Libération

Facebook
Rss
Twitter





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

31 certificats négatifs délivrés en février dernier à Essaouira




31 certificats négatifs délivrés en février dernier à Essaouira
Le nombre de certificats négatifs pour la création d'entreprises, délivrés par la Délégation provinciale de l'industrie et du commerce d'Essaouira au titre du mois de février dernier, s'est établi à 31, contre 37 autorisations accordées durant le même mois de l'année écoulée.
Selon la nature juridique de ces entreprises, les sociétés à responsabilité limitée (SARL) viennent en tête avec 24 certificats négatifs (soit 77% du total), suivies des personnes physiques (PP) avec 07 autorisations (23%), souligne la Délégation provinciale dans son nouveau rapport de conjoncture économique.
S'agissant de la répartition de ces certificats par secteurs d'activités économiques, la MAP rapporte que les services viennent en premier rang avec 14 certificats négatifs (45%), suivis du commerce avec 07 autorisations (23%), du tourisme avec 05 certificats négatifs (16%), du bâtiment et travaux publics avec 03 certificats (10%), tandis que les secteurs de l'agriculture et de l'industrie occupent la dernière place avec 01 certificat négatif chacun (7%).
Concernant la répartition territoriale des certificats négatifs délivrés en février dernier, la ville d'Essaouira a obtenu 26 autorisations (84%), suivie des communes rurales d'Ounagha, d'Aguerd, de Tamanar et d'El Hanchane avec 05 certificats négatifs (16%).
En termes d'investissements projetés, les créations d'entreprises au titre du mois de février 2020 peuvent générer un montant qui s’élève à 12.350.000,00 DH, dont 19% émanant des investissements des étrangers, avec 91 emplois projetés au lieu de 80 au titre de la même période de l’année 2019.
Par ailleurs, la Délégation provinciale de l'industrie et du commerce d'Essaouira a fait savoir que cinq marques ont été déposées durant le mois de février dernier dans les secteurs des services et du commerce, notant avoir délivré 07 certificats négatifs pour la création d'enseignes commerciales.

Immolog réalise un résultat net de 12 MDH

Le spécialiste de l'immobilier économique et intermédiaire, Immolog, a réalisé un résultat net de 12 millions de dirhams (MDH) à fin 2019, contre 15 MDH une année auparavant.
Le chiffre d'affaires s'est établi à cette date à 227 MDH, contre 330 MDH en 2018, annonce Immolog dans un communiqué sur ses résultats annuels de 2019, expliquant cette baisse principalement par la persistance d'une conjoncture sectorielle difficile".
En ce qui concerne l'impact du Covid-19, le communiqué indique que l'état d'urgence sanitaire lié à cette épidémie "n'entraîne pas d'ajustements des comptes au 31 décembre 2019 et ne remet pas en cause la continuité d’activité de la société", faisant savoir que des travaux sont en cours pour estimer l’impact sur les prévisions budgétaires
"Durant cette période de pandémie, Immolog est pleinement engagé à appliquer toutes les mesures nécessaires afin de protéger ses salariés", affirme l’entreprise.

Stroc Industrie réalise un chiffre d'affaires de 61 MDH

La société Stroc Industrie a réalisé, au titre de l'exercice 2019, un chiffre d'affaires (CA) de 61 millions de dirhams (MDH), en hausse par rapport à l'exercice précédent.
La relance de l'activité au deuxième semestre 2019 a permis de relever une amélioration de certains fondamentaux marquant un point d’inflexion positif par rapport à 2018, indique la société dans un communiqué. Ainsi, la production est passée de 13 MDH à 26 MDH entre 2018 et 2019, précise la même source, ajoutant que l'excédent brut d’exploitation est passé de son côté de -97 MDH à -43 MDH. Le résultat d’exploitation, bien qu’impacté par 23,5 MDH de provisions afin de pallier les risques sur d’anciennes créances et quoique toujours négatif, s’est amélioré de 57 MDH, passant de -126 MDH à -79 MDH entre 2018 et 2019, ajoute la société.
Et de noter que le principal fait marquant de 2019 est la mise en sauvegarde effective de Stroc, qui lui a permis de reprendre la réalisation de son carnet de commande.
La période d'observation de 8 mois, durant laquelle la société a connu une inactivité quasi-totale de sa production, a été mise à profit pour finaliser les anciens chantiers démarrés avant la crise et apurer les comptes afférents, selon la même source.

Vendredi 3 Avril 2020

Lu 245 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.