Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

21 civils tués dans des raids aériens à Idleb

Le régime brise le siège d'une base militaire près de Damas




Au moins 21 civils, dont huit enfants, ont été tués dans des raids aériens du régime et de son allié russe visant Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, où le pouvoir poursuit une offensive contre des jihadistes, a rapporté lundi une ONG.
Les frappes menées dimanche sur plusieurs régions du sud-est de la province d'Idleb, ont notamment coûté la vie à 11 personnes d'une même famille près de la localité de Sinjar, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Les forces du régime avaient reconquis dimanche cette localité qui se trouve à 14 kilomètres de l'aéroport militaire d'Abou Douhour, prochaine cible des forces de Bachar al-Assad.
Appuyé par l'aviation russe, le régime mène depuis le 25 décembre une opération pour reconquérir le sud-est de la province d'Idleb, la seule à échapper entièrement à son pouvoir et dominée par les jihadistes de l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda.
"Lundi, les frappes aériennes du régime et de l'aviation russe se poursuivaient sur plusieurs régions d'Idleb", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.
L'OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, détermine les auteurs des raids à partir du type d'avion utilisé, du lieu de la frappe, des plans de vol et des munitions utilisées.
En prenant le sud-est d'Idleb, l'objectif pour le régime est de "sécuriser" une route qui relie Alep, deuxième ville du pays, à la capitale Damas, selon l'OSDH.
Par ailleurs, le régime syrien a brisé le siège imposé depuis plus d'une semaine par des jihadistes et des rebelles à sa seule base militaire dans la Ghouta orientale, enclave insurgée près de Damas, a annoncé l'agence officielle Sana lundi.
Située à l'est de Damas, près de la ville de Harasta, la "Direction des blindés", où près de 250 militaires seraient stationnés, était encerclée depuis le 31 décembre par des jihadistes de l'ex-branche d'Al-Qaïda et des rebelles islamistes.
"Des unités de l'armée arabe syrienne ont mis fin à l'encerclement de la Direction des blindés dans la région de Harasta", a indiqué Sana.
"Les unités ont immédiatement commencé une nouvelle opération militaire dans l'objectif d'élargir le périmètre de sécurité autour de la Direction", précise Sana.
De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a simplement rapporté "l'ouverture d'une brèche par les forces du régime" en direction de la base militaire.
"Les affrontements se poursuivent à l'ouest de la base pour élargir le couloir ouvert par une équipe des forces spéciales", a précisé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.
Les combats depuis le début du siège ont fait 72 morts dans les rangs des forces pro-régime, et 87 dans le camps opposé, selon l'OSDH.
Assiégée depuis 2013 par les forces du régime de Bachar al-Assad, la Ghouta orientale connaît de graves pénuries de médicaments et de nourritures.
Les quelque 400.000 habitants doivent survivre au quotidien avec les frappes aériennes et les tirs d'artillerie meurtriers qui visent le secteur.
Déclenché en 2011, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.
Il a fait plus de 340.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Mardi 9 Janvier 2018

Lu 704 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés