Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller




Pas de gala du Ballon d'Or en 2020 ? Tant pis! Les stars du football espèrent briller sous les projecteurs de la Ligue des champions, dont le tournoi final débute mercredi. Sans Cristiano Ronaldo, Lionel Messi attirera évidemment les flashes, mais d'autres chercheront la lumière.
Lisbonne sera privé de son idole. Ronaldo a été éliminé vendredi avec la Juventus Turin, et puisque Luka Modric l'a été aussi avec le Real Madrid, Lionel Messi sera le seul Ballon d'Or présent lors de ce "Final 8" du 12 au 23 août.
Mais l'Argentin, auréolé d'un septième titre de Pichichi (meilleur buteur d'Espagne), y arrive avec plus de pression, tant la saison ratée de Barcelone contraint les Catalans à être performants en C1.
"Il va falloir que l'on change en profondeur si on veut se battre pour la +Champions+", avait fulminé le sextuple Ballon d'Or en juillet, conscient que seule la "Coupe aux grandes oreilles", plus soulevée par le Barça depuis 2015, ferait oublier ces derniers mois de déceptions et de polémiques.
Etincelante samedi lors du 8e retour contre Naples, "La Pulga" est encore apparue esseulée dans l'attaque catalane. Comme souvent cette saison, il devra se démultiplier.
Il est la tête de gondole d'un Bayern Munich perçu comme le grand favori de l'épreuve. Le Polonais Robert Lewandowski continue d'affoler les compteurs à la pointe de l'attaque bavaroise, au moins aussi bien en Coupe d'Europe que sur le plan national.
Auteur de 13 buts en 8 matches de Ligue des champions, et impliqué sur les sept buts marqués par son club contre Chelsea en huitièmes (quatre passes décisives, trois buts), "Lewy" caracole en tête du classement des buteurs de la compétition et pourrait se consoler avec ce trophée, à défaut d'avoir soulevé celui du Soulier d'or européen récompensant le meilleur buteur des cinq grands championnats (revenu à Ciro Immobile de la Lazio Rome). Mais c'est surtout le rêve de triplé Coupe-Championnat-Ligue des champions avec le Bayern qui anime le buteur de 31 ans.
Le Paris SG, en quête désespérée d'un titre en Ligue des champions, va sortir l'armada. Cette fois, Neymar est bien présent et opérationnel: le Brésilien a même eu de longues semaines de préparation, la Ligue 1 n'ayant pas repris.
Son association avec Kylian Mbappé promettait des étincelles, mais le Français s'est blessé à la cheville fin juillet, engageant une course contre la montre pour revenir à temps pour les quarts de finale.
Avec un tableau a priori dégagé jusqu'à la finale, les deux stars parisiennes n'ont probablement jamais été aussi proches d'offrir à leurs dirigeants et supporters leur grand sacre. A condition que la malédiction qui suit Paris en C1 n'enraye pas le tournoi de ce duo flamboyant.
Dans la touffeur estivale de l'été lisboète, Jan Oblak sera chargé de refroidir les ardeurs des artilleurs rivaux. L'ancien gardien du Benfica, l'un des meilleurs portiers d'Europe, est l'atout sécurité de l'Atlético Madrid et de son entraîneur Diego Simeone.
Le portier slovène (27 ans) est pour beaucoup dans l'incroyable qualification des "Colchoneros" pour les quarts de finale aux dépens de Liverpool, tenant du titre battu à Anfield en mars au match retour (3-2 a.p.). Et il aborde avec appétit le quart contre Leipzig: "Nous sommes prêts pour ce nouveau défi", a-t-il prévenu samedi.
Le passeur décisif par excellence. Auteur de vingt "caviars" en Premier League cette saison, record de Thierry Henry égalé, Kevin De Bruyne arrive à Lisbonne en pleine confiance avec Manchester City.
"Cette saison, nous ratons beaucoup de buts, sinon Kevin De Bruyne aurait 30 passes décisives. Il est tellement bon", l'a complimenté récemment son partenaire Gabriel Jesus.
Pour le Belge et le club mancunien, tombeurs du Real Madrid de Zinédine Zidane en huitièmes, le mode mission est enclenché: cela fait de longs mois que City rêve d'un premier sacre en C1.
On ne les attendait pas si haut, mais ils tiennent la dragée haute aux stars. A Leipzig, que l'attaquant vedette Timo Werner a quitté pour Chelsea avant même la fin de la C1, les espoirs reposent notamment sur le Tchèque Patrik Schick et le Danois Yussuf Poulsen.
A Lyon, le Néerlandais Memphis Depay voudra concrétiser son immense ambition pour s'attirer les regards de grandes écuries européennes, tandis que l'Argentin "Papu" Gomez, le capitaine de l'Atalanta, aura la lourde charge de transposer sur le plan européen la fantastique animation offensive bergamasque, qui a fait chavirer l'Italie cette saison.

​L'Atalanta sans Ilicic mais pas sans armes

Le Paris SG devra peut-être faire sans Kylian Mbappé, mais l'Atalanta Bergame sait déjà qu'elle devra se passer de Josip Ilicic. L'absence du Slovène mercredi en quarts de finale de la Ligue des champions est un gros handicap pour le club italien, qui a cependant d'autres armes en magasin.
 L'Atalanta de Gian Piero Gasperini est souvent présentée en Italie comme une "machine à buts" et une "coopérative du but". Entre Serie A et Ligue des champions, le club lombard a en effet marqué cette saison 118 fois.
Sur cet impressionnant total, Ilicic pèse 20 buts, 15 en championnat et cinq en C1, dont un fameux quadruplé en 8e de finale retour à Valence. Le Slovène n'a donc pas tout fait tout seul.
Mais il est le joueur le plus talentueux de l'effectif, le plus imprévisible, et il livrait la meilleure saison de sa carrière jusqu'au confinement et aux difficultés personnelles et psychologiques qui l'ont alors accablé.
"Ilicic nous manque énormément. Jusqu'à février, il a été le joueur le plus décisif de notre secteur offensif. C'était sa saison. On fait autrement en alternant avec les autres, mais lui nous assurait une qualité supérieure", a expliqué Gasperini.
Les "autres", ce sont Malinovskyi, Pasalic et Muriel, trois joueurs qui se disputent la dernière place disponible dans le trio offensif du 3-4-2-1 de Gasperini. Les deux premières sont réservées au capitaine "Papu" Gomez et à l'avant-centre Zapata.
En l'absence d'Ilicic, c'est de la créativité du petit dribbleur argentin que dépendra l'essentiel de l'animation offensive de l'Atalanta. Tour à tour attaquant de pointe, ailier, N.10 ou milieu offensif, "Papu" sait tout faire.
"Papu est extraordinaire. Il répond toujours présent, il ne renonce jamais. Il sait interpréter les matches. C'est un joueur universel, qui donne de l'équilibre", a expliqué Gasperini, ajoutant que l'Argentin était encore un peu plus que ça.
"Il est l'emblème de cette équipe, par sa qualité et par son application. Il joue pour l'équipe, là où on a besoin de lui et là où il est utile. Il incarne l'esprit de l'Atalanta. C'est un Bergamasque adopté."
Avec Zapata, en pointe, la défense centrale du Paris SG sera confrontée à un problème bien différent. Le Colombien n'a pas les appuis courts, le dribble et les changements de direction de Gomez.
Mais l'ancien joueur de Naples est sans doute l'attaquant le plus puissant de Serie A, ultra-solide physiquement et désormais habile face au but.
Avec 28 buts toutes compétitions confondues la saison dernière et 19 cette saison, Zapata a trouvé à l'Atalanta l'efficacité qui lui a longtemps fait défaut et a justifié les quelque 25 millions d'euros investis il y a deux ans, pour l'un des transferts les plus élevés de l'histoire du club.
Interrogé il y a quelques semaines sur l'attaquant le plus difficile à affronter en Serie A, Leonardo Bonucci avait immédiatement donné le nom du Colombien.
"Il est grand, tranchant, il a la puissance, la vitesse. Tu dois avoir une attention particulière. Il fait partie de ces grands joueurs qui te frappent dès que tu perds un instant ta concentration", avait expliqué le défenseur de la Juventus.
Pour accompagner ces deux indiscutables et remplacer Ilicic, le favori est Malinovskyi. Les recruteurs de l'Atalanta ont été chercher l'Ukrainien à Genk et c'est une belle trouvaille.
Utilisé comme joker en début de saison, il a plus joué avec l'absence d'Ilicic et a notamment fait admirer une frappe de brute, qui lui a permis d'inscrire en championnat six buts de l'extérieur de la surface.
Gasperini peut aussi choisir Pasalic, milieu complet qui a enfin trouvé un point de chute durable à Bergame après avoir été prêté par Chelsea un peu partout en Europe (Elche, Monaco, AC Milan, Spartak Moscou).
La dernière option, la moins probable, est celle d'une titularisation de Muriel, l'autre attaquant colombien de l'effectif.
Autre gros transfert de l'Atalanta (environ 25M), il est le remplaçant le plus efficace d'Italie avec 11 buts inscrits après être entré en jeu.
Il est aussi le seul joueur de l'Atalanta à avoir connu un quart de finale de C1, en 2018 avec Séville. Il était entré en jeu lors des deux manches face au Bayern Munich.

Mardi 11 Août 2020

Lu 740 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 19:45 Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad

Vendredi 18 Septembre 2020 - 19:59 La Juve en quête d' un 10ème titre de suite

Vendredi 18 Septembre 2020 - 14:00 Roland-Garros rattrapé par la réalité du Covid-19