Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le programme de réduction des risques de consommation de drogues en danger

Le directeur du Centre médico-psychlogique Hasnouna à Tanger se sent menacé par un mystérieux lobby




​Le programme de réduction des risques de consommation de drogues en danger
Le personnel du Centre médico-psychologique Hasnouna à Tanger vit sous la menace et fait l’objet d’intimidation de la part de certains délinquants. C’est le cas du Dr Salhi Mohamed, directeur dudit Centre qui a été victime d’une tentative de meurtre et qui accuse de ce fait certaines parties d’être derrière les machinations visant à mettre en échec le programme de réduction des risques de consommation de drogue. Au vu de toutes les zones d’ombre qui planent sur cette affaire, Dr Es Salhi a adressé une lettre ouverte au ministre de la Santé et au ministre de la Justice et des Libertés, dont copie est parvenue à libé. 
Il revient en détail sur les faits incriminés. On apprend ainsi qu’en date du 5 juillet 2013, il a fait l’objet d’une tentative de meurtre au sein même du Centre Hasnouna, et ce en présence de plusieurs témoins. Respectant les procédures applicables en la matière, Dr Es Salmi s’est empressé de déposer une  plainte près de la police judiciaire. De même qu’il a adressé un courrier au ministère de la Santé l’informant desdits faits. Quelle ne fut sa surprise de découvrir que ledit délinquant était connu des services de police. Il n’a d’ailleurs été interpellé qu’une semaine après la tentative en question, pour être relâché par la suite  en vue d’approfondir l’enquête.  Tenant absolument à ce que justice lui soit rendue, Dr Es Salmi a frappé à toutes les portes. C’est ainsi que finalement le mis en cause a été arrêté le 19 juillet 2013. Il a été condamné à un mois de prison pour outrage à fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions. Une condamnation qui est loin de satisfaire Dr Es Salhi qui s’est senti submergé par un sentiment d’injustice . Il se dit même abandonné par son ministère de tutelle qui ne lui a assuré aucune protection. Les mêmes griefs vont d’ailleurs à l’encontre des instances judiciaires et sécuritaires.
Depuis, Dr Es Salhi se plaint de vivre au quotidien dans un climat de terreur et de menaces qui touche tous les employés du Centre. Une situation qu’il dénonce au plus haut point  et qui dénote       d’une  volonté manifeste d’avorter le programme d’addiction dirigé par le Centre Hasnouna, considéré du reste, comme une expérience unique en matière de réduction des risques de consommation de drogues et de prise en charge des utilisateurs. 
Pour toutes ces raisons, Dr Es Salhi interpelle les ministres concernés à ouvrir une enquête pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire .  

Nezha Mounir
Jeudi 27 Novembre 2014

Lu 370 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés