Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

24 morts en une journée, un record en Corée du Sud



La Corée du Sud a interdit les rassemblements de plus de quatre personnes dans la capitale et sa région pour endiguer une nouvelle vague épidémique, alors que le pays vient d'enregistrer 24 décès dûs au coronavirus en 24 heures, un record. Les autorités sud-coréennes ont fait état de 926 nouveaux cas de contamination lundi, et le bilan de l'épidémie est désormais de 698 morts. Jamais le pays n'avait enregistré autant de décès en 24 heures depuis le début de la pandémie. La Corée du Sud était il y a quelques semaines présentée comme un modèle de gestion de l'épidémie, car elle était parvenue à contenir sa propagation grâce à une stratégie très efficace de dépistage, mais aussi à la grande discipline de la population quant au respect des règles de distanciation sociale. Mais une nouvelle vague épidémique s'est traduite par une flambée du nombre de cas, avec plus d'un millier de contaminations certains jours de la semaine dernière. Le maire de Séoul par intérim, Seo Jung-hyup, a averti que la capitale ne disposait plus que de quatre lits de soins intensifs disponibles. Au moins deux habitants de Séoul sont morts en décembre alors qu'ils attendaient d'être hospitalisés, ont annoncé les autorités municipales. A compter de mercredi, les rassemblements de plus de quatre personnes seront interdits à Séoul et sa région, où vit la moitié des 52 millions de Sud-Coréens, ont annoncé les autorités. Une règle qui sera valable en intérieur comme à l'extérieur. "Si nous ne nous attaquons pas à l'explosion du nombre de cas, ce que New York et Londres ont eu à subir, à savoir des rues vides et des confinements, pourrait se produire à Séoul", a dit le maire, en en appelant à l'esprit de "sacrifice et à la patience". La Corée du sud avait en début d'année été l'un des pays les premiers touchés par la pandémie née en Chine. Mais elle en était quasiment venue à bout avec son système de "tracer, tester, traiter", sans jamais avoir à imposer les confinements brutaux de l'Europe ou d'autres régions du monde.

Libé
Lundi 21 Décembre 2020

Lu 142 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS