Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelwahab Meddeb : Un mythe mystique




Dans une ère où les conflits sectaires  triomphent partout dans le monde et, surtout, dans les payes arabo-musulmans, Abdelwahab Meddeb apparaît comme un cas spécifique d’une pensée moderniste. Meddeb est né en 1946 en Tunisie. Il est  philosophe, romancier, essayiste et  poète. Ces productions littéraires constituent, selon les critiques, tout un univers  qui repense  véhémentement  la civilisation musulmane et qui tend à  l’arracher de la léthargie, il y a longtemps, à laquelle  est arrimée. Unique, ainsi est Meddeb surtout dans ses écrits  amalgamant les genres.  Phantasia, en l’occurrence, en fait un best-seller, mais reste, et resterait à jamais énigmatique. Un roman ou un essai ? C’est une aporie au sens  philosophique du terme.
Musulman d’origine et occidental de formation, Meddeb se  trouve, alors, amplement perplexe. La question qui a toujours accablé et tourmenté son esprit serait, entre autres,  celle de l’identité et, partant, de la culture. Lorsque Homi K. Bhabha disait que l’interculturalité est le point où deux ou plusieurs cultures se rencontrent, et c’est aussi le point où plusieurs problèmes jaillissent ; il n’a pas tort, car cela s’incarne, à coup sûr, dans l’exemple de Meddeb. Porteur de deux cultures : musulmane et occidentale, Meddeb se voit perdu  à cause du  déchirement  identitaire comme c’était le cas d’Amin Maalouf, Albert Mimi, Edward Saïd…
En effet, cette hybridité  n’est pas pour lui un torrent dévastateur, mais une richesse identitaire qui l’universalise, il  appartient à deux cultures et à aucune à la fois, sa pensée est pour tous et pour personne pour reprendre la formule de Nietzsche. Meddeb, en sus, s’avère une fameuse figure humaniste de notre époque dans le sens où il défend l’homme en tant que tel. Etant soufi, Meddeb mène puissamment une philosophie de l’amour qui ne court après rien hormis l’amour lui-même. Il fait de lui  sa religion suite à son maître Ach-Cheikh Al-Akbar  Moheïddine Ibn ’Arabi qui  a avancé dans un célèbre poème : « L’amour est ma religion, et ma foi ».
Cette philosophie, pour humaniste qu’elle  soit, semble à Meddeb une solution efficace pour faire face à une barbarie de notre siècle qui foule aux pieds l’homme, qui le réduit  seulement en une seule dimension (la religion/la race/ la culture/ l’ethnie/ la couleur…) tout en oubliant, sinon déniant que l’homme est multidimensionnel.
Un prophète de toutes les religions qui n’appartient à aucune religion, Meddeb sonde l’histoire de la civilisation musulmane pour en dénicher les jalons d’une génération d’un vrai épanouissement, selon lui, une époque de Hallaj, Bustami, Ibn Arabi que nomme lui-même ses contemporains. Ceux qui ont confectionné l’âge d’or, voire la civilisation musulmane pour qu’elle soit à même de rivaliser avec les grandes  civilisations du monde. Ce hardi projet, de facto, l’expatrie hors de son pays, il se trouve rejeté par les islamistes, les soi-disant porte-parole de Dieu. Mais, pour reprendre leurs paroles-mêmes,  on leur dit que le prophète de l’islam affirme dans un hadith que : « Le meilleur des hommes est le plus utile aux hommes ».
Ce sont, et malheureusement, ces pensées désuètes qui font sempiternellement des musulmans un peuple qui ne cesse de patauger dans la boue des guerres et des conflits en subissant, ipso facto, un fiasco total à bien d’aspects. Bien  qu’il soit rejeté, il n’a jamais, un jour, oublié son héritage, surtout, soufi, et la seule réaction qu’il a faite, c’est qu’il a, lui aussi, rejeté ceux qui le rejettent en raison de leur esprit fanatique ; un esprit de djihad, et par conséquent, d’une barbarie qui, follement, tue pour tuer. Malgré tout cela, Meddeb ne cesse de défendre l’islam, mais seulement  dans sa dimension culturelle et civilisationnelle.  
Ce chaos qui gagne l’atmosphère générale des pays musulmans crée chez Meddeb une sorte d’opprobre et  d’ignominie. Là où le bien a perdu sa récompense et le mal sa hideur, là où dire signifie mourir, mais aussi se taire, pour l’intellectuel, pourrait signifier le même sens, Meddeb essaye de vivre dans l’héritage historique ancien des musulmans moyennant le rêve et la rêverie  pour  oublier , un tant soit peu le malheur écrasant qui accable son esprit.
Le soufisme pour lui est un paradis perdu, mais qui peut être encore vécu. Un monde si immense qui accueille tout le monde sans exception aucune sous l’ombre de ses arbres porteurs des fleurs de l’amour apaisant. Cette philosophie meddebienne de l’amour, qui remonte bien évidemment au soufisme akbarien, s’avère plus humaniste dans le sens où elle fait appel à l’amour dans tous  ses aspects.
Si on est d’accord, après moult  expériences, que rien ne peut rendre à l’homme l’espoir de vivre en placidité hormis l’humanisme, nous devons y penser. Penser alors l’humanisme, c’est faire de l’homme le centre de toute question philosophiquement et humainement posée comme l’affirme Protagoras « L’homme est la mesure de toute chose ». Constatant que l’homme aux temps d’alors est besogneux, cacochyme, vulnérable toujours en butte à plusieurs dangers imminents qui l’entourent et, malheureusement, dont il n’est pas encore conscient, Meddeb, quoiqu’athée, vient pour re-poser cette question. C’est un penseur de fulguration dont la pensée est protéiforme. Il nous rappelle l’exemple de J-P Sartre, lui aussi l’humaniste athée.
Suivant les traces d’Ibn Arabi, en effet, Meddeb part à la quête de l’humanisme et par conséquent de l’identité, dans un parcours émaillé de braises et d’épines. Il se console avec le  soufisme pour édulcorer ses souffrances et colmater ses brèches psychiques qui harassent  son âme  comme s’il était assez averti de la citation d’Edgar Morin qui dit : « Marcheur, il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant ».

Brahim Mouradi
Mercredi 7 Décembre 2016

Lu 1636 fois


1.Posté par Driss le 14/12/2016 23:45 (depuis mobile)
C''est très intéressant comme texte concernant un écrivain qui par ses textes hybrides et sa pensée réussit à produire chez le lecteur des conflits internes qui opposent ce qu''il pense du monde comme ordre à ce que l''on lui présente comme désordre.

2.Posté par balkis le 25/12/2016 17:56
merci bcp Brahim pr cette réflexion bien étayée sur ce Grand écrivain qui reste à jamais le chantre de l'interculturel...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés