de Nembutal. Greenson appelle Hyman Engelberg, le médecin personnel de Marilyn, qui arrive à son domicile vers 3h50 et constate officiellement sa mort. Le sergent Jack Clemmons du commissariat de police de West Los Angeles reçoit un appel téléphonique à 4h25 d'Hyman Engelberg, qui l'informe du suicide de l'actrice. Clemmons est ainsi le premier agent de police à arriver au domicile de la star à Brentwood.
Le rapport du médecin légiste Thomas Noguchi parle de «suicide probable» dû à un surdosage accidentel de barbituriques (acute barbiturate poisoning ingestion of overdose).
En raison d'un manque de preuves, les enquêteurs n'ont ni classé le dossier, ni dit s'il s'agissait d'un suicide ou d'un homicide. Selon certaines rumeurs, Marilyn aurait été victime d'un complot ourdi par le FBI et la CIA dans le but d'accumuler des preuves contre les Kennedy.
D'après Don Wolfe, Marilyn Monroe a été assassinée. Cette version impliquerait Robert Kennedy et tout un ensemble de proches de l'actrice qui se seraient tus pendant des années.
Selon Donald Spoto, Marilyn est morte à la suite d'une erreur médicale. On lui aurait administré un lavement à l'hydrate de chloral (le chloral lui permettait de dormir) alors qu'elle avait absorbé, préalablement, du Nembutal, le mélange de ces deux substances pouvant se révéler fatal.
Les funérailles ont lieu le 8 août 1962 au Westwood Memorial Cemetery de Los Angeles En 2005, le Los Angeles Times publie des extraits d'entretiens de Marilyn avec son psychiatre, tels que rapportés par un enquêteur sur sa mort, dans lesquels la star s'interrogerait sur sa carrière, son physique, ses mariages, et révèlerait avoir eu une liaison avec Joan Crawford.
A suivre

Après sa mort, le procureur chargé de l'enquête, John Miner, aurait obtenu du psychiatre de la star, le Dr. Ralph Greenson, qu'il lui passe les enregistrements faits des séances de Marilyn sur son divan, et en aurait pris des notes très complètes. Dans ces notes, Marilyn se montrerait obsédée par les oscars et se posant des questions sur sa carrière, envisageant notamment de jouer du William Shakespeare pour être enfin considérée comme une actrice sérieuse. Elle aurait également raconté à son psychiatre comment elle s'examinait dans le miroir, nue, pour observer l'effet de l'âge sur son corps, et trouvant que «ma poitrine commence à s'affaisser un peu, (mais) ma taille est encore bien, et mes fesses sont encore ce qui se fait de mieux». Elle parlerait également de Clark Gable, chez qui elle chercherait un amour paternel, et de ses mariages et divorces avec le joueur de baseball Joe DiMaggio et le dramaturge Arthur Miller. Elle y révèlerait enfin avoir eu une aventure lesbienne d'une nuit avec l'actrice Joan Crawford. «La fois suivante que j'ai vu Crawford, elle voulait recommencer, mais je lui ai dit franchement que je n'avais pas tellement aimé faire ça avec une femme. Après ça, elle m'en a voulu». Le psychiatre aurait permis à John Miner d'écouter ces bandes à condition qu'il n'en révèle jamais le contenu. Celui-ci n'a rompu cette promesse de secret que des années après la mort du psychiatre, lorsque certains biographes de l'actrice ont suggéré que celui-ci pouvait être considéré comme suspect dans la mort de la star.
Signature de Marilyn Monroe
Selon le procureur, à écouter ces bandes, il serait évident «qu'il n'était absolument pas possible que cette femme se soit suicidée. Elle a des projets bien précis pour son avenir, elle sait exactement ce qu'elle veut faire. Lee Strasberg lui a dit qu'elle doit jouer du Shakespeare, et elle est fascinée par cette idée». Le procureur estime que l'actrice a été assassinée : après l'avoir endormie par quelque chose dans son verre, on lui aurait administré du Nembutal dissous dans de l'eau, à forte dose, sous forme de lavement. Cependant, les affirmations du procureur Miner sont remises en doute par de nombreux biographes et contredites par plusieurs témoins dont l'ancien substitut du procureur et la veuve du psychiatre Ralph Greenson qui a affirmé au Los Angeles Times que son mari n'avait jamais évoqué l'existence de ces bandes.
Marilyn Monroe et Jane Russell le 26 juin 1953 au Grauman's Chinese Theatre
Les empreintes de Marilyn Monroe et de Jane Russell au Grauman's Chinese Theatre à Hollywood, photographiées en 2011.
Cinquante ans après sa mort, Marilyn Monroe reste une des actrices les plus connues. De nombreux documentaires et biographies lui ont été consacrés et plusieurs téléfilms ont retracé sa vie, avec des comédiennes comme Ashley Judd ou Poppy Montgomery. Elle a récemment été incarnée par Charlotte Sullivan dans la mini-série Les Kennedy et Michelle Williams dans My Week with Marilyn.
Son image est encore largement utilisée sur les couvertures de magazines, dans les publicités, pour des produits dérivés comme du maquillage, ou au cinéma, comme dans Pulp Fiction, L.A. Confidential ou encore la série Les Simpson, où on peut apercevoir la scène du métro de Sept ans de réflexion. En 2006, Nicole Kidman prête sa voix au personnage de Norma Jean du dessin animé Happy Feet. Elle est également évoquée dans plusieurs chansons comme Candle in the Wind, Goodbye Yellow Brick Road d'Elton John, Vogue de Madonna, Black Marilyn de Shy'm ou Marilyn Monroe de Pharrell Williams.
En 2012, Marilyn Monroe affichait un revenu annuel estimé par le magazine Forbes à 27 millions de dollars. Elle est de ce fait considérée comme l'icône féminine la plus lucrative au monde.
Pour l'anecdote, les quelque cinq cent-soixante-seize lots vendus aux enchères par la maison Christie's les mercredi 27 et jeudi 28 octobre 1999 à New York avaient été légués par Marilyn à Lee Strasberg dans l'idée qu'il les remettrait à leur cercle d'amis, ce qu'il n'a pas fait : les biens ont été thésaurisés et, à la mort de Lee, transmis à sa deuxième épouse, Anna Strasberg, qui a finalement décidé de les vendre. Le montant total des enchères, estimé entre dix et quinze millions de dollars, s'est élevé à 13,4 millions de dollars.
L'actrice a également été le sujet d'une célèbre série de sérigraphies réalisée par le «pape» du Pop art, Andy Warhol en 1964. C'est l'une des œuvres de l'artiste les plus reproduites à ce jour. En 1967, l'exposition Hommage to Marilyn Monroe rassemble de nombreux artistes de la tendance «pop» à la galerie Sydney Janis de New York.
Marilyn Monroe au début de sa carrière
En mai 1948, Marilyn pose nue pour Tom Kelley dans un calendrier mural (connu sous le nom de calendrier Golden dreams). En 1952, alors qu'elle bénéficie déjà d'une notoriété certaine, elle est victime d'un maître chanteur qui menace de tout révéler. Finalement, Marilyn l'annoncera elle-même en prétextant avoir été dans le besoin financier. En décembre 1953, quelques-unes de ces photos apparaissent dans le premier numéro du magazine Playboy, son éditeur Hugh Hefner ayant racheté les clichés pour 500 $.
Une rumeur infondée attribuait à Marilyn des films érotiques ou pornographiques, dont un «blue movie» intitulé Apples, Knockers and the Coke Bottle (littéralement Pommes, seins, et la bouteille de coca). Des photos sont présentées dans des magazines érotiques dans le monde entier. En 1982, Playboy infirmera cette rumeur en précisant que l'actrice de ce film était une ancienne playmate de 1954, Arlene Hunter (en) (aussi orthographiée Arline), une blonde qui partage des traits de ressemblance avec Marilyn. En 2008, le New York Post dévoile qu'une copie d'un film pornographique de la star, qu'elle aurait réalisé en noir et blanc dans les années 1950, aurait été achetée par un homme d'affaires new-yorkais pour 1,5 million de dollars.
En juin 1962, peu de temps avant sa mort, Marilyn Monroe participe à une dernière séance de photo, plus tard dénommée The Last Sitting, qui comprend des clichés où elle apparaît seins nus.
Son dernier tournage, resté inachevé, Something's Got to Give de George Cukor comprend une scène tournée et immortalisée par le photographe Lawrence Schiller le 23 mai 1962 au bord d'une piscine où elle apparait de dos furtivement nue. Ces images ont fait le tour du monde.

A suivre

 

Vendredi 15 Juillet 2016

Lu 1250 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs