Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A l’approche de la fin du championnat GNFE I : La course aux points s’accentue de plus belle




A l’approche de la fin du championnat GNFE I  : La course aux points s’accentue de plus belle
A cinq journées de la fin du championnat du Groupement national de football d’Elite de première division, il semble que le Raja, leader actuel du concours, aura de fortes chances de renouer avec le succès et remporter le titre cette saison. A dix points de ses poursuivants immédiats, à savoir le DHJ, éternel second et les FAR qui ont un match en moins, on voit mal comment les deux formations pourraient rattraper les Verts à la première loge. Certes mathématiquement, tout reste possible. Cependant au vu du calendrier et de la forme des poulains de Romao, on est tenté de pronostiquer, sauf surprise que les coéquipiers de Jrindou seront les champions du concours. Bien sûr, il y a le Wydad qui monte à un rythme transcendant dans le concours et une bonne prestation en Ligue arabe des champions clubs avec deux rencontres en retard contre les FAR et l’ASS. Au cas où les poulains s’adjugent les six points, ils ne seront qu’à six longueurs du fauteuil convoité. De plus, il y a le derby qui pourrait être favorable aux Rouges. Si ce scénario se réalise, on assistera à une fin de course époustouflante entre les deux grands clubs de la métropole. Mais il semble que les Widadis ont la tête ailleurs et voudraient s’emparer du gros lot en Ligue arabe des clubs champions.
Par ailleurs et hormis le derby, le Raja aura un calendrier relativement favorable jouant contre des équipes qui n’ont plus rien à gagner telles le Chabab de Mohammedia qui évoluera selon toute logique, en seconde division la saison prochaine. Reste à savoir qui accompagnera le club cher à Faras en GNFE2. Rien n’est encore définitif, mais le MCO est plus proche de la relégation même si tout calcul fait, il est possible que ce soit l’Olympique de Safi, la JSM ou encore l’IZK. La bataille a déjà commencé et il est du devoir de la fédé qui prépare son assemblée générale pour «élire» son nouveau président, d’être vigilante en ce qui concerne toutes les  manigances ou arrangements de fin de saison. Il est connu par tous que ce genre de pratiques est monnaie courante dans notre football et que l’on peut s’offrir les «services monnayés» d’un ou quelques joueurs ou de toute une équipe. On peut en faire autant avec certains hommes en noir devenus insaisissables aussi pour refuser un but valable ou siffler un penalty. Il est impératif que les responsables veillent à ce que ces pratiques disparaissent de notre football. Et que le meilleur gagne et que l’esprit sportif l’emporte.
Les autres formations du milieu du tableau n’ont rien à craindre mais auront leur mot à dire pour décider du sort d’autres formations jouant pour le titre ou cherchant à échapper de la zone rouge. L’ASS a été incontestablement la révélation de cette saison et pourrait aspirer à une place pour évoluer en compétition africaine ou arabe. Quant à l’OCK qui a fait l’une des plus mauvaises saisons de son parcours chez l’élite, il s’est séparé de son coach et semble déjà préparer la saison prochaine. Le DHJ en a fait autant avec Bratchi pour aller du bon pied.
En gros, le concours aura été assez captivant cette saison, du fait qu’on a assisté à une lutte acharnée pour le titre, mais en fin de course certaines formations ont manqué de souffle et d’endurance pour aller jusqu’au bout. En bas du classement, certaines équipes n’ont pu suivre le rythme soutenu et retourneront en seconde division. Mais on est encore loin de ce qu’on se plait à appeler le professionnalisme. 

o Chamakh : «priorité à Bordeaux»
Interrogé mercredi par L’Equipe TV, l’attaquant marocain des Girondins de Bordeaux Marouane Chamakh a confié qu’il accordait une «priorité à Bordeaux» dans ses réflexions sur son avenir, lui qui n’a jamais caché son rêve de Premier League. «Je vais rencontrer le dirigeants pour parler de ça. On verra ce qu’on fera la saison prochaine, mais c’est priorité à Bordeaux.»
Logiquement, Chamakh répond «peut-être» à l’idée d’une reconduction de son contrat, qui court actuellement jusqu’en juin 2010. «J’ai toujours dit que j’aimerais jouer en Premier League. Ce sera peut-être en juin, peut-être dans un, deux ou trois ans, on verra. Ça peut attendre» appuie le Marocain, qui exclut en revanche tout transfert à Marseille ou dans un autre club de L1. «J’ai été formé à Bordeaux, c’est un club qui joue la Ligue des champions. Ma famille et mes amis sont ici. Je ne me vois pas dans un autre club français que Bordeaux.»


KAMAL MOUNTASSIR
Vendredi 17 Avril 2009

Lu 201 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés