Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les progrès du Maroc en matière de lutte contre le sida salués par l’OMS




​Les progrès du Maroc en matière de lutte contre le sida salués par l’OMS
Le Maroc est considéré comme un pays "exemplaire" dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA), en matière de lutte contre le sida, a affirmé récemment à Rabat, le représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au Maroc, Yves Souteyrand.  S'exprimant à l'ouverture des travaux de l'atelier de synthèse de la revue à mi-parcours du Plan conjoint d'appui des Nations unies à la riposte nationale au Sida 2012-2016 (PCNU), Yves Souteyrand a expliqué que le Royaume est en effet l'un des pays ayant le plus réussi dans le domaine de l'accès des personnes atteintes de Sida au traitement antirétroviral (ARV).  Les progrès réalisés par le Maroc dans la lutte contre le Sida sont imputables à la coordination des efforts de plusieurs acteurs impliqués dans la riposte au fléau, notamment, la société civile "très motivée", les autorités nationales, le ministère de la Santé qui a pris le leadership dans le domaine, ainsi que le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, a-t-il dit. Même son de cloche chez le directeur de l'épidémiologie au ministère de la Santé, Abderrahmane Maaroufi, qui a rappelé que le Maroc s'est mobilisé depuis plus de deux décennies en matière de lutte contre le Sida, avec un ancrage de l'approche multisectorielle et du partenariat actif entre les différents secteurs gouvernementaux et les Organisations non gouvernementales (ONG). Il a dans ce sens assuré que le Royaume progresse vers la réalisation des objectifs fixés par la déclaration politique sur le VIH/SIDA de 2011, et le plan stratégique national de lutte contre le Sida 2012-2016 (PSN), lequel vise à concrétiser l'accès universel à des services de prévention, de traitement, de prise en charge et d'appui en matière de VIH, en adoptant la vision "zéro nouvelle infection par le VIH, zéro décès lié au Sida et zéro discrimination". M. Maaroufi a indiqué à cet égard, que selon les dernières estimations, le Maroc connaît le début d'une réduction des nouvelles infections VIH et de la morbidité et mortalité des personnes vivant avec le VIH, faisant savoir qu'en 2013, 583.440 tests de dépistage ont été réalisés contre 60.000 en 2011 et que les programmes de prévention combinée pour les populations les plus exposées aux risques, mis en œuvre en partenariat avec les ONG, ont permis de toucher la même année, 151.538 personnes.  Les efforts de réduction des coûts ont par ailleurs, permis au Maroc de figurer parmi les pays où les prix d'acquisition des médicaments ARV de première ligne sont les plus bas, a-t-il expliqué, relevant que le nombre de personnes vivant avec le VIH sous traitement ARV au Maroc, a atteint 7.038 en juin 2013 contre 4.047 en 2011, soit une augmentation de 60 %. Selon M. Maaroufi, les avancées réalisées en matière de la riposte au Sida, sont le résultat d'un engagement soutenu de la part du gouvernement et des ONG, de l'alliance avec de nouveaux acteurs stratégiques comme le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) et l'Initiative nationale du développement humain (INDH), d'une intensification des programmes de prévention combinée et de dépistage auprès des populations clés et vulnérables, d'une amélioration de l'accès au traitement ARV, au suivi biologique et à l'appui psychologique, ainsi que d'un renforcement du leadership et de la gouvernance. 
De son côté, le directeur du Programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) au Maroc a précisé que la revue à mi-parcours du PCNU vise à analyser les réalisations de ce plan deux ans et demi après sa mise en œuvre et de conseiller l'équipe pays et l'équipe conjointe Sida pour améliorer la pertinence, l'efficacité et l'adéquation de l'appui des Nations unies à la riposte nationale au Sida. M. Alami a par ailleurs relevé que le PCNU qui découle de la volonté de l'équipe des Nations unies au Maroc de rassembler et d'utiliser au mieux ses ressources techniques et financières pour un appui coordonné et pertinent à la riposte nationale au Sida s'appuie et s'aligne sur la réalisation des objectifs du PSN.  Cet atelier de synthèse de la revue à mi-parcours du PCNU, marqué par la présence entre autres, des représentants des Agences des Nations unies, du ministère de la Santé, des secteurs gouvernementaux, du CNDH, de la Rabita Mohammedia des oulémas et des ONG œuvrant dans le domaine de la lutte contre le Sida et la réduction des risques, vise à faire le point sur la situation actuelle de l'épidémie du Sida et de la riposte au Maroc, à présenter et discuter la synthèse de la revue à mi-parcours du PCNU et identifier et proposer des actions pour renforcer l'efficacité, l'efficience et la valeur ajoutée des Nations unies pour un soutien optimal à la riposte nationale. 

Jeudi 6 Novembre 2014

Lu 110 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés