Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington




L' Arménie et l'Azerbaïdjan, dont les précédentestrêvessont restéeslettre morte, se sont de nouveau engagés à respecter à partir de lundi un "cessez-le-feu humanitaire" dans le conflit au Nagorny Karabakh, après des négociations à Washington. "Le cessez-le-feu humanitaire est entré en vigueur à 08H00 locales (04H00 GMT) le 26 octobre", affirment les deux pays dans une déclaration conjointe publiée dimanche avec les Etats-Unis. En campagne pour sa réélection, le président américain Donald Trump avait promis peu avant de "résoudre" ce conflit rallumé par la reprise des hostilités, le 27 septembre, dans cette région montagneuse de l'Azerbaïdjan contrôlée par des séparatistes arméniens soutenus par Erevan. LesArméniens "sont des gensincroyables, ils se battent comme des diables", a lancé le candidat républicain, en retard dans les sondages à neuf jours de l'élection du 3 novembre, lors d'un meeting dans l'Etat du New Hampshire. "Vous savez quoi? On va aboutir à quelque chose", a-t-il encore dit à la foule. "Les problèmes qu'ils ont, les morts, les combats et tout le reste, on va résoudre ça, ça va être facile", a-t-il assuré, sans plus de précisions, pour vanter ses talents diplomatiques. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait reçu vendredi, séparément, ses homologues azerbaïdjanais Djeyhoun Baïramov et arménien Zohrab Mnatsakanian, mais sans rencontre à trois. Mais les tractations se sont poursuivies en coulisses dans la capitale des Etats-Unis. Le vice-secrétaire d'Etat Stephen Biegun a ainsi rencontré samedi les deux ministres, tandis que le conseiller de Donald Trump à la sécurité nationale, Robert O'Brien, s'entretenait au téléphone avec le Premier ministre arménien Nikol Pachinian et le président azerbaïdjanais Ilham Aliev. Dimanche matin, Robert O'Brien avait d'ailleurs fait état de progrès. "A la demande du président, nous avons passé tout le weekend" à "tenter de faire conclure la paix à l'Arménie et l'Azerbaïdjan", avait-il dit sur la chaîne CBS. "L'Arménie a accepté un cessezle-feu. L'Azerbaïdjan pas encore. Nous tentons de les convaincre de le faire", avait-il ajouté. Les deux payss'accusent mutuellement d'avoir visé la population civile depuisle début des hostilités. Ce n'est pas la première fois qu'ils s'engagent en faveur d'une trêve. La déclaration conjointe souligne d'ailleurs que les deux ministres "ont réaffirmé l'engagement de leurs pays à mettre en œuvre et respecter le cessezle-feu humanitaire conclu à Moscou le 10 octobre et confirmé dans une déclaration publiée à Paris le 17 octobre". Mais cette trêve humanitaire a rapidement volé en éclats. Washington fait partie, avec la France et la Russie, du Groupe de Minsk formé de longue date parl'Organisation surla sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour être le principal médiateur dans ce conflit. Le président français Emmanuel Macron avait lui-même poursuivi jeudises efforts diplomatiques pour un cessez-le-feu au Nagorny Karabakh en recevant le président arménien Armen Sarkissian, après avoir parlé au téléphone avec Nikol Pachinian et Ilham Aliev.

Libé
Lundi 26 Octobre 2020

Lu 444 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2020 - 17:05 L'Inde produira une partie du vaccin russe