Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Maroc, les femmes se suicident plus que dans les autres pays du Maghreb




C’est un chiffre qui, tout à la fois, glace le sang et fait froid dans le dos. Par pendaison, auto-empoisonnement, pesticides ou armes à feu, 800.000 personnes mettent fin à leurs jours chaque année dans le monde, soit une toutes les 40 secondes. Cette alarmante réalité a été divulguée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à l’occasion de la journée qui est dédiée à la prévention du suicide à travers la planète, et qui correspond au 10 septembre de chaque année. Tout en rappelant qu'entre 2010 et 2016, le taux de suicide mondial a reculé de 9,8%.
Dans son rapport, l’organisation onusienne a également souligné une particularité au Maroc. Le Royaume serait le pays maghrébin où les femmes se suicident plus que les hommes. Déjà en 2016, sur les 1014 cas de suicide enregistrés, 613 ont concerné des femmes. Pendant ce temps-là, en Algérie, 339 femmes se sont suicidées contre 960 hommes et en Tunisie, 132 femmes se sont donné la mort contre 250 hommes.
A en croire le rapport de l’OMS relayé par le site « sputniknews », les conditions sociales et la violence qu’elles subissent représentent les principales causes qui poussent les femmes marocaines à se donner la mort. Dans le même rapport, il est aussi indiqué que le suicide est la deuxième cause de décès chez les 15-24 ans. Et le Royaume ne déroge pas à cette règle. Dans notre édition du vendredi 15 février 2019, Mme Layoussifi Elkhansa, psychiatre-addictologue au Centre d’addictologie du CHU Ibn Rochd et secrétaire générale adjointe de la Ligue pour la santé mentale, nous expliquait que cet acte ne peut être attribué à une seule cause mais plutôt à plusieurs : «D’abord, il existe des facteurs pathologiques, à savoir les maladies psychiatriques. Ensuite, il y a la dépression. Beaucoup de jeunes connaissent des épisodes dépressifs et, malheureusement, leur entourage ne s’en rend pas compte. D’autant plus que ces ados sont réticents à en parler. Tout bonnement car ils ne savent pas comment aborder le sujet ».
Pour elle, se recroqueviller sur soi peut être fatal, car dans ce cas, les tentatives de suicide ou idées suicidaires, sans forcément qu’il y est passage à l’acte réussi, apparaissent sur un nid de dépression, qui est une maladie qui a un début et une fin, un traitement et une prise en charge. Et ça peu de gens le savent. Notre interlocutrice a également ajouté qu’il existe d’autres facteurs qui déclenchent cette dépression, en s’appuyant notamment sur des facteurs de type héréditaire ou biologique, mais aussi psychologique et même environnemental, comme une rupture amoureuse, un échec scolaire ou tout simplement un conflit avec les parents. Sans oublier « des tentatives de suicide qui se font dans d’autres circonstances. Sans qu’il y ait dépression ou maladie mentale sous-jacente. Elles sont à mettre sur le compte de l’impulsivité qui caractérise l’état émotif de certains adolescents », détaille le docteur Layoussifi Elkhansa avant de rappeler que dans tous les cas « il ne faut surtout pas laisser la personne livrée à elle-même. On se doit d’aller lui poser la question. Mais avec la manière, directement ou indirectement via une personne de confiance dans son entourage. »
Et pour cause, si les ados ont une folle envie d’indépendance, ils ont aussi un fort besoin d’être soutenus et accompagnés. «Cette dualité est la définition même d’un adolescent. Il faut trouver le bon équilibre. Ne pas être trop intrusif, ne pas le gaver avec trop de questions, mais en parallèle, il ne faut pas totalement s’en désintéresser. Ce sont deux attitudes extrêmes à bannir», conclut-elle.

Chady Chaabi
Jeudi 12 Septembre 2019

Lu 2257 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com