Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Aziz Akhannouch : La campagne de boycott n'affectera pas la vente




Aziz Akhannouch : La campagne de boycott n'affectera pas la vente
"Les produits marocains continuent d’évoluer et la réalité sur le terrain ne sera pas stoppée par le web". C’est à travers cette déclaration que le ministre de l'Agriculture a tenu à tordre le cou à une polémique d’actualité qui s’est exportée au Salon international de l'agriculture de Meknès (SIAM), après avoir tenu en haleine la sphère des réseaux sociaux depuis le 20 avril, à savoir l’appel au boycott des marques Afriquia, Centrale Danone et Sidi Ali.
Lancée sur Facebook, ce boycott ne cessent d’enfler et de résonner aux quatre coins du pays, porté par l’objectif autoproclamé de "protéger le pouvoir d'achat marocain’’. Une motivation que le ministre Aziz Akhannouch, accessoirement patron du Groupe Akwa, dépositaire des marques Sidi Ali, Holmarcom, Afriquia, a eu du mal à assimiler.
D’ailleurs, à l’évocation du cas de la Centrale Danone, partie intégrante du groupe, il n’a pas fait dans la dentelle : «Les Marocains ont naturellement besoin de lait matin et soir. Dans ce cas, ils doivent remercier Dieu, car la plupart des produits alimentaires sont produits dans le pays et dépendent des Marocains pour les produire » avant de poursuivre, en minimisant les retombées dudit boycott « La campagne de boycott n'affectera pas la vente de ces produits sur le marché. C'est une campagne virtuelle » qui ne peut en aucun cas "couper les vivres aux 474.000 personnes qui travaillent dans la filière laitière avec Centrale Danone" a-t-il conclu.
Courte mais intense, l’intervention d’Aziz Akhannouch constitue une réponse cinglante aux différents détracteurs des marques, mais aussi aux instigateurs du boycott, lesquels jusqu’à présent, sont tapis dans l’ombre, échappant ainsi aux lumières des projecteurs et aux obligations de justification qui vont de pair.  

C.C
Vendredi 27 Avril 2018

Lu 3191 fois


1.Posté par Isamine le 27/04/2018 22:01
Il est normal que le peuple doit agir contre l'injustice. Depuis des années tous les gouvernements qui se sont succédé ont joué des symphonies de Mozart aux affamés. Le partage de la richesse nationale est inexistant. Les actionnaires des grandes firmes s'enrichissent de plus en plus sur le dos des pauvres.
Ce phénomène n'est pas circonscrit aux alentours du Maroc mais malheureusement il est au niveau mondial. C'est le fruit de la mondialisation.
Mais comme le Maroc étant un pays musulman, il doit agir en conséquence avec les percepts de l'Islam qui ne préconise ni le capitalisme sauvage ni le socialisme obscur.

2.Posté par Malak le 01/05/2018 12:39 (depuis mobile)
Moi je pense que il faut boycotter adoha en premier les apartement a 250000dh trop cher pour les pauvres et la jeunesse d aujourdhui sans parler des interet😠et maroc telecom la plus cher du maroc et l autoroute ca devrait etre gratuite de nos jours

3.Posté par Ksibi Wassim le 07/05/2018 15:31
Bonjour à tous,

Il faut mettre les choses dans leurs contexte. la hausse des prix est le résultat de la suppression quasi totale de la caisse de compensation (sans aucune approche méthodique) par le PJD en plus de l'inexistence d'un pouvoir parlementaire pour contrer ces décisions s'ajoute à cela que la libre concurrence n'est soumise à aucun contrôle. [évidement, on ne peut pas être juge et parti :-) ]. Pourquoi nous avons donc laisser faire ? [suppression progressive de la caisse de compensation ?]

Réponse : Pour couvrir l'endettement en optimisant les revenus de la caisse de l'état qui alimente la caisse de compensation (à savoir que la recette de cette caisse sont les différents impôts et taxes...)

Pourquoi alors ? pour couvrir l'endettement

Quel endettement ? nos projets
Qui s'endette ? les socièté détenu par l'état ou l'état
Ne sont-elles pas rentables pour payer les dettes à elles seuls ? Non
Pourquoi ? Si tu trouves la réponse tu finiras par rire et abondoner.

Faut-il boycotter ? non
Pourquoi ? parce-que ça ne traitera pas le problème de fond
Comment on peut traiter le problème de fond ? par cesser de voter dissoudre le gouvernement actuel et ne plus donner droit à n'importe qui de voter et surveiller le processus de vote à la loupe

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés